x
Close
Société

La liberté de déplacement progresse sur le continent

La liberté de déplacement progresse sur le continent
  • Publiédécembre 15, 2022

Deux tiers des pays africains adoptent des politiques de visa plus libérales qu’il y a six ans, souligne un rapport. Malgré les confinements et la perturbation des voyages liés à la crise sanitaire, 93 % des pays ont maintenu ou amélioré leur degré d’ouverture en un an.

 

Le rapport de l’Indice d’ouverture sur les visas en Afrique 2022 montre que les pays africains ont fait des progrès en matière de politiques de liberté de déplacement, dont la plupart avaient été fortement restreintes par la crise sanitaire. Cette publication annuelle, préparée par la BAD (Banque africaine de développement) et la Commission de l’Union africaine, en est à sa septième édition.

Le rapport recense les politiques de visas adoptées par les gouvernements africains en fonction de trois critères principaux : l’exemption de visa pour les citoyens d’autres pays africains, la possibilité d’obtenir un visa à l’arrivée et l’obligation pour les voyageurs d’obtenir un visa avant de se rendre dans d’autres pays africains.

Le rapport de cette année souligne l’impact de la pandémie au cours des deux dernières années (2020 et 2021), pendant lesquelles la plupart des pays ont restreint les déplacements, tant au niveau national qu’international. Les restrictions sur les voyages internationaux allaient de la fermeture complète des frontières aux quarantaines, en passant par les mesures de dépistage et l’interdiction des visiteurs en provenance de pays jugés « à haut risque ».

Les restrictions nationales comprenaient toute une série de mesures telles que l’interdiction de se déplacer d’une région à l’autre, l’interdiction des déplacements non essentiels, les couvre-feux et des règles limitant les rassemblements.

Le rapport 2022 fait état de nouveaux signes de progrès : dix pays ont amélioré leur score d’ouverture sur les visas au cours de l’année écoulée, et l’ouverture sur les visas du continent dépasse désormais celle enregistrée au cours de l’année précédant la pandémie et s’aligne sur le score maximal atteint en 2020.

 

Moins de restrictions

Des politiques progressistes en matière de visas permettant d’augmenter le nombre d’entrées sans visa ou de passer à des politiques de visa à l’arrivée, garantiront la poursuite de cette tendance positive. L’utilisation de la technologie et une plus grande adoption des systèmes de visas électroniques contribueront à accélérer la facilité avec laquelle les voyageurs peuvent traverser les frontières.

Les voyages en Afrique sont devenus plus ouverts aux citoyens africains en 2022, avec moins de restrictions dans l’ensemble. Le rapport relève une répartition égale entre les voyages sans visa et les voyages pour lesquels un visa peut être obtenu à l’arrivée dans le pays de destination.

Trois pays — le Bénin, la Gambie et les Seychelles — offrent une entrée sans visa aux Africains de tous les autres pays. En 2016 et 2017, un seul pays le faisait ; 24 pays africains proposent un e-Visa, soit cinq de plus qu’il y a cinq ans. De plus, 36 pays ont amélioré ou maintenu leur score d’indice d’ouverture sur les visas depuis 2016. Cinquante pays ont maintenu ou amélioré leur score d’indice d’ouverture sur les visas par rapport à 2021, généralement après avoir supprimé certaines des restrictions en matière de politique des visas mises en place pendant la pandémie. Et 48 pays sur 54 permettent désormais de voyager sans visa aux ressortissants d’au moins un autre pays africain, tandis que 42 pays offrent une exemption de visa aux ressortissants d’au moins cinq autres pays africains.

À noter que les pays à faible revenu représentent une part importante du top 20 du classement des pays ayant une politique de visa libérale en 2022 : 45 % des pays figurant dans le top 20 de l’indice sont classés comme des pays à faible revenu, et 45 % figurent parmi la frange inférieure des pays à revenu intermédiaire.

Les e-visas permettent aux voyageurs potentiels de demander un visa depuis le confort de leur domicile ou de leur lieu de travail avant leur voyage, de rationaliser le processus de demande, de réduire le temps passé aux frontières, de fournir un plus grand degré de certitude avant le voyage, de réduire la nécessité de soumettre un passeport pour traitement aux bureaux consulaires, et de rendre le voyage plus sûr et plus sécurisé.

La vice-présidente de la Commission de l’UA, Monique Nsanzabaganwa, le rapport « établit un lien entre la libre circulation et le développement des chaînes de valeur régionales, les investissements, le commerce des services et la Zone de libre-échange. Il est de plus en plus reconnu que la mobilité des personnes est essentielle aux efforts d’intégration de l’Afrique. »

L’édition 2022 du rapport met en avant les trois pays qui ont le plus progressé dans leur ouverture sur les visas, en l’occurrence le Burundi, Djibouti et l’Éthiopie. L’Éthiopie, en particulier, a gagné plusieurs places dans l’indice pour retrouver sa position parmi les 20 plus performants du continent après avoir supprimé les mesures temporaires instituées en 2021.

Évoquant le rapport, le directeur par intérim du Bureau de coordination de l’intégration régionale, Jean-Guy Afrika, commente : « Les pays africains sont en train de démanteler bon nombre des mesures imposées pendant la pandémie. Dans l’ensemble, le continent est revenu à un niveau d’ouverture sur les visas qui n’avait observé pour la dernière fois que peu avant 2020. »

AD, d’après un compte-rendu de la BAD.

Le document est téléchargeable ICI au format pdf.

@NA

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *