x
Close
Société

Ils influencent l’Afrique

Ils influencent l’Afrique
  • Publiédécembre 28, 2022

Quelques portraits choisis parmi la sélection des 100 personnalités retenues par NewAfrican en 2022. Femmes et hommes d’affaires, politiques, créateurs, ils continuent de forger l’Afrique de demain, par leur parcours exemplaire. Première partie.

 

 

Cameroun ; Économie

Vera Songwe

Toujours répondre aux besoins

 

Le mandat de Vera Songwe à la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) – 2017-2021 – a coïncidé avec une période de changement et de perturbation en Afrique et dans le monde entier.

Avant de rejoindre la Commission, elle avait été directrice régionale de la Société financière internationale pour l’Afrique occidentale et centrale, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Sénégal, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau et la Mauritanie, et économiste principale à la Banque mondiale.

Première femme à diriger l’UNECA, elle s’est concentrée sur le renforcement des partenariats avec d’autres organisations, la stabilité macroéconomique et le soutien aux initiatives de transformation telles que la Zone de libre-échange continentale africaine.

Lorsque le Covid-19 a frappé, la CEA, sous sa direction, s’est montrée à la hauteur de la situation en s’associant aux Centres africains de contrôle et de prévention des maladies et à Afreximbank pour acheter le premier lot de vaccins. La plate-forme africaine de fournitures médicales et, plus tard, l’équipe spéciale d’acquisition de vaccins en Afrique (AVATT), qu’elle a contribué à constituer, sont destinées à préparer le continent aux futures pandémies.

Lorsque la situation économique mondiale s’est aggravée, elle a rejoint un comité de cinq personnes des Nations unies chargé de faire pression en faveur d’une marge de manœuvre budgétaire pour les pays pauvres.

Bien qu’elle ait quitté l’UNECA en septembre 2022, Vera Songwe figure toujours sur notre liste des Top 100 car elle a laissé un héritage d’une grande portée. Elle a notamment créé un marché de rachat d’obligations africaines (la Facilité de liquidité et de durabilité) et a contribué à la création de nouvelles alternatives de financement pour les femmes, notamment par son rôle dans l’initiative African Women’s Impact Fund (AWIF).

Elle ne fait pas qu’établir l’agenda, elle aide à le déclencher.

 

Les 100 Africains les plus influents

*****

Maroc ; Industrie

Mostafa Terrab
Mostafa Terrab

Le roi des engrais à la rescousse

 

La guerre en Ukraine a mis en évidence le rôle essentiel des engrais et, peut-être plus important encore, la nécessité de diversifier les sources d’approvisionnement, qui sont trop concentrées en Russie et dans les pays voisins. Les sanctions imposées par la guerre ont eu un impact sur les exportations d’engrais de la région et les pénuries d’approvisionnement ont fait grimper les prix en flèche. Au Maroc, l’ex Office Chérifien des Phosphates, devenu Groupe OCP, en a pris note.

Acteur mondial de longue date, le fabricant d’engrais phosphatés avait déjà connu une ère de croissance transformationnelle sous la direction de Mostafa Terrab, son PDG . Après avoir été conseiller du cabinet marocain, secrétaire général du sommet économique Moyen-Orient et Afrique du Nord, ainsi que directeur général de l’Agence marocaine de réglementation des télécommunications, Mostafa Terrab a rejoint l’OCP avec un zèle de transformation qui s’est manifesté par une augmentation considérable de la production et des bénéfices.

Sous sa direction, OCP a su tirer parti des problèmes de la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Pourtant, malgré les contraintes du marché, OCP s’est engagé à aider les gouvernements africains à relever les défis de la sécurité alimentaire, grâce à sa subvention OCP Africa. L’entreprise a fait de multiples dons d’engrais à des pays africains en 2022, dont le Rwanda et le Kenya, en fournissant aux agriculteurs des engrais gratuits ou à prix réduit.

Et dans sa mesure la plus récente, la société fournira 4 millions de tonnes d’engrais aux agriculteurs africains en 2023, soit plus du double de son approvisionnement sur le continent en 2021. Ce nouveau programme vise à améliorer les rendements de 44 millions d’agriculteurs dans 35 pays africains. Avec une telle pénurie d’engrais essentiels, l’Afrique est reconnaissante à Mostafa Terrab pour sa décision de faire de la sécurité alimentaire du continent une priorité absolue.

La stratégie écologique, économique et sociale de OCP

*****

Côte d’Ivoire ; Entreprise

Laureen Kouassi-Olsson
Laureen Kouassi-Olsson

Le luxe africain

 

La franco-ivoirienne Laureen Kouassi-Olsson, spécialiste du capital-investissement et des services financiers formée à Harvard, a pour ambition de créer une version africaine du conglomérat mondial du luxe LVMH, qui regroupe des marques telles que Louis Vuitton, Moët Hennessy, Christian Dior, Fendi, Givenchy, Marc Jacobs, Stella McCartney et une soixantaine d’autres noms du luxe haut de gamme.

Son véhicule est le fonds d’investissement Birimian, basé à l’île Maurice : « Je ne veux pas que les gens le considèrent comme un LVMH africain, mais plutôt comme une entreprise ayant l’ambition de devenir un LVMH, dédié à la promotion de l’héritage africain de manière contemporaine. »

Laureen Kouassi-Olsson a acquis une expérience précieuse en matière d’investissement et de finance au sein de la société Amethis, basée à Paris, avant de se lancer dans sa propre entreprise. Birimian investit des capitaux à long terme dans des entreprises africaines telles que la marque de luxe ghanéenne Christie Brown et la créatrice ivoiro-américaine Loza Maléombho.

Birimian a formé un partenariat avec l’Institut français de la mode, pour lancer des designers et des marques africaines et d’autres organisations telles que la Fédération de la haute couture et de la mode.

La jeune femme souligne : « Nous sommes et avons pour ambition de devenir la société de services financiers et de holding de référence dédiée aux marques du patrimoine africain pour les promouvoir, les développer, les pérenniser sur le long terme – pour en faire les Chanel, Dior, Louis Vuitton de demain, les marques de luxe de demain. » Il était temps!

*****

Cameroun ; Milieux académiques

Un grand leader d’opinion

Landry Signé
Landry Signé

Landry Signé est un leader d’opinion et un passionné de politique économique qui a mené une brillante carrière universitaire en travaillant et en enseignant dans des institutions prestigieuses en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord.

Il a enseigné un cours primé à Stanford, présentant l’Afrique comme un continent d’opportunités économiques (Emerging African Markets : Strategies, Investments and Government Affairs), qui lui a valu le African Network Outstanding Visionary Leadership Award et le Stanford University’s Center for African Studies Distinguished Leadership Award « en reconnaissance et en l’honneur de contributions distinguées aux études africaines, d’un enseignement innovant, d’un mentorat remarquable et d’un service exceptionnel à la communauté ».

Il est actuellement chargé de mission au sein du programme d’économie mondiale et de développement et de l’initiative pour la croissance en Afrique de la Brookings Institution.

Il était auparavant David M. Rubenstein Fellow à Brookings. Sa carrière et ses recherches couvrent les domaines de l’économie politique mondiale, de la gouvernance mondiale et du développement durable, des affaires mondiales et des marchés émergents, de la gestion stratégique et du leadership, de la fragilité, de la capacité des États et de la mise en œuvre des politiques, de la quatrième révolution industrielle et de la mondialisation 4.0, ainsi que de l’économie politique de l’Afrique et des pays en développement.

Landry Signé a également été chercheur invité et a enseigné aux universités d’Oxford, de Stanford, de Georgetown, de Montréal, d’Ottawa, de Witwatersrand, ainsi qu’à l’Institut sous-régional de statistique et d’économie appliquée d’Afrique centrale, à l’université polytechnique Mohamed VI et à l’école de management HEC Paris.

*****

Togo ; Médias

Claude Grunitzky
Claude Grunitzky

Un modèle de l’inventivité africaine

 

L’ampleur de l’influence de Grunitzky sur les tendances culturelles et les perceptions de l’Afrique ne doit pas être sous-estimée. Il a commencé sa carrière révolutionnaire dans le journalisme en écrivant pour des publications comme Dazed and Confused, The Big Issue et The Guardian alors qu’il étudiait au Royaume-Uni.

En 1995, à 24 ans, il a fondé TRUE, un magazine international de mode et de musique, qui a connu un succès immédiat. Il a été rebaptisé TRACE peu de temps après. Magazine influencé par le « transculturalisme » de Grunitzky, qui fait référence aux personnes qui, par leur style de vie, transcendent toutes les notions sociologiques traditionnelles de race, de classe ou de sexe.

En 2003, il a lancé TRACE TV, la première chaîne mondiale de musique urbaine, en partenariat avec Goldman Sachs et le groupe Lagardère. La plateforme, aujourd’hui diffusée dans plus de 150 pays, a été vendue à des investisseurs européens en 2010.

Ses autres entreprises comprennent TRUE Africa, une plateforme média-tech sur la prochaine réflexion sur la culture et le style de vie. The Equity Alliance, lancé en 2021, est un fonds d’investissement axé sur les femmes.

Claude Grunitzky est un modèle de la nouvelle inventivité et de la confiance africaines, célébrées dans le monde entier, et son succès continu inspirera d’autres créateurs du continent pour les années à venir.

@NA

 

 

Écrit par
laurent

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *