x
Close
Société

Fondation Ecobank et ONU, partenaires pour l’autonomisation des femmes

Fondation Ecobank et ONU, partenaires pour l’autonomisation des femmes
  • Publiénovembre 9, 2022

L’ONU Femmes et la Fondation Ecobank vont coordonner des actions en faveur de l’autonomisation des femmes en Afrique. Elles iront de la lutte contre les violences aux engagements à l’égalité hommes-femmes, en passant par l’inclusion financière et sociale.

 

La Fondation Ecobank et le Bureau régional d’Afrique de l’Ouest et centrale d’ONU Femmes ont signé une convention de partenariat pour renforcer leur agenda respectif pour la promotion de l’autonomisation des femmes en Afrique. Pour la première fois, ces deux acteurs clés du développement du continent se munissent d’un cadre de coopération afin d’atteindre leurs objectifs communs et d’accélérer l’autonomisation des femmes en Afrique.

« Les femmes ont toujours eu un rôle central dans les activités et initiatives de la Fondation. À travers nos partenariats, nous avons pu promouvoir, entre autres, le leadership féminin ou encore l’éducation des filles », commente Elisa Desbordes-Cissé, directrice des opérations de la Fondation Ecobank.

« Avec ONU Femmes, nous souhaitons aller plus loin. Nous comptons sur l’expertise de ses équipes et leur expérience pour nous assurer que le prisme de l’égalité femmes – hommes est appliqué dans l’ensemble de nos actions. »

On estime que 68 % des Africains subsahariens n’ont pas de connaissances financières, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas les compétences dont ils ont besoin pour prendre des décisions financières rationnelles. Cela peut avoir un impact négatif sur eux-mêmes, leur famille et leur communauté.

La campagne des 16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre est une campagne internationale annuelle qui débute le 25 novembre, date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se poursuit jusqu’au 10 décembre, date de la Journée des droits humains.

Elisa Desbordes-Cissé, directrice des opérations de la Fondation Ecobank.

 

Pour la première fois, la Fondation Ecobank et ONU Femmes vont dérouler ensemble une série d’activités de sensibilisation, de plaidoyer et des actions allant dans le sens de la lutte contre les violences à l’égard des femmes et des filles dans plusieurs pays d’Afrique.

Ainsi, les deux partenaires vont-ils mettre un accent spécifique sur le secteur du sport et les opportunités, tant au niveau personnel que professionnel, qui se présentent pour les femmes tout au long de la chaine de valeur.

 

La Journée Ecobank approche

La directrice régionale par intérim d’ONU Femmes pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Florence Raes, explique en quoi ce partenariat avec Ecobank « réjouit à plus d’un titre ».

Grâce à cette collaboration, « nous allons pouvoir entre autres, œuvrer ensemble à promouvoir l’égalité femmes – hommes en Afrique, et rendre beaucoup plus de femmes autonomes en rehaussant leur niveau de littératie et d’inclusion financière. Et au vu de notre intérêt commun pour le sport, nous allons ensemble lutter plus efficacement contre les stéréotypes de genre en promouvant une participation plus égale des femmes et des filles à l’industrie sportive en Afrique. »

Lors de la « Journée Ecobank » de ce 12 novembre, grâce à ce partenariat avec ONU Femmes, une attention particulière pourra être portée sur les besoins et défis spécifiques rencontrés par les femmes et les entrepreneures, tant dans les zones rurales qu’urbaines.

En effet, depuis neuf ans, la Fondation organise la « Journée Ecobank », une occasion pour les employés du groupe bancaire panafricain, chaque année, de se mettre au service du bien-être de leurs communautés.

Sous le thème « Ne laisser personne pour compte ! L’inclusion financière pour tous », la journée de cette année, prévue ce samedi 12 novembre, se focalisera sur l’inclusion et l’éducation financières qui est un facteur essentiel de réduction de pauvreté et de promotion de la prospérité partagée.

On estime que 68 % des Africains subsahariens n’ont pas de connaissances financières, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas les compétences dont ils ont besoin pour prendre des décisions financières rationnelles. Cela peut avoir un impact négatif sur eux-mêmes, leur famille et leur communauté.

L’objectif de la Journée est de leur apporter les connaissances et les compétences nécessaires pour gérer efficacement leurs ressources financières afin qu’ils puissent assurer leur indépendance financière tout au long de leur vie.

À noter que la Fondation organise un webinaire, le vendredi 11 novembre à 9 heures (TU), afin d’informer le public sur ces questions. [Voir ecobankfoundation.org]. Ce rendez-vous virtuel enregistre la participation, entre autres, de Pusparaj Mohanty (Liberia), spécialiste de la résilience et de la réduction des risques à l’ONU et de Seybanou Samb (Sénégal), dirigeante de AfriCoaching.

@NA

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *