Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Harvard garde son bureau en Tunisie

Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l’université de Harvard prolonge son engagement en Tunisie pour six années supplémentaires. Son bureau sert de passerelle entre l’université et les centres tunisiens de recherche.

Par Marie-Anne Lubin

Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l’université de Harvard poursuivra ses activités à Tunis. Il vient, pour cela, de recevoir un don de 2 millions de dollars d’un ancien étudiant (promotion 1992), Hazem Ben Gacem, qui permet au bureau de Tunis de fonctionner pendant encore six ans. Ce bureau avait d’ailleurs ouvert ses portes, en 2017, grâce à la générosité du directeur exécutif d’Invescorp, la société de capital-investissement.

Fondé en 1954, le Centre des études sur le Moyen-Orient soutient la recherche et l’enseignement d’un large éventail de sujets liés au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord. Des générations de chercheurs ont obtenu des diplômes dans le cadre de ses programmes.

Ce bureau offre une passerelle aux étudiants et chercheurs de l’université vers les institutions de recherche tunisiennes. Il sert d’incubateur pour l’analyse des changements sociaux, culturels, juridiques et politiques en évolution en Afrique. Il joue le rôle de pôle intellectuel pour les chercheurs tunisiens et ceux dont les travaux portent sur la Tunisie, le Maghreb, la Méditerranée et le Moyen-Orient.

Le bureau de Harvard à Tunis offre une plateforme pour les étudiants et les universitaires pour approfondir leurs connaissances et interagir avec la Tunisie, de poursuivre leurs travaux académiques sur la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), de perfectionner leur maîtrise de la langue arabe et leurs connaissances de la diversité des civilisations qui ont traversé l’Afrique du Nord. Depuis sa création, le bureau a accueilli près d’une centaine d’étudiants et enseignants de l’université de Harvard.

« Élargir les contextes où se font l’enseignement, l’apprentissage et la recherche à Harvard a toujours été un élément crucial de l’engagement de l’université à travers le monde », commente Mark Elliot, vice-doyen chargé des affaires internationales de l’université de Harvard. Qui se déclare « certain », vu de ses fondations solides, que le bureau de Tunis « continuera à fournir de précieuses ressources aux étudiants et enseignants et de susciter des opportunités de collaboration enthousiasmantes avec les partenaires locaux qui façonneront d’importants travaux dans tous les domaines et disciplines ».

Des initiatives spéciales

Les programmes qu’offre le bureau de Tunis aux étudiants de Harvard, qu’ils soient inscrits au premier cycle ou aux cycles supérieurs, comptent la bourse d’études Harvard en Tunisie pour la recherche, le financement d’années sabbatiques de recherche pour les universitaires, un programme d’été de langue arabe au profit des étudiants de premier cycle et de cycles supérieurs de Harvard, un stage d’hiver de trois semaines en Tunisie, ainsi qu’un éventail d’ateliers, de conférences et d’exposés sur des sujets d’actualité.

Le Bureau de Tunis organise également des initiatives spéciales, parmi lesquelles on compte, récemment, la redécouverte du milieu littéraire dans l’entre-deux-guerres en Tunisie : un projet en humanités digitales organisé en collaboration avec le Centre de documentation nationale, les Archives nationales de Tunisie et la Bibliothèque nationale de Tunisie.

Durant l’été 2020, le bureau a aussi produit « # After Lockdown : Histoires très courtes sur comment endurer une pandémie mondiale ». Il s’agit d’un film d’animation, co-produit par le bureau de Harvard à Tunis et présenté en avant-première dans le cadre de la  Harvard Worldwide Week 2020 ; il regroupe des récits personnels recueillis par l’Université et par le Centre des études helléniques, en Grèce.

Fondé en 1954, le Centre des études sur le Moyen-Orient soutient la recherche et l’enseignement d’un large éventail de sujets liés au Moyen-Orient et à l’Afrique du Nord. Des générations de chercheurs ont obtenu des diplômes dans le cadre de ses programmes, contribuant de leur compréhension approfondie de la Région dans leurs carrières dans les domaines universitaires, gouvernementaux, des affaires, du journalisme et du droit.

« Nous sommes reconnaissants envers le généreux support de M. Hazem Ben-Gacem, qui rend tout cela possible pour l’ensemble de la communauté Harvard », a conclu Mark Elliot.

ML

 

Photo : Hazem Ben Gacem entouré des membres de la communauté Harvard en Tunisie lors de la cérémonie d’inauguration du bureau tunisien, en janvier 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts