x
Close
Société

Des personnalités contre le paludisme

Des personnalités contre le paludisme
  • Publiéjanvier 11, 2024

La Coupe d’Afrique des Nations qui débute à Abidjan est l’occasion, pour de grandes personnalités africaines du sport et de la culture, de faire entendre leur voix dans la lutte contre le paludisme.

 

De longue date, le partenariat RBM pour éradiquer le paludisme et Zero Malaria F.C., une initiative co-dirigée par les icônes Luís Figo et Khalilou Fadiga, implique les joueurs, les fans et les principales parties prenantes pour sensibiliser à la maladie et inciter à une plus grande action. Ils sont rejoints par des artistes comme Didi B. Le rappeur a accepté de faire partie de l’équipe de Zero Malaria F.C. ; il développera l’initiative aux côtés des membres fondateurs, en associant le sport, la culture et l’impact social.

« Les jeunes Africains doivent comprendre qu’ils ont un rôle à jouer dans cette lutte importante. Le paludisme entrave notre créativité et notre capacité à briller et à réaliser nos rêves, et nous devons l’éliminer pour de bon ! »

En dépit des progrès de la médecine et de la prévention, le paludisme est la principale cause de morbidité élevée en Côte d’Ivoire et continue de tuer des milliers de personnes dans le monde chaque année.

Lors de la compétition de football, 24 nations seront représentées et que plus de 1,5 million de visiteurs devraient assister aux matches en Côte d’Ivoire. L’occasion pour le ministère de la Santé et de l’hygiène publique de Côte d’Ivoire et le Partenariat RBM pour l’éradication du paludisme d’accentuer leur sensibilisation.

« Le paludisme ne fait pas de discrimination. Il n’épargne personne et il continue de se propager. Nous savons tous que, malheureusement, l’Afrique porte la quasi-totalité du fardeau de cette maladie à l’échelle mondiale. Cependant, malgré ce tableau sombre, nous devons garder espoir et agir. Car chacun, dans cette salle, devant vos écrans, dans les stades et dans les communautés, a un rôle à jouer pour mettre fin à cette maladie », a déclaré, en conférence de presse, le ministre Pierre N’Gou Dimba.

Le paludisme est un grave problème de santé en Côte d’Ivoire, qui se classe parmi les dix pays présentant les taux les plus élevés de cas de paludisme et de décès dans le monde. Malgré les efforts de chacun, en 2020, la Côte d’Ivoire représentait 3,1 % des cas et 2,5 % des décès dans le monde.

De gauche à droite : le Dr Antoine Tanoh, coordinateur du programme national de lutte contre le paludisme, Didi B, le Dr Michael Adekunle Charles, PDG du Partenariat RBM pour mettre fin au paludisme.
De gauche à droite : le Dr Antoine Tanoh, coordinateur du programme national de lutte contre le paludisme, Didi B, le Dr Michael Adekunle Charles, PDG du Partenariat RBM pour mettre fin au paludisme.

 

En 2022, on estime à 249 millions le nombre de cas de paludisme et à 608 000 le nombre de décès dus à cette maladie dans 85 pays. Le continent africain porte une part disproportionnée du fardeau mondial du paludisme. En 2022, le continent abritait 94 % des cas de paludisme (233 millions) et 95 % (580 000) des décès dus à cette maladie.

Au niveau mondial, le partenariat RBM soutient les pays endémiques et mobilise les principales parties prenantes et les donateurs afin d’accélérer les efforts de lutte contre le paludisme.

 

Un fardeau

En réunissant des décideurs, des stars du football et des donateurs clés, le partenariat vise à tirer parti du pouvoir de la collectivité pour atteindre les objectifs mondiaux de l’Afrique et du monde.

« Le paludisme est un fardeau qui pèse lourdement sur les meilleurs joueurs du continent, les supporters et les membres des communautés vulnérables à la maladie. La lutte contre le paludisme se déroule à l’intérieur et à l’extérieur des stades, et la prévention est un aspect essentiel si nous voulons vaincre la maladie. Nous avons besoin que les gens se rassemblent dans tous les aspects de la société. Ce n’est qu’en travaillant ensemble dans le cadre d’une action commune concertée que nous pourrons accomplir notre mission », juge le Dr Michael Adekunle Charles, directeur général du partenariat RBM pour l’éradication du paludisme.

Le partenariat RBM pour éradiquer le paludisme continue d’appeler les pays donateurs, les dirigeants et les décideurs politiques à accroître leur soutien à la lutte pour l’éradication du paludisme dans le monde en 2024 et au-delà.

Jessica Davis Ba, ambassadrice des États-Unis en Côte d'Ivoire, entourée de Pierre N'Gou Dimba, ministre de la Santé et de l'hygiène publique de Côte d'Ivoire, et du Dr Michael Adekunle Charles.
Jessica Davis Ba, ambassadrice des États-Unis en Côte d’Ivoire, entourée de Pierre N’Gou Dimba, ministre de la Santé et de l’hygiène publique de Côte d’Ivoire, et du Dr Michael Adekunle Charles.

 

Benoît Verdeaux est premier conseiller de l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire ; la France soutenant l’initiative, ainsi que les États-Unis. « Le paludisme constitue une menace pour des millions de personnes dans le monde. Son élimination représente donc un problème de santé mondial qui nous concerne tous. Ce défi collectif doit être relevé à l’aide de solutions durables et importantes. La grande compétition de football que la Côte d’Ivoire s’apprête à accueillir dans quelques jours est un événement crucial et nous devons saisir cette occasion pour faire appel au plus grand nombre de personnes possible. »

 

Inacceptable

Zero Malaria F.C. a été lancé l’année dernière lors de la Journée mondiale contre le paludisme, après que Luís Figo et Khalilou Fadiga se sont associés au partenariat RBM pour mettre fin au paludisme, afin d’exhorter la communauté internationale à œuvrer pour un monde sans paludisme.

Les icônes du football Jay-Jay Okocha et Kader Keita ont déjà rejoint l’équipe et le 10 janvier 2024. Quant à Didi B, il se dit « ravi de rejoindre la lutte contre le paludisme et de soutenir les efforts du Partenariat RBM pour en finir avec cette maladie ». Ajoutant : « Il est inacceptable que cette maladie continue de tuer un enfant chaque minute. Les jeunes Africains doivent comprendre qu’ils ont un rôle à jouer dans cette lutte importante. Le paludisme entrave notre créativité et notre capacité à briller et à réaliser nos rêves, et nous devons l’éliminer pour de bon ! »

@NA

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *