Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

COP-26 et mauvaise foi occidentale

Les pays occidentaux n’ont pas respecté leurs engagements dans la fourniture de vaccins. Pourquoi les nations africaines, lors de la prochaine COP26 de Glasgow, devraient-elles penser qu’ils agiront différemment en matière de négociations sur le climat ?

Par Gyude Moore, chercheur au Center for Global Development

Chaque partenariat, y compris le système mondial et multilatéral, vit de la confiance. Notre système multilatéral actuel a été construit sur les ruines d’un système mondial à faible confiance.

Il a été conçu pour éviter l’incertitude dans les relations internationales, réduisant ainsi les coûts de transaction et évitant aux États de prendre des mesures contingentes. En diplomatie, dans les échanges et le commerce, le système cherchait à insuffler la prévisibilité à travers des règles et des mécanismes de règlement des différends.

Notre appréciation du système, cependant, a diminué au fur et à mesure que les années nous ont éloignés des raisons du système que nous avons construit. Au cours des deux dernières décennies, les pays les plus puissants du monde ont constamment sapé la confiance qui unit le système.

Les dirigeants africains et caribéens se concertent pour soutenir un ensemble de propositions lors de la COP26. En partant du principe que leurs homologues seront de mauvaise foi, ils pourraient être en mesure d’épargner à nos enfants et à leurs enfants moins de dommages que ceux subis pendant la pandémie.

En mars 2003, avec l’aide britannique, les États-Unis ont lancé et poursuivi une guerre illégale en Irak qui a fait plus de 200 000 morts parmi les civils.

Incapables d’obtenir l’imprimatur des Nations unies et face à l’opposition d’une pluralité d’États membres de l’ONU, les États-Unis ont recherché la légitimité en créant leur propre « coalition des volontaires ».

Le message était clair : le multilatéralisme n’était utile que dans la mesure où ses résultats étaient alignés sur les intérêts américains.

Depuis mars 2015, une coalition dirigée par l’Arabie saoudite, armée de munitions des États-Unis, du Royaume-Uni et d’autres États puissants, poursuit une guerre au Yémen qui a précipité l’une des plus grandes crises d’origine humaine de cette décennie.

Selon le Council on Foreign Relations, 24 millions de personnes ont besoin d’assistance, plus de 4 millions sont déplacées à l’intérieur du pays et plus de 100 000 ont été tuées depuis 2015. Cela s’est poursuivi malgré l’opposition du monde entier.

Ce ne sont que deux des nombreux événements qui ont inexorablement sapé la croyance en un « système », ont réduit la confiance dans les paroles et les actions des grandes puissances et créé un cynisme croissant parmi ses membres.

Malgré ces exemples clairs, de nombreux pays en développement s’en tenaient toujours aux notions de « communauté mondiale » et de bien commun partagé. 

Le triomphe du nationalisme médical

Il y avait un espoir qu’en cas d’événement mondial cataclysmique, le monde se rallierait uni pour faire face à la menace. Puis vint la pandémie, supposée mettre un terme aux égoïsmes nationaux.

Tout en refusant au mécanisme mondial d’acquisition de vaccins, Covax, les ressources dont il avait besoin pour réussir, les pays les plus riches du monde lui ont en outre refusé l’accès aux vaccins par le biais d’accords bilatéraux avec des sociétés pharmaceutiques.

Les mêmes nations qui ont dépensé des milliards de dollars pour consolider leurs économies et répondre à la pandémie ont ignoré une proposition des services du FMI de vacciner « au moins 40 % de la population dans tous les pays d’ici la fin de 2021 et au moins 60 % d’ici l’été 2022 » qui coûterait 50 milliards $.

Au lieu de cela, et face à une demande totale de plus de 10 milliards de doses, les pays occidentaux, dirigés par les États-Unis, se fâchent lorsque les pays en développement ne se prosternent pas en signe de gratitude pour la quantité relativement faible de dons de vaccins qu’ils ont reçus.

La réponse des États-Unis à la pandémie sous l’administration Trump a été d’engager le retrait de l’OMS. En l’absence de leadership américain, il n’y a toujours pas de réponse mondiale efficace à la pandémie et les États-Unis qui ont proclamé qu’ils deviendraient « l’arsenal de vaccins pour le monde » ont jusqu’à présent dépensé moins de 1% de l’argent alloué par le Congrès pour augmenter la production de vaccins.

Mauvaise foi face au changement climatique

La COP26 se réunira en novembre à Glascow. Le sixième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a récemment fourni ses avertissements les plus sévères sur le changement climatique.

Nous en voyons les preuves dans les incendies de la Turquie et de la Californie, le dôme thermique dans le nord-ouest du Pacifique, les inondations en Europe et au Soudan…

Dans cette crise, les faits sont clairs et immuables : les personnes les moins responsables sont exposées à ses pires effets sans les moyens de s’adapter.

Et la campagne occidentale pour interdire le financement de projets basés sur les combustibles fossiles dans les pays en développement tout en continuant à les utiliser elle-même en est une bonne preuve. Il n’y a aucune raison de croire que l’approche occidentale de la question climatique s’écartera de la réponse Covid.

Cette destruction de la confiance est si totale qu’il incombe désormais aux négociateurs des pays du Sud, en particulier à ceux d’Afrique, de partir du principe que leurs homologues du Nord négocient de mauvaise foi.

La responsabilité de restaurer la confiance dans une approche multilatérale incombe aux seuls architectes de l’érosion de cette confiance. La déclaration du président Biden selon laquelle « l’Amérique est de retour » était un début prometteur qui reste inachevé.

Quant aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, ils doivent aborder les négociations sur le climat avec le sérieux que justifie une menace existentielle.

Les négociations ne peuvent se limiter à un événement discret sur plusieurs jours. Les négociations ne doivent pas se terminer sans résultat. Traiter la menace du changement climatique comme un événement isolé revient à sous-estimer le danger qu’il représente pour la vie et les moyens de subsistance tels que nous les connaissons.

Les dirigeants africains et caribéens se concertent pour soutenir un ensemble de propositions – ils doivent maintenant établir un consensus avec les autres pays.

En partant du principe que leurs homologues seront de mauvaise foi, en s’unissant derrière un ensemble de positions et en liant un résultat contraignant à chaque élément de la coopération multilatérale, ils pourraient être en mesure d’épargner à nos enfants et à leurs enfants moins de dommages que ceux subis pendant la pandémie.

@GM

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts