Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Brèves éco-financières d’Afrique

TUNISIE

Financement des petits projets

La ministre des Finances, Lamia Boujneh Zribi (limogée le 30 avril), et le PDG de la Banque tunisienne de solidarité (BTS), Mohamed Kaanich, ont signé début avril une convention cadre portant sur une ligne de crédit de 250 millions DT (92 millions d’euros), destinée au financement des petits projets et des institutions de microcrédit sous forme associative, ainsi que des projets créés par des personnes aux besoins spécifiques.

Cette enveloppe record a pour objectif de stimuler l’initiative privée et la promotion de l’investissement dans des filières économiques, dont l’agriculture et l’artisanat, a déclaré la ministre. « Cette mise conséquente devrait être allouée aux ayant droits à temps et avec l’efficacité requise », a-t-elle souligné, ces fonds publics étant destinés à des profils vulnérables exerçant dans des filières sensibles, dans l’objectif de dynamiser l’activité économique et créer des revenus décents.

Une partie de cette ligne, de l’ordre de 50 millions DT, bénéficiera aux petits et moyens agriculteurs et aux petits pêcheurs sous forme des prêts saisonniers.
La BTS assurera la gestion de ces fonds publics.

Pour le président de l’Association professionnelle des institutions de microcrédit, Béchir Ben Amor, les associations de développement sont les meilleurs vecteurs de développement dans les régions, au vu de la rapidité et l’agilité de ces structures dans les financements des petits projets.

Nouveaux appuis de l’AFD

À l’occasion de la visite de Bernard Cazeneuve, alors Premier ministre français en Tunisie, les 6 et 7 avril, quatre nouveaux accords ont été signés avec l’Agence française de développement (AFD).

Le premier accord porte sur le système d’alimentation en eau potable du Cap Bon, de Sahel et de Sfax qui sera renforcé via un programme d’envergure qui permettra de : 

  • satisfaire les besoins en eau des gouvernorats de Nabeul, Monastir, Sousse, Mahdia et Sfax à l’horizon 2030, par le transfert d’un volume supplémentaire de 100 millions m3 par an d’eaux venant du nord du pays ;
  • réduire la surexploitation des nappes du Kairouanais et de Sidi Bouzidet ainsi sécuriser l’approvisionnement de ces régions de l’intérieur par la réduction des volumes transférés vers les régions côtières ;
  • améliorer la qualité des eaux (seuil de salinité) et renforcer l’alimentation en eau, en diversifiant les ressources et en réduisant la vulnérabilité du système aux accidents physiques (hydrauliques) et climatiques (sécheresses pluriannuelles) et à la pollution.

L’AFD finance ce projet à hauteur de 60 millions d’euros.

Le deuxième accord vise le désengorgement des transports à Tunis avec l’aménagement de la « boucle centrale » du métro léger et du pôle d’échanges de la place de Barcelone.

Le projet cible les travaux de réaménagement de trois stations de tramway situées le long de la boucle centrale dans le centre-ville de Tunis et en particulier celle située sur la place de Barcelone. L’objectif est de convertir cet espace en pôle d’échange multimodal capable de répondre à l’augmentation de sa fréquentation après la mise en service fin 2018 du « réseau ferroviaire rapide». 

Dans le cadre de son soutien, qui s’élève à près de 76 millions d’euros (prêt et subvention), l’AFD intègre également une dimension genre : le programme comprend ainsi la mise en place d’une politique de lutte contre les inégalités femmes-hommes et met l’accent sur la lutte contre les violences faites aux femmes dans les transports publics.

Ce projet est cofinancé par l’Union européenne à travers une subvention de la Facilité d’investissement de voisinage (FIV) pour un montant de 6,2 millions d’euros. La Société des transports de Tunis (Transtu) sera maître d’ouvrage délégué.

Le dernier accord signé est lié au cinquième Fonds d’études et de renforcement de capacités (FERC) pour un montant de 725 000 euros.

AFRIQUE DE L’OUEST

CÔTE D’IVOIRE

Plan de développement du tourisme

Le ministre du Tourisme, Siandou Fofana, a présidé le 20 avril à la Maison de l’entreprise, une rencontre organisée par le Club Afrique Développement en partenariat avec la Société ivoirienne de banque (SIB), du Groupe marocain Attijariwafa bank, sur le thème : « Les opportunités d’investissements dans le tourisme».

Le ministre a annoncé la vision du gouvernement ivoirien en la matière, de créer un véritable hub touristique et de faire de ce secteur le 3e pôle économique à l’horizon 2020, avec pour objectif 5 millions de voyageurs.

À cet effet, le gouvernement envisage de consacrer un investissement important de 12 000 milliards de F.CFA (18,3 milliards d’euros), de réaliser des projets d’envergure, et de mettre en place un fonds de développement en faveur du secteur privé pour amorcer le nouvel élan du secteur touristique.

Nouveaux financements français pour l’eau et l’électricité

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a présidé le 13 avril à Abidjan, la signature de conventions de prêt souverain et de subvention pour l’accès à l’électricité et la production d’électricité renouvelable entre la Côte d’Ivoire et la France, d’une part, et d’autre part, une convention de financement du Contrat de désendettement et de développement (C2D) pour le programme d’alimentation en eau potable soutenu par des travaux d’assainissement et de drainage.

Les documents ont été signés pour la partie ivoirienne par le ministre de l’Économie et des finances, Adama Koné, et le ministre du Budget et du portefeuille de l’État, Abdourahmane Cissé. 

La partie française a était représentée par le ministre des Finances, Michel Sapin, et le directeur du département Afrique subsaharienne de l’Agence française de développement (AFD), Jean Pierre Marcelli.

Dotée d’une enveloppe de 78,715 milliards de F.CFA sous forme de prêt et d’une subvention de 22,30 milliards de F.CFA, le programme d’électricité durera cinq ans et permettra la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Buyo, l’extension des réseaux de distribution dans 12 régions, l’électrification de 350 villages et la réalisation de 130 000 branchements sociaux dans le cadre du Programme électricité pour tous. 
Le projet eau et assainissement est doté d’un montant de 40 milliards de F.CFA au titre du deuxième C2D et d’un prêt de 34,06 milliards de F.CFA du Trésor français, afin d’alimenter en eau potable les zones de Gagnoa et Sinfra d’une part, et de procéder à l’assainissement et au drainage dans la ville d’Abidjan d’autre part.

Le directeur de cabinet du Premier ministre, Philippe Serey Effeil, avait co-présidé avec Georges Serre, ambassadeur de France, le 10 avril, la cérémonie d’ouverture de la troisième Revue sectorielle des projets du C2D.

Selon Léa Djati Diatté, coordinatrice du C2D, pour un montant total de 1 900 milliards de F.CFA consacré au C2D franco-ivoirien, deux C2D ont été signés : le 1er C2D, le 1er décembre 2012, pour un montant de 413,25 milliards de F.CFA ; et le 2e C2D, le 3 décembre 2014, pour un montant de 738 milliards de F.CFA, soit un total de 1 151,25 milliards de F.CFA à exécuter de 2012 à 2020.

Le montant alloué au 1er C2D a été entièrement remboursé par la Côte d’Ivoire et reversé par la France pour être affecté au financement de projets dans six secteurs socio-économiques et trois secteurs transversaux (Etudes et pilotage, Appuis budgétaires, Réserves), définis d’accord partie.

Au 31 décembre 2016, 23 conventions d’affectation avaient été signées, pour un montant total de 934,41 milliards de F.CFA sur les 1 151,25 milliards de F.CFA, soit un taux d’engagement de 81,16 %. Quatorze conventions d’affectation couvrent la totalité du 1er C2D et neuf ont été signées, pour un montant de 521,16 milliards de F.CFA au titre du 2e C2D, soit 70,62 %.

La CNPS nouvel actionnaire d’Eranove

Le groupe industriel panafricain Eranove a signé le 4 avril à Abidjan un protocole d’investissement avec la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) ivoirienne, qui va souscrire à une augmentation de capital réservée.

«L’arrivée d’un nouvel actionnaire ivoirien de référence comme la CNPS est une excellente nouvelle pour Eranove qui voit ses capacités de développement renforcées et une grande satisfaction pour Emerging Capital Partners (ECP) dont l’ambition est d’accompagner des champions régionaux », selon Vincent Le Guennou, co-CEO d’ECP, l’actionnaire majoritaire du groupe Eranove, et président d’Eranove.

« Cette opération valide la stratégie d’investisseur long terme d’ECP qui a levé ces cinq dernières années plus de 850 millions $ investis dans plusieurs sociétés africaines ».

« En tant qu’acteur qui contribue à la protection sociale de la population ivoirienne et qui dispose de capacités financières générées par la collecte des cotisations sociales, notre investissement au sein du groupe industriel panafricain Eranove répond à trois objectifs : promouvoir l’actionnariat ivoirien, mobiliser l’épargne disponible au profit du développement économique et social de la Côte d’Ivoire, et générer des dividendes en vue d’améliorer la qualité des prestations servies à nos assurés sociaux », précise Denis Charles Kouassi, directeur général de la CNPS.

Depuis 2015, le groupe Eranove, leader dans les secteurs de l’électricité et de l’eau en Afrique de l’Ouest, développe et opère de nombreux projets structurants pour le continent (Côte d’Ivoire, Mali, Gabon…).

Les actionnaires actuels d’Eranove sont ECP (55,9 %), AXA (18,6 %), les salariés (8,9 %) et les cadres (6,7 %) d’Eranove, et des privés ivoiriens et sénégalais (9,8 %).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts