Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Brèves éco-financières d’Afrique

Doté d’une capacité annuelle de 25,7 millions de tonnes de marchandises et 6,3 millions de conteneurs EVP, ce projet sera réalisé en deux étapes : la première étape sera achevée quatre ans après le lancement des travaux et une partie du port sera mise en exploitation ; la totalité du projet sera livrée d’ici à sept ans.

Le projet sera réalisé dans le cadre d’une société de droit algérien constituée selon la règle 51 %/49 % entre le Groupe des services portuaires (Serport) public, la China State Construction Engineering Corporation (CSCEC) et la China Harbour Engineering Company (CHEC). L’exploitation du port sera assurée par Shanghai Ports.

Les travaux, qui seront financés à hauteur de 3,3 milliards $ par un crédit chinois à long terme, devraient démarrer avant la fin du 1er semestre 2017.

Un programme solaire photovoltaïque de 4 000 MW

Le ministre de l’Énergie, Noureddine Boutarfa, a reçu le 6 avril Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD), avec qui il a discuté notamment des projets dédiés à la diversification énergétique et au développement des énergies renouvelables.

Le ministre a évoqué le projet 4 000 MW en solaire photovoltaïque que l’Algérie compte lancer incessamment. Constitué de trois lots de près de 1 300 MW chacun, ce projet est conditionné par un investissement industriel. À ce propos, Noureddine Boutarfa a insisté sur la volonté du gouvernement de domicilier la fabrication des équipements en Algérie et de promouvoir la maîtrise d’ouvrage locale. Il a également évoqué l’ambition du secteur de l’Énergie de faire du projet 4 000 MW un véritable vecteur pour le développement des opportunités d’investissement et d’affaires en Afrique.

Ce même projet avait été évoqué la veille avec Isabelle Kocher, directrice générale du groupe français Engie.

Le ministre a aussi évoqué avec Rémy Rioux l’important plan de développement du groupe Sonelgaz, en particulier dans le domaine du transport de l’électricité, ainsi que le projet de modernisation du dispatchnig national en vue d’anticiper l’intégration des EnR dans le système électrique.

MAROC

Contrat-programme sur l’industrie agroalimentaire

Doté d’une enveloppe globale de 12 milliards Dh (1,1 milliard d’euros), dont 4 milliards Dh de fonds publics, un contrat-programme signé le 17 avril à Meknès est relatif au développement des industries agroalimentaires au Maroc. Il vise à développer le secteur en accélérant l’intégration entre l’amont productif et l’aval de la transformation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts