Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Afrique : Mobilisation de l’OCI

L’Organisation de la coopération islamique poursuit son aide aux pays les plus démunis afin de les aider à faire face aux répercussions humaines et économiques de la pandémie de la Covid-19.

Par Kimberly Adams

Le Fonds de Solidarité Islamique (FSI), un organe dépendant de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), a accordé des subventions financières urgentes à cinq pays moins avancés membres de l’Organisation, afin de renforcer leur capacité à faire face à la pandémie de Covid-19.

Le Fonds de solidarité islamique continuera d’octroyer successivement des subventions financières au reste des pays membres les moins avancés pour faire face aux répercussions de cette grave catastrophe, dans toutes ses dimensions.

Cette aide entre dans le cadre de la continuité « des efforts inlassables » déployés par le Secrétariat général de l’OCI et ses organes compétents pour contenir les répercussions néfastes de la pandémie de Coronavirus, signale un communiqué publié par l’agence UNA qui regroupe les pays membres de l’OCI.

L’aide est notamment accordée au Burkina Faso, au Niger, à l’Ouganda, à la Palestine et à la Somalie.

Une cérémonie de remise de chèques approuvés par le Secrétaire général de l’OCI, Youssef bin Ahmed Al-Othaimeen, a s’est tenue le 3 juin 2020 au siège du Secrétariat général de l’OCI. Les chèques ont été remis aux délégués des missions permanentes de ces différents pays.

Cette aide financière devrait permettre à ces pays de pallier leur manque de fournitures et d’équipements médicaux de base, tels que les kits de test, les équipements de protection individuelle pour les agents de santé, les masques chirurgicaux, les respirateurs artificiels, les médicaments, les lits d’hôpital et les équipements de soins intensifs.

L’OCI n’en est pas à sa première mesure du genre. Dans le cadre du suivi du Secrétariat général de l’initiative du Fonds de solidarité islamique, les subventions financières allouées au Bangladesh, à l’Afghanistan et au Djibouti ont été remises fin mai à leurs représentants.

Cette assistance financière vise à soutenir et à améliorer les capacités des ministères de la santé dans ces pays pour lutter contre la pandémie en leur permettant d’acquérir des outils de protection médicale et des vêtements de protection, des dispositifs de dépistage des patients et des fournitures de laboratoire, en plus des médicaments, des cathéters intraveineux, des masques et des lits pour les patients.

De généreux soutiens

Le Fonds de solidarité islamique affirme qu’il continuera d’octroyer successivement des subventions financières au reste des pays membres les moins avancés pour faire face aux répercussions de cette grave catastrophe dans toutes ses dimensions humanitaires, sanitaires, économiques et sociales. Il continuera d’« exploiter toutes les capacités disponibles pour contenir ses effets négatifs ».

Le Fonds exprime « toute sa gratitude » envers le Royaume d’Arabie saoudite, le pays siège, pour son soutien généreux et continu ainsi que les États membres qui ont contribué afin de lui permettre de fournir une assistance aux pays membres.

Les efforts du Fonds de solidarité islamique s’inscrivent dans le cadre de l’engagement des institutions financières islamiques à soutenir le secteur de la santé dans les pays touchés par la pandémie. De son côté, le Groupe de la Banque islamique de développement a créé un centre de préparation stratégique et de réponse de 2,3 milliards $, pour atténuer les effets négatifs causés par la Covid-19 sur les plans sanitaire, social et économique.

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This