x
Close
Société

À Madagascar, l’espoir d’un avenir durable

À Madagascar, l’espoir d’un avenir durable
  • Publiéjanvier 21, 2023

Un modèle innovant, mêlant ressources locales et nouvelles technologies, vise l’autosuffisance et l’autonomisation des communautés rurales vulnérables dans le sud de Madagascar.

 

La résilience aux chocs climatiques, même les plus rudes, cela est possible même dans les régions les plus éprouvées d’Afrique. Tel est, en substance, le message que veut faire passer le PAM (Programme alimentaire mondial) en mettant en chantier un ambitieux projet de développement dans le sud de Madagascar.

Se concentrant sur les régions isolées d’Androy et d’Anosy, à environ quatre heures de route de la capitale, Antananarivo, l’initiative de transformation rurale rapide du PAM fournit des centres alimentés par énergie solaire, une source d’eau durable et des bilans de santé numériques, en partenariat avec le gouvernement.

« J’ai vu un soudeur qui commence tout juste à utiliser l’énergie solaire pour sa propre entreprise, j’ai vu un salon de coiffure, j’ai vu une communauté qui se rassemble grâce à la technologie. »

Les avantages pour les communautés sont multiples : énergie, eau et plateformes numériques, le tout fourni de manière écologiquement responsable et durable, considère l’agence des Nations unies.

Tout aussi important, le projet vise à stimuler le développement à la base, tout en répondant aux besoins les plus pressants des communautés rurales. En cas de succès, le PAM prévoit d’étendre l’idée à d’autres villages et régions.

« Grâce à ce projet pilote, nous faciliterons la transformation rurale, même dans les zones géographiquement isolées, en fournissant de l’eau propre pour l’irrigation, en exploitant des installations de soins de santé, en développant les possibilités d’entrepreneuriat et en développant leurs chaînes de valeur agricoles », explique Jocelyn Raharimbola, gouverneur de la région d’Anosy.

« Après des années d’insécurité alimentaire, les données sur le terrain montrent une amélioration de la situation nutritionnelle grâce aux interventions d’urgence et à la collaboration avec des agences comme le PAM. »

L’initiative est gérée par les autorités régionales et permet aux partenaires de proposer des services supplémentaires, notamment une formation à l’entrepreneuriat pour les femmes et les plus jeunes membres de la communauté.

Des cours sont disponibles en ligne sur la durabilité, les compétences commerciales et l’agriculture, qui est améliorée par des systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte et hydroponiques à énergie solaire faciles à installer. « L’approche écologiquement responsable et durable du programme change la donne », se félicite Tomson Phiri, porte-parole du PAM pour l’Afrique australe.

 

Une meilleure gestion des ressources naturelles

S’il y a quelque chose que les habitants du Sud ont, c’est l’abondance de soleil ; il fait chaud, il fait sec. « Nous sommes en train d’établir des centres alimentés par l’énergie solaire qui fourniront une source d’eau durable aux sites que j’ai visités, nous avons introduit les TIC (technologies de l’information et de la communication) dans ces zones reculées, ce qui permet de fournir des services essentiels, qu’il s’agisse d’énergie, d’énergie verte, d’eau, et de plateformes numériques aux membres de la communauté. »

Tandis que le nord de Madagascar est la proie aux cyclones, le sud est toujours sous la menace des périodes de sécheresse.

L’insécurité alimentaire reste une menace omniprésente, avec 2,2 millions de personnes dans les régions du sud et du sud-est de Madagascar confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire pendant la période de pré-récolte entre maintenant et avril 2023.

Et pourtant, dans les salles de classe numériques, «  j’ai vu des jeunes, nous nourrissons des rêves là-bas, j’ai rencontré des gens, nous suscitons même des entreprises artisanales. J’ai vu un soudeur qui commence tout juste à utiliser l’énergie solaire pour sa propre entreprise, j’ai vu un salon de coiffure, j’ai vu une communauté qui se rassemble grâce à la technologie », témoigne le porte-parole du PAM.

Dont l’initiative Rapid Rural Transformation combine deux stratégies d’atténuation des risques climatiques pour aider les populations : une meilleure gestion des ressources naturelles grâce à des techniques agricoles améliorées pour protéger la production alimentaire et la diversification de leurs moyens de subsistance pour résister aux chocs climatiques.

@NA

 

Écrit par
Paule Fax

Article suivant

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *