Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Mines

Sissingué : Perseus lancera la production d’or

La production ivoirienne d’or représentait quelque 25 tonnes soit plus de 880 000 onces en 2016, avec des réserves de l’ordre de 600 t soit plus de 21 millions d’onces. Un nouveau gisement, sur le point d’entrer en production dans le nord du pays, augmentera ce volume.

Par Gérard Choisnet

La compagnie australienne Perseus Mining Limited a annoncé le 15 janvier que le développement et la mise en service de sa seconde mine d’or, la mine de Sissingué en Côte d’Ivoire (au nord du pays, près de la frontière du Mali), sont proches de l’achèvement, avec l’introduction du premier minerai concassé dans le broyeur et dans l’usine de lixiviation (lessivage) le 13 janvier.

Le premier or devrait être produit à Sissingué en avance sur le programme, avant fin janvier 2018, et le rythme de pleine production commerciale atteint d’ici fin mars 2018.

Le coût d’investissement pour le développement complet de la mine et des infrastructures de Sissingué, non-compris les premiers travaux mais incluant les initiatives opérationnelles de réactivité, était évalué à 107 millions US $ (57 milliards de F.CFA environ) et, selon les estimations actuelles, ce budget ne sera pas dépassé.

Sur la base du plan actualisé de durée de vie de la mine publié en mars 2017, la production estimée d’or représente un cumul de 358 000 onces, dont quelque 80 000 onces par an pour les 3,25 premières années et 70 000 onces/an sur les cinq années complètes. Les coûts de production sont estimés en moyenne à 625 US $ l’once sur les 3,25 premières années de production et 630 US $ l’once sur l’ensemble de la durée de vie de la mine.

Un potentiel significatif existe pour augmenter les ressources minières actuellement définie et la durée de vie de la mine.  Ces ressources du projet Sissingué, combinant les gisements Sissingué, Bélé Est et Bélé Ouest, représentent 820 000 onces d’or (15 millions de t à 1,7 g/t d’or), soit des réserves de 400 000 onces.  Des programmes d’exploration visant les minéralisations situées à portée de camion de la mine ont été développés et seront mis en œuvre quand la mine dégagera une trésorerie positive.

« Nous sommes en route pour atteindre notre objectif de production de plus de 500 000 onces d’or par an à partir de fin 2021 depuis nos trois opérations ouest-africaines, Edikan, Sissingué et Yaouré »,  a déclaré Jeff Quartermaine, directeur général et CEO de Perseus.

Le projet Yaouré, également en Côte d’Ivoire, dans le centre du pays, a le potentiel pour devenir un projet à grande échelle, bas coût et longue durée de vie, estime Perseus. L’étude de faisabilité définitive (DFS) achevée en novembre 2017 indique des réserves de 26,8 millions de t de minerai à 1,76 g/t contenant 1,52 million d’onces d’or.

La production annuelle moyenne est estimée à 215 000 onces pour les cinq premières années d’exploitation, à un coût moyen de 734 US $ l’once. Les bas coûts d’exploitation sont dus à la proximité d’une excellente infrastructure : réseau électrique et approvisionnement en eau à 5 km, autoroute à 40 km.

Un potentiel de croissance et d’extension de la durée de vie actuelle de 8,5 ans de la mine existe à travers de nouveaux forages dans les zones prévues ainsi qu’avec une exploration systématique des 513 km2 du permis.

Perseus a également commencé en Côte d’Ivoire l’exploration d’autres prospects (Bélé, Kanadi) sur les permis Mbengué, Mahalé et Napié, accordés en 2012.

Au Ghana, Perseus a lancé en août 2011 la production de Edikan Gold Mine (EGM), ex-Central Ashanti Gold Project (CAGP) ; la production commerciale a démarré le 1er janvier 2012. Le permis de 480 km2 recèle des ressources de 5,011 millions d’onces, soit des réserves de 2,078 millions d’onces.

La production représente environ 200 000 onces d’or par an depuis 2012. Elle devrait représenter en moyenne 214 000 onces/an sur les 6,5 années de durée de vie restantes (depuis le 1er juillet 2017).

Perseus a commencé l’exploration d’un certain nombre de prospects proches de la mine, comprenant Bokitsi, Mampong, Pokukrom et le permis de prospection Agyakusu pour trouver de nouvelles ressources afin de prolonger la vie de EGM.

A 35 km à l’est de EGM, le projet Grumesa (permis de 39 km2) dispose de ressources de 471 000 onces sur le prospect Kayeya, satellite potentiel à bas coûts pour EGM.

Related Posts