Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Santé

Covid-19 en Côte d’Ivoire : «J’accuse» de Dr Ismaël M. Camara

La Côte d’Ivoire a officiellement pris, depuis la fin de la semaine dernière, la tête fort peu enviable du pays le plus touché par le Covid-19 en Afrique de l’Ouest. Une catastrophe sanitaire se dessine à l’horizon dans ce pays si rien n’est fait. Le docteur Ismaël Mory Camara, épidémiologiste tire sur la sonnette d’alarme, car, dit-il quand sonne le glas, pour l’un, il sonne pour l’autre…

Par docteur Ismaël Mory Camara

« La Côte d’Ivoire, épicentre de la pandémie du Covid-19 en Afrique de l’Ouest ». J’accuse !  A qui la faute ?

– Au pouvoir central ?

– À la population ?

– Aux lanceurs d’alerte sur les réseaux sociaux ?

Oui, J’accuse… 

« Les lanceurs d’alerte ; parlons-en. Pendant que la lutte contre la pandémie bat son plein, ces soi-disant éveilleurs des consciences (et quelles consciences !!!), africaines rament à contre-courant de cette dynamique », dénonce l’épidémiologiste Dr Camara. « Ils seront les premiers responsables de l’échec de cette lutte. Ils doivent être identifiés et poursuivis pour  complicité de crimes », propose-t-il.

Le gouvernement du Premier ministre n’est pas assez rigoureux dans la gestion de cette situation tragique. Certes des mesures efficaces et courageuses ont été prises, mais le pouvoir a, de façon délibérée ouvert la boîte de pandore dès le départ, créant ainsi la confusion et la méfiance des populations.

Il aurait fallu être ferme en ce qui concerne le confinement des voyageurs en provenance de la France dans ce fameux vol de la compagnie Air France. En laissant certains rentrer chez eux, le gouvernement a pêché.

Ensuite, dans la communication, trop de zone d’ombre.  Que fait-on des malades ? Quels traitements leur sont administrés ? En somme quelle est la stratégie ? S’agit-il d’un dépistage de masse ? Tout cela apporte du flou dans l’action du gouvernement.

Pendant qu’on demande aux populations de se confiner, certains se rassemblent pour des cérémonies de dons. Quel crédit apporté aux consignes dans ces circonstances ?

Une fois de plus, si nous voulons réussir ce combat contre ce tueur invisible, nous devons être rigoureux dans l’application des mesures que nous avons nous mêmes édictées. 

Quant à nos braves populations, elles n’ont pas encore pris la réelle mesure de la menace qui plane sur nous.

Un tour à Yopougon (commune populaire d’Abidjan). Vous comprendrez que nous sommes mal partis. Des maquis ouverts, des marchés bondés, des transports en commun comme en temps ordinaire. Le tout couronné par le saccage des installations prévues pour lutter contre cette pandémie.

J’ai mal quand je vois toutes ces personnes tentant de braver les interdictions du gouvernement. Comme le geste de toutes ces personnes qui veulent de façon clandestine contourner l’interdiction de sortir du grand Abidjan.

Rien que pour ce week-end plus de 300 individus ont été interpellés sur nos routes. Je ne parlerai pas de tous ceux qui ont réussi. C’est de l’irresponsabilité,  de l’inconscience et de l’insouciance. Il est temps que cesse ce petit jeu de cache-cache avec le virus. Car si nous ne prenons garde, il finira par nous rattraper et alors ce sera trop tard.

Les lanceurs d’alerte ; parlons-en. Pendant que la lutte contre la pandémie bat son plein, ces soi-disant éveilleurs des consciences (et quelles consciences !!!), africaines rament à contre-courant de cette dynamique.

« Pendant qu’on demande aux populations de se confiner, certains se rassemblent pour des cérémonies de dons. Quel crédit apporté aux consignes dans ces circonstances ? Une fois de plus, si nous voulons réussir ce combat contre ce tueur invisible, nous devons être rigoureux dans l’application des mesures que nous avons nous mêmes édictées », estime Docteur Camara. 

Ils seront les premiers responsables de l’échec de cette lutte. Ils doivent être identifiés et poursuivis pour  complicité de crimes. Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux,  tout le monde est expert. Le plus souvent ne sachant même pas de quoi il s’agit.

Des désœuvrés en mal de reconnaissance, après avoir échoué sur les bancs, se sont retrouvés par de heureux hasards en Europe ou aux États Unis, s’érigent en donneurs de leçons.

En vérité, ce sont de piètres communicateurs qui veulent mener le combat de leurs leaders politiques, là où ceux-ci ont échoué.

Rassurez-vous, au moment du décompte macabre, vous ne serez pas oublié. L’histoire retiendra que vous avez de façon délibérée emmené vos frères et sœurs dans la tombe ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This