Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Société

Réhabilitation du pont Houphouët-Boigny et de la baie de Cocody

Les travaux de réhabilitation du pont Félix Houphouët-Boigny ont été lancés par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Le but de la réhabilitation de cet ouvrage permettra d’améliorer sensiblement la sécurité des usagers, la mobilité des personnes et des biens et la productivité des acteurs économiques. «Le pont Félix-Houphouët-Boigny a toujours été le passage obligé du trafic à destination et en provenance du port d’Abidjan avec plus de 85% des échanges commerciaux de notre pays.

Cet ouvrage a aujourd’hui besoin d’être réhabilité », a souligné le chef du gouvernement. Long de 550 m, le pont Houphouët-Boigny relie le sud et nord de la ville d’Abidjan. Le coût de sa réhabilitation est estimé à 41,7 milliards de F.CFA (63,6 millions d’euros), et les travaux dureront 30 mois.

Un mémorandum d’entente (…) a été signé le 6 mars 2017, en présence du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara,  et du roi du Maroc, Mohamed VI. Le projet de la baie de Cocody sera achevé en 2020.

Egis a été chargé en 2015 de mener les études de réhabilitation (l’étude de diagnostic technique, l’avant-projet sommaire de réparation ainsi que de la préparation du dossier de consultation des entreprises) sur financement de la BOAD et du budget ivoirien.

Le contrat pour les travaux a été attribué début novembre 2017 à Eiffage, via sa filiale Eiffage Génie Civil, mandataire du groupement comprenant également Spie fondations, filiale de Spie batignolles. Le montant du contrat s’élève à 52,5 millions d’euros (32,7 millions d’euros pour Eiffage Génie Civil et 19,8 millions d’euros pour Spie fondations).

Financé par l’Agence française de développement (AFD) dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D), le projet porte sur la réalisation de fondations complémentaires, avec notamment des pieux à -70 m, et la réhabilitation totale du pont.

Construit entre 1954 et 1957, le pont Félix-Houphouët-Boigny est un pont rail-route de 25 m de large, qui traverse la lagune Ébrié sur 376 m. Doté de 8 travées double-caisson de 47 m en béton précontraint reposant sur des pieux inclinés, cet ouvrage emblématique de la capitale ivoirienne enregistre chaque jour quelque 150 000 passages.

« Lentement, mais sûrement »

En plus des travaux sur ce pont, le gouvernement ivoirien a adopté un décret portant ratification de l’accord de prêt de 11 millions de dollars, soit environ 6,05 milliards de F.CFA, conclu le 13 février 2018 avec le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) en vue du financement du projet de réhabilitation de la baie de Cocody (Abidjan).

Le projet comprend des services et des travaux de génie civil, notamment la construction de deux promontoires afin de protéger les côtes de l’érosion. Selon le ministère des Infrastructures économiques, le projet de sauvegarde et de valorisation de la baie de Cocody, prévu sur 136 hectares de plan d’eau lagunaire, émerge « lentement, mais sûrement ».

L’Etat ivoirien prévoit d’investir 272,75 milliards de F.CFA dans ce projet pour accroître l’activité touristique de la ville d’Abidjan et créer des emplois. Le projet se déploie en deux tranches, dont la première, d’un coût de 57,03 milliards de F.CFA, comprend deux phases.

Les travaux de la première phase (13,51 milliards de F.CFA) de la première tranche sont achevés. Ils concernent la réalisation du dragage, du remblaiement et du confortement des berges du chenal.

La seconde phase (43,52 milliards de F.CFA) de la première tranche est en cours d’exécution, avec la création de quais de promenade, d’une plaine sportive et de la marina, base nautique devant accueillir des bateaux de plaisance.

Le pré-réchauffement de la plaine sportive est réalisé à 50 % et les travaux de consolidation de la zone de battage des pieux de guidage de la marina sont réalisés à 90 %, précise le ministère des Infrastructures économiques.

La seconde tranche du projet, d’un coût de 215,72 milliards de F.CFA, n’a pas encore démarré. Elle portera sur la construction du pont à haubans (2 fois 2 voies) reliant la commune de Cocody à celle du Plateau, ainsi que la création de la coulée verte, aménagement urbain d’un corridor de végétation de 3 000 ha entre la forêt du Banco et la baie de Cocody.

Un mémorandum d’entente consacrant l’accord de principe du gouvernement ivoirien et de la société d’Etat marocaine Marchica Med, pour l’élaboration d’une stratégie commune pour le développement du programme de valorisation et d’exploitation de la baie de Cocody a été signé le 6 mars 2017, en présence du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara,  et du roi du Maroc, Mohamed VI. Le projet de la baie de Cocody sera achevé en 2020.

Un deuxième centre de radiothérapie à Grand-Bassam

Pendant ce temps le gouvernement a adopté un décret portant ratification de l’accord de prêt de 110,358  millions de dollars (environ 59 milliards de F.CFA), conclu le 25 octobre 2016 avec l’Export-Import Bank of Korea (Korea Eximbank), en vue du financement du projet du Centre national de radiothérapie et d’oncologie, prévu à Grand-Bassam.

Ce projet vise à doter la Côte d’Ivoire d’un centre de référence afin de réaliser des diagnostics plus précis des patients atteints de cancer et de leur fournir des traitements appropriés et efficaces. Il comprend la construction d’un hôpital d’une capacité de 200 lits, la fourniture et l’installation d’équipements médicaux d’avant-garde, ainsi que la création d’un environnement hospitalier moderne, innovant et efficient.

Le premier établissement du genre, réalisé au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody avec le concours de la société marocaine Agentis, a été inauguré le 18 décembre 2017 par le président Alassane Ouattara. L’investissement s’élève à 13,6 milliards de F.CFA.

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts