x
Close
Politique

Vue d’Ukraine : l’ambassadeur d’Afrique du Sud parle de paix

Vue d’Ukraine : l’ambassadeur d’Afrique du Sud parle de paix
  • Publiéavril 5, 2024

Depuis les abris antiaériens de Kiev, l’ambassadeur Shoayb Casoo déclare qu’il est prioritaire d’amener les deux parties à la table des négociations.

 

Alors que les missiles et les drones pleuvent sur l’Ukraine, l’ambassadeur sud-africain à Kiev parle de paix, entre deux visites aux abris antiaériens. En mars, la Russie a intensifié ses attaques de missiles de croisière sur Kiev et l’Ukraine a riposté en frappant la flotte russe de la mer Noire.

L’ambassadeur sud-africain Shoayb Casoo (photo ci-dessus) a passé des années à diriger l’ambassade d’Arabie saoudite. Naturellement, il espérait une dernière affectation confortable après une vie passée au service des Affaires étrangères. Au lieu de cela, il s’est retrouvé à Kiev, dans l’œil du cyclone !

Pour l’instant, les raids aériens se poursuivent. L’Ukraine s’est même dotée d’une application pour smartphone afin d’informer les citoyens des attaques prévues.

« Les Russes peuvent envoyer cent missiles la nuit. Le bruit. De cinq à huit ou sept heures du matin le samedi. On entend le bruit, puis les explosions. Et les fenêtres qui vibrent. Et les cris », décrit Shoayb Casoo autour d’un café dans le centre de Kiev.

« Nous avons trois bunkers. Dans des compartiments. Vous partagez un compartiment de 1,5 mètre, même pas. Et si vous le partagez avec deux autres personnes que vous ne connaissez pas, il n’y a pas d’autre espace pour vos sacs. Il faut s’allonger. Pendant 19 heures. C’est difficile. »

L’ambassadeur Casoo représente environ 18 Sud-Africains restés en Ukraine, pour la plupart des professionnels sous contrat, et il connaît la plupart d’entre eux par leur nom. Il dirige la mission diplomatique depuis sa résidence, avec un seul véhicule, et espère une paix qui, il l’admet, se heurte à de nombreux obstacles.

« L’obstacle le plus important sera celui de l’intégrité territoriale. Et ce sera le plus difficile. Vous savez que la Russie dit clairement qu’il s’agit de nos territoires. Nous estimons qu’il s’agit de territoires pris par la force. Le secrétaire général des Nations unies a déclaré que nous respections l’Ukraine et ses frontières internationalement reconnues. C’est donc la position des Nations unies et celle de l’Afrique du Sud », ajoute-t-il.

 

Reconstruire une nation

L’Afrique du Sud a été critiquée par certains pays occidentaux pour sa position équivoque sur la guerre en Ukraine. Le président Cyril Ramaphosa a lancé plusieurs tentatives de médiation du conflit sous l’égide de l’Afrique, avec un impact limité, mais il a continué à entretenir des relations chaleureuses avec son homologue russe Vladimir Poutine tout au long de la guerre et cherche activement des débouchés commerciaux avec Moscou.

Toutefois, Shoayb Casoo affirme que l’Afrique du Sud reste déterminée à faire en sorte que les parties reprennent les négociations directes. « Nous ne savons pas ce qui se passera à la table des négociations entre les deux parties, mais nous ne pensons pas qu’il soit possible d’instaurer la paix si les deux parties refusent de se parler. Pour l’instant, elles sont très éloignées l’une de l’autre », déclare l’ambassadeur.

Beaucoup de gens en Ukraine sont optimistes quant à la lutte titanesque pour la survie de leur pays. Les personnes aisées ont déjà déplacé leurs familles vers la Pologne, l’Autriche ou la Turquie, où elles sont en sécurité ; celles qui sont restées sur place supportent la guerre avec une résignation décontractée. Dans les villes, les Ukrainiens bien habillés qui fréquentent les boîtes de nuit ne prennent souvent pas la peine de se rendre dans les abris.

À bien des égards, c’est le port d’Odessa, lourdement défendu, qui subit le plus gros des attaques de missiles. La ligne de front est à moins d’une heure de route.

La plupart des drones sont abattus par les mitrailleurs de la côte, mais ceux qui parviennent à passer ont endommagé plus d’une vingtaine de bâtiments historiques. Le constructeur Yenheni Gevrik est l’un des entrepreneurs qui s’efforcent de les réparer.

Lors de l’invasion russe, Yenheni Gevrik et ses ouvriers se sont unis pour combattre. Il a acheté ses propres munitions, son gilet pare-balles et son casque car, dans le chaos des premiers jours de l’invasion, il n’y en avait pas assez pour tout le monde.

Six de ses ouvriers sont morts sur le front. L’entrepreneur, qui a reçu deux médailles pour sa bravoure dans l’infanterie de marine, a mis fin à ses jours de combat après avoir été blessé à la jambe. « J’ai échappé une fois, peut-être que j’aurai encore de la chance », nous confie-t-il, par l’intermédiaire d’un interprète.

Yenheni Gevrik
Yenheni Gevrik

 

Aujourd’hui, Yenheni Gevrik est de nouveau en première ligne dans la bataille pour la reconstruction de sa ville natale d’Odessa.

Et en ce dimanche matin frais et ensoleillé, il examine les dégâts causés par un drone.

Celui-ci a touché un immeuble d’habitation qui avait été construit voici plus d’un siècle dans le centre-ville d’Odessa. L’attaque a eu lieu dans les premiers mois des combats, en juillet 2022 ; la famille propriétaire s’est réfugiée à Vienne.

 

Star Wars, l’attaque des drones

Yenheni Gevrik n’a aucun doute quant à sa capacité à réparer l’immeuble en quelques semaines ; la seule question est de savoir qui paiera la facture, étant donné que les assurances sont rares en Ukraine. Des tentatives sont faites à Odessa pour recueillir des fonds auprès des entreprises, du gouvernement et des organismes d’aide pour la reconstruction.

La guerre l’a changé, reconnaît l’entrepreneur ; elle l’a amené à se concentrer sur l’avenir de sa femme et de ses quatre enfants. Pourtant, il ne regrette pas d’avoir combattu. Il garde les munitions qu’il a achetées dans son armoire, au cas où les Russes viendraient frapper à sa porte. « Je pense que la guerre ne s’arrêtera que lorsque la Russie s’arrêtera. »

Pour l’instant, les raids aériens se poursuivent. L’Ukraine s’est même dotée d’une application pour smartphone afin d’informer les citoyens des attaques prévues. Chaque raid est annoncé par une sirène grave et écœurante et une voix étrangement familière aux fans de la Guerre des étoiles. En effet, lorsque la dernière attaque est terminée, la voix proclame : « Le raid aérien est maintenant terminé, que la force soit avec vous ! »

Il s’agit de la voix de l’acteur américain Mark Hamill, qui incarne Luke Skywalker depuis plus de 40 ans et qui est aujourd’hui ambassadeur de United24, une organisation qui collecte des fonds pour la défense de l’Ukraine. « Il est cool », lâche un Ukrainien en levant les yeux de son smartphone dans un abri antiaérien à Odessa.

@NA

Écrit par
Chris Bishop

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *