Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Tunisie : Gouvernement I de Najla Bouden Romdhane

Le président tunisien Kaïs Saïed a finalement nommé mercredi 29 septembre 2021 un joker à la primature : Elle est une femme. Après sa nomination, Najla Bouden, première Tunisienne à devenir chef de gouvernement, a dévoilé lundi 11 octobre la composition de son équipe.

Par Serges David

La crise politico-sociale débutée le 22 juillet 2021 en Tunisie connaîtra-t-elle son épilogue avec ce dernier rebondissement ?

MISE A JOUR LUNDI 11 OCTOBRE 2021

Plus d’une semaine après sa nomination, Najla Bouden, première Tunisienne à devenir chef de gouvernement, a dévoilé lundi 11 octobre la composition de son équipe. L’empreinte du président Kaïs Saïed est bien présente, observe la presse tunisienne.

VOIR COMPOSITION PLUS BAS

Sans doute, car le président Kaïs Saïed, qui cumulait tous les pouvoirs à Tunis, a nommé ce mercredi Najla Bouden Romdhane comme la nouvelle Première ministre du pays ; en remplacement de Hichem Mechichi limogé le dimanche 25 juillet 2021.

Dans toute l’histoire politique de la Tunisie, c’est la première fois qu’une femme occupe ce poste si stratégique et si important. Najla Bouden Romdhane en devient donc la toute première femme à ce niveau.

Elle arrive comme à la fois un médecin et comme un pompier. Guérir les Tunisiens et éteindre les flammes encore incandescentes allumées par les derniers soubresauts politiques du pays.

De ce point de vue, la présidence est formelle. Elle demande à la géologue de formation qu’est Najla Bouden Romdhane (63 ans), de former « un gouvernement dans les plus brefs délais ».

Cette ancienne haute fonctionnaire au ministère de l’Enseignement supérieur peut relever ce défi, car elle n’est pas à son premier challenge.

La Première ministre Najla Bouden Romdhane

A l’Enseignement supérieur précisément, c’est elle qui a piloté l’accès au marché du travail des diplômés du supérieur.

Un peu plus de de dix semaines après le début de de la crise qui l’a vu s’imposer en président omnipotent, Kaïs Saïed vient de dénouer le nœud de la crispation.

Charge désormais à Najla Bouden Romdhane de ne pas faire mentir le président Kaïs Saied qui a insisté, à plusieurs reprises, sur le caractère « historique » de la nomination d’une femme pour la première fois pour diriger le gouvernement en Tunisie. Il a même précisé que : « C’est un honneur pour la Tunisie et un hommage à la femme tunisienne ».

La mission de Najla Bouden Romdhane implique qu’elle soit parfaitement synchro avec le président tunisien sur les différents chantiers qui l’attendent. Ce dernier n’a pas omis de dire et de redire que la cheffe du gouvernement sera étroitement sous ses ordres.

La mission de Najla Bouden Romdhane implique qu’elle soit parfaitement synchro avec le président tunisien sur les différents chantiers qui l’attendent. Ce dernier n’a pas omis de dire et de redire que la cheffe du gouvernement sera étroitement sous ses ordres.

Une façon de souligner qu’il reste seul maître à bord, car notamment échaudé qu’il est par son expérience vécue avec l’ex-Premier ministre Hichem Mechichi. Les deux hommes s’étaient livrés une guerre froide qui avait duré des mois et paralysé la vie politique tunisienne.  

A LIRE EGALEMENT 

Kaïs Saïed : En attendant un Premier ministre, la Tunisie se présidentialise

De plus, si le Parlement reste gelé, comme il est actuellement, Najla Bouden Romdhane ne pourra pas faire valider son équipe gouvernementale par les députés.

Ce qui fait dire au journal tunisien en ligne Kapitalis que certes cette femme est une excellente géologue, mais « une néophyte en politique politicienne ». Et pourtant, c’est cette « néophyte » qui prendra les rênes du pays en cas de vacance de la présidence.

@SD

COMPOSITION DU GOUVERNEMENT TUNISIEN

Ministre de la Justice : Leila Jaffel

Ministre de la Défense : Imed Memmiche

Ministre de l’Intérieur : Taoufik Charfeddine

Ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger : Othman Jerandi

Ministre des Finances : Sihem Boughdiri Nemsia

Ministre de l’Economie et du Plan : Samir Saïed

Ministre des Affaires sociales : Malek Ezzahi

Ministre de l’Industrie, des Mines et de l’Energie : Neila Nouira Gonji

Ministre du Commerce et du Développement des exportations : Fadhila Rabhi Ben Hamza

Ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche : Mahmoud Elyes Hamza

Ministre de la Santé : Ali Mrabet

Ministre de l’Education : Fethi Sellaouti

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Moncef Boukthir

Ministre de la Jeunesse et du Sport : Kamel Deguiche

Ministre des Technologies de la communication : Nizar Ben Néji

Ministre des Transports : Rabii Majidi

Ministre de l’Equipement et de l’Habitat : Sarra Zaafrani Zenzeri

Ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières : Mohamed Rekik

Ministre de l’Environnement : Leïla Chikhaoui

Ministre du Tourisme : Mohamed Moez Belhassine

Ministre des Affaires religieuses : Brahim Chaïbi

Ministre de la Famille, de la Femme, de l’Enfance et des Personnes âgées : Amel Belhaj

Ministre de la Culture : Hayet Ketat Guermazi

Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle : Nasreddine Nsibi

Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger : Aïda Hamdi

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts