Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Terrorisme : La diplomatie conquérante du président Ali Bongo

Le Gabon prend la tête du Comité des Nations-unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale.

Par Aude Darc

C’est de notoriété publique Libreville est considérée comme l’une des capitales africaines les plus actives sur le plan diplomatique et c’est aussi connu que le Gabon s’apprête à être un membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations-unies pour la période 2022-2023.

L’Unsac compte onze Etats membres dont l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tome & Principe et le Tchad.

Fort de tous ces atouts, le pays vient de succéder au Burundi à la tête du Comité consultatif permanent des Nations-unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) au cours d’ailleurs d’une réunion qui se tient du 22 au 26 novembre à Libreville consacrée à ce sujet. La 52è du genre.

Pendant donc une période de six mois, le Gabon dirigera ce Comité dont la mission est, entre autres, de mener des « activités de reconstruction et de renforcement de la confiance entre ses États membres, notamment par des mesures de confiance et de limitation des armements ».

D’autant plus vrai que des mécanismes et instruments avaient naguère été adoptés dans ce sens, à l’instar de la « Convention de l’Afrique centrale pour le contrôle des armes légères et de petit calibre, de leurs munitions, et de toutes pièces et composantes pouvant servir à leur fabrication, réparation et assemblage ».

Cette convention avait été approuvée le 30 avril 2010 lors de la 30è réunion de l’UNSAC tenue à Kinshasa (RD Congo).

A Libreville, plusieurs thématiques doivent faire l’objet de débats contradictoire, elles vont du changement climatique ; la revue de la situation géopolitique et sécuritaire en Afrique centrale ; en passant par l’accompagnement du processus de transition tchadien ou encore à la stratégie régionale de lutte contre la pandémie de la Covid-19.

Chaque année, les ministres de la zone se réunissent deux fois en moyenne pour dresser un état de la situation géopolitique et sécuritaire en Afrique centrale. Ensuite, ils font un rapport sur les programmes de désarmement et de limitation des armes dans la sous-région.

L’Unsac compte onze Etats membres dont l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la République démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tome & Principe et le Tchad.

@AD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts