Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Tentative d’assassinat de Goïta : Alassane Touré est décédé

Alassane Touré (30 ans), le Malien accusé d’avoir tenté d’assassiner le président de la Transition Assimi Goïta est décédé en détention. La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) demande une enquête.

Par Paule Fax

Le gouvernement malien a annoncé à la cantonade dans un communiqué laconique que Alassane Touré présumé agresseur qui avait tenté d’égorger le président de la Transition malienne Assimi Goïta  est décédé dimanche à l’hôpital Point G de Bamako. Dans quelles circonstances ? Comment ? Pourquoi ? Autant de questions, sans réponses précises, car on en sait rien, du moins officiellement.

« Dans nos différents rapports, nous évoquons les cas de violation des droits des détenus : en plus de la surpopulation carcérale, il y a des traitements inhumains et dégradants pour ne pas parler des tortures au niveau de certains centres de détention », dixit Aguibou Bouaré, président de la CNDH.

Les autorités se sont contentées d’indiquer qu’une autopsie a été ordonnée pour déterminer les causes du décès du jeune Touré.

Bamako explique également qu’au cours « des investigations » son « état de santé (…) s’est dégradé ». Touré a alors été immédiat conduit à l’hôpital Gabriel Touré, avant d’être admis à l’hôpital Point G. et d’y succomber.

Une information qui laisse dubitatif et surtout brille pas de nombreuses zones d’ombre.

Le colonel Assimi Goïta

Une brèche dans laquelle s’est engouffrée la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH). Elle demande une enquête. La CNDH estime, à travers son président Aguibou Bouaré, que « c’est toujours inquiétant une mort en détention. Cela corrobore vraiment nos préoccupations depuis un certain moment. Dans nos différents rapports, nous évoquons les cas de violation des droits des détenus : en plus de la surpopulation carcérale, il y a des traitements inhumains et dégradants pour ne pas parler des tortures au niveau de certains centres de détention ».

Quoi qu’il en soit, le gouvernement a affirmé dimanche que « les premières informations recueillies indiquent qu’il ne s’agissait pas d’un élément isolé », laissant pensant à la poursuite de l’enquête sur cette tentative d’assassinat de Assimi Goïta le 20 juillet 2021.

PF

A LIRE AUSSI

Mali : Le président Assimi Goïta échappe à un assassinat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts