Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

L’ex-président Alpha Condé part aux Émirats arabes unis

Le président déchu de la Guinée Alpha Condé a quitté lundi son pays pour l’étranger notamment les Émirats arabes unis en vue des soins médicaux pour une durée d’un mois, avec l’accord de la junte au pouvoir.

Par Aude Darc

Le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD, junte au pouvoir) a accordé à l’ancien président Alpha Condé (83 ans) de quitter Conakry lundi pour subir des examens médicaux aux Émirats arabes unis. Elle lui autorise un séjour d’un mois maximum, précise-t-elle mardi. 

Ces militaires ne voulaient pas jusqu’à présent laisser partir l’ancien chef d’Etat à l’étranger. Pour des raisons évidentes de sécurité, ils redoutaient des menées subversives de sa part contre le nouveau pouvoir. Mais le CNRD assure que des garanties lui ont été données quant à un retour effectif d’Alpha Condé dans un mois, après son séjour médical à Abu Dhabi. Par qui ? Motus bouche cousue.

Quoi qu’il en soit Alpha Condé à quitté l’aéroport international Ahmed Sekou Touré de Conakry à bord d’un avion Gulfstream G-IV. L’Etat guinéen a mis à sa disposition deux gardes de corps. Son médecin personnel Dr Kaba était aussi de la délégation.

Rendez-vous le 18 février 2022.

 BACKGOUND

Alpha Condé dans l’avion en partance pour les Emirats arabes unis

La junte guinéenne a autorisé le président Alpha Condé à quitter le pays pour des raisons médicales, des membres de la société civile s’inquiètent et plaident pour que l’ex-Président soit inculpé avant sa sortie du territoire national.

Le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD, junte au pouvoir) a annoncé vendredi soir avoir accepté d’autoriser l’ancien président Alpha Condé à sortir de la Guinée pour aller se soigner à l’extérieur.

« En concertation avec la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), l’ancien président Alpha Condé est autorisé à aller se faire consulter à l’extérieur pour une période d’un mois », indique un communiqué du gouvernement à la télévision publique.

« Il se peut que ça soit dans la logique de décrispation et de rassemblement. Mais, le fait que le CNRD ait mis en avant les raisons humanitaires et que la commission de la Cédéao est le garant du retour d’Alpha Condé, nous disons que c’est une bonne chose. Il faut rappeler que même si tel n’a pas été le cas durant son règne ici, on ne doit pas envoyer un citoyen en prison pour le détruire. Autrement dit, l’interdiction d’aller et de venir est une simple sanction. Donc, si on évacue Alpha Condé pour des raisons sanitaires, c’est une bonne chose. Mais, il y a des craintes tout de même qui existent. Le CNRD a dit que la justice sera la boussole qui orientera tous les citoyens Guinéens. On connaît toutes les violations massives et graves des droits humains intervenues au temps d’Alpha Condé. Il serait idéal que Alpha Condé soit inculpé avant de sortir du pays », dixit Mamadou Kaly Diallo, activiste des droits de l’homme et président de la Plateforme des jeunes leaders de l’axe pour la démocratie et le développement (PNJDD).

Alpha Condé (83 ans) avait été victime d’un coup d’Etat militaire le 5 septembre 2022 et avait été détenu au secret pendant des mois avant d’être transféré à la résidence de son épouse et toujours sous surveillance.

Immédiatement après l’annonce des militaires, les responsables du RPG (ex-parti au pouvoir), et les militants de ce parti ont salué cette décision et appelé à une libération sans condition de l’ancien Président dont la date de départ n’a pas encore été précisée.

Bien que la libération de Condé fasse partie des exigences de la Cédéao, avec la tenue d’élections dans les six mois, la société civile guinéenne souligne ses inquiétudes. Et souhaite que des mesures soient prises pour rendre le retour en guinée de l’ancien président obligatoire.

Car pour certains Guinéens comme Mamadou Kaly Diallo, « les victimes de toutes ces violations des droits de l’homme durant le règne d’Alpha Condé ont droit à la justice.

Elles ont droit à la réparation et à la connaissance de la vérité. En tout cas, jusqu’à preuve du contraire, Alpha Condé est le présumé auteur de tout ce qui s’est passé en Guinée ces 11 dernières années ».

Mais la junte dirigée par le colonel Mamadi Doumbouya, qui entre-temps s’est fait investir président de transition, avait déjà affirmé dans un communiqué le 17 septembre 2021 qu’Alpha Condé « est et demeurera en Guinée ».

Mamadi Doumbouya

Le CNRD « continuera à assurer à l’ancien chef de l’Etat un traitement digne de son rang, et ceci sans aucune pression nationale et internationale».

@AD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts