Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

MAJ – RD Congo : Félix Tshisekedi, président élu, prête serment

Selon les résultats provisoires communiqués dans la nuit de mercredi 16 janvier, le candidat de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Félix Tshisekedi, a remporté la présidentielle de décembre 2018. La Cour constitutionnelle a validé, il a donc prêté officiellement serment et est devenu le 5è président de la RD Congo indépendante.

Par Serges David

Félix Tshisekedi, le vainqueur de la présidentielle du 30 décembre 2018 a prêté serment au palais des nations à Kinshasa aux côtés du président sortant Joseph Kabila et en présence de 17 chefs d’Etat.

La Cour constitutionnelle avait déja rejeté mardi 22 janvier le recours du candidat malheureux Martin Fayulu Madidi, qui contestait les résultats de la présidentielle.

La Haute Cour avait estimé que la requête n’était pas fondée, parce que le candidat malheureux n’avait pas apporté des preuves convaincantes que les résultats publiés par la CENI n’étaient pas conformes à la réalité.

La plus haute juridiction du pays a donc proclamé Félix Tshisekedi Tshilombo président élu de la République démocratique du Congo (RDC). Il devient ainsi le cinquième président depuis l’accession du pays à l’indépendance, le 30 juin 1960.

La Cour constitutionnelle avait déja rejeté mardi 22 janvier le recours du candidat malheureux Martin Fayulu Madidi

Même si une partie de l’opposition conteste la transparence de cette élection, il n’en demeure pas moins vrai que c’est la première fois qu’une transition politique pacifique a lieu dans le plus vaste pays d’Afrique central, depuis son indépendance il y a 59 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Le spectre d’un troisième mandat

    Alpha Condé a-t-il l’intention d’aller au-delà des deux mandats prévus par l’actuelle Constitution de la Guinée ? Le Président ne s’est pas encore prononcé à ce sujet, mais les mouvements « pro » et « anti » troisième mandat se font entendre avec vigueur.

  • Fin de mandat tumultueuse

    Alors que les états-majors politiques se préparent à la présidentielle de novembre 2020, les tensions sécuritaires et le « trou d’air » dans la gouvernance du Burkina Faso, l’an dernier, rendent la tâche difficile pour le président sortant.

  • Une opposition, pour quoi faire ?

    Face à la crise préélectorale que connaît le Bénin, les proches du président Patrice Talon veulent aller aux élections sans opposition. Une nouvelle galaxie se constitue autour de lui.

  • Un air de précampagne

    Candidat à un quatrième mandat, Faure Gnassingbé dévoile sa stratégie. La campagne commence…