Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Présidentielle au Congo : Denis Sassou-Nguesso face à six candidats

Dimanche 21 mars 2021, quelques cinq millions de Congolais seront appelés aux urnes pour départager les différents candidats et choisir leur nouveau président de la République pour un mandat de cinq ans renouvelable.

Par Serges David

Au Congo-Brazzaville, la présidentielle a lieu ce dimanche 21 mars 2021. Le président sortant Denis Sassou-Nguesso (77 ans), repart à la conquête des voix de ses compatriotes congolais. 

Il aura en face de lui six adversaires dont Guy-Brice Parfait Kolélas (principal adversaire et fils de l’ancien Premier ministre Bernard Kolélas), Mathias Dzon, son ancien ministre des Finances (1997-2002), le député Joseph Kignoumbi Kia Mboungou, Albert Oniangué ex-officier de l’armée, l’inspecteur des douanes Anguios Nganguia Engambé, et l’indépendant Dave Mafoula.

Mais Sassou-Nguesso, habitué au joutes électorales, avait déjà fait la révélation de sa candidature dans un vrai faux suspens le samedi 24 janvier au sud du pays dans la ville de Kibangou. En effet, ce jour-là, il disait :

Dimanche , il revient aux quelques cinq millions de Congolais, qui seront appelés aux urnes pour départager les différents candidats, de faire leur choix.

« Nous nous portons candidat à l’élection présidentielle du 21 mars. Merci de nous avoir donné l’occasion de nous prononcer définitivement sur le sujet ».

Fin donc du suspens qui n’en était pas un, car le président  Sassou Nguesso avait déjà été investi candidat à la présidentielle par sa formation politique, le Parti congolais du travail (PCT), et seize autres formations alliées de la majorité dans la perspective du scrutin de mars 2021.

C’est pourquoi le 24 janvier, il n’avait pas hésité à dire qu’« ensemble, nous participerons dans la paix pour poursuivre la marche vers le développement (…) le scrutin se déroulera dans la transparence ».

Au terme de 36 ans à la tête du Congo, le président repart sur le terrain politique de son pays. Il est coutumier du fait. En effet, le président Sassou Nguesso dirige cet important pays de l’Afrique centrale depuis 1979. D’abord entre 1979 et 1992. Cette année, il doit quitter le pouvoir, car battu par Pascal Lissouba élu démocratiquement en août 1992. Mais au cours des derniers mois du mandat de ce dernier, une guerre civile l’oppose à Denis Sassou-Nguesso.

Lissouba (décédé en août 2020) quitte de force à son tour le pouvoir, car dès septembre 1997, les forces angolaises s’engagent aux côtés des Cobras de Sassou-Nguesso, s’ajoutant aux contingents importants de soldats tchadiens et rwandais qui soutenaient déjà les partisans de Sassou-Nguesso, ainsi que les ex-Forces armées du Zaïre (actuel RD Congo).

 

Le rapport des forces militaires sur le terrain tournent à l’avantage du général Denis Sassou Nguesso, qui revient donc à la gestion des affaires du pays en 1997 après la victoire de ses milices, les Cobras sur l’armée nationale.

Ce dimanche, il revient aux quelques cinq millions de Congolais, qui seront appelés aux urnes de départager les sept différents candidats.

SD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts