Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Laurent Gbagbo est candidat

Le dossier de candidature de Laurent Gbagbo a été déposé lundi à la Commission électorale indépendante (CEI).

Par Serges David

Bien qu’étant encore en procédure judiciaire avec la Cour pénale internationale (CPI) et bien que condamné aussi par la justice ivoirienne, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a fait acte de candidature à la présidentielle d’octobre 2020.

A LIRE AUSSI

Présidentielle ivoirienne : Laurent Gbagbo définitivement écarté

Ses partisans ont déposé sa candidature hier lundi dernier jour avant la date de clôture du dépôt des dossiers.

La délégation de ses soutiens était conduite par l’opposant Georges-Armand Ouégnin, président de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS, opposition).

Georges-Armand Ouégnin : « Nous venons de déposer le dossier de candidature de notre référent politique, le président Laurent Gbagbo que nous avons sollicité pour être notre candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2020 ».

Le 26 août, le tribunal de première instance d’Abidjan avait entériné la radiation de Laurent Gbagbo du listing électoral à cause notamment de sa condamnation à 20 ans de prison ferme par la justice ivoirienne. L’éliminant de facto de la course présidentielle.

Il revient désormais au Conseil constitutionnel de se prononcer sur la validité et la conformité des candidatures réceptionnées par la CEI. Pour cela, il faudra attendre encore 15 jours. C’est ce que dit la loi électorale.

Pour ce qui concerne le scrutin électoral qui se tient dans 60 jours en Côte d’Ivoire, les candidats à la présidentielle avaient jusqu’à ce lundi 31 août, minuit, pour déposer leur dossier à la CEI.

Au total, quarante-cinq (45) prétendants ont fait acte de candidature dont Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, théoriquement exclus, car radiés de la liste électorale. Quant à la candidature de l’ancien préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi Irié, elle sera vraisemblablement rejetée, car incomptable avec son statut de préfet ayant démissionné moins de 6 mois avant la présidentielle.

Il revient désormais au Conseil constitutionnel de se prononcer sur la validité et la conformité des candidatures réceptionnées par la CEI. Pour cela, il faudra attendre encore 15 jours. C’est ce que dit la loi électorale.

SD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This