Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

L’Union africaine version Paul Kagame

Quatrième recommandation, et peut-être la plus importante, l’Union africaine doit s’autofinancer, par une taxe de 0,2 % sur les importations non africaines éligibles vers les pays membres. À l’heure actuelle, l’UA est largement financée par des donateurs, notamment l’Union européenne, les États-Unis, la Banque mondiale, la Chine et le Royaume-Uni. Les paiements effectués par la Commission européenne sont passés de 91 millions d’eu­ros en 2010 à 330 millions d’euros en 2015. Paul Kagame a fait valoir qu’un financement durable conduirait à une plus grande coordination entre les agences, une meilleure effi­cacité et l’application rigoureuse des directives politiques.

Évaluation et surveillance

Enfin, le dernier objectif est de gérer les affaires de l’UA de manière efficiente et optimale, aux niveaux politique et opérationnel. Par exemple, chaque sommet ne devrait pas prévoir plus de trois axes stratégiques et l’assemblée ne devrait se tenir qu’une fois par an. Ces réformes devraient aider à rationaliser les processus de l’UA et accroître sa capacité à donner suite aux décisions clés.

Un bon exemple de la capacité croissante de l’UA à mettre en oeuvre des décisions politiques majeures et à les surveiller, est le tableau de bord de la transforma­tion agricole. Cet examen semestriel détaille les progrès des nations africaines dans le développement et l’alloca­tion de ressources suffisantes à leurs secteurs agricoles. Le tableau de bord vise à s’assurer que les recomman­dations de la politique agricole de l’UA, consacrées dans la Déclaration de Malabo de 2013 et basées sur la Déclaration de Maputo de 2003, sont correctement mises en oeuvre et que les États membres en rendent compte.

Seuls 47 pays africains sur 54 ont communiqué leurs données. Le tableau de bord évalue les États membres participants sur 43 indicateurs en utilisant les données recueillies au niveau national et établit un score global. Les indicateurs reflètent le succès des pays africains dans le respect des sept engagements clés de la Déclaration de Malabo.

Ces engagements incluent la promotion du commerce intra-africain, la réduction de la sous-alimentation à 5 % de la population, la baisse de la pauvreté de moitié d’ici à 2025, la résilience au change­ment climatique, la régionalisation et l’investissement dans l’agriculture porté à 10 % du budget national.

Le rapport révèle que seuls vingt États membres sont sur la bonne voie pour respecter les engagements énon­cés dans la Déclaration de Malabo. Le Rwanda arrive en tête avec une « note » de 6,1 sur 10, suivi par le Mali, 5,6, le Maroc 5,5, l’Éthiopie 5,3, le Togo 4,9, le Malawi 4,9, le Kenya 4,8, la Mauritanie 4,8, le Burundi 4,7 et l’Ou­ganda, 4,5.

En progrès, peut mieux faire

Le rapport 2017 établit un point pivot à 3,94 sur 10 comme le score minimum pour qu’un pays soit consi­déré en voie d’atteindre les engagements de Malabo d’ici 2025. Au niveau régional, l’Afrique de l’Est a obtenu la meilleure note avec 4,2, suivie de l’Afrique australe qui affiche un score de 4,02.

Hailemariam Desalegn, ancien Premier ministre éthiopien et leader du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDAA) a présenté le tableau de bord du sommet : « Des progrès ont été accomplis pour plusieurs points clés, mais il reste des domaines dans lesquels nous pouvons collectivement faire mieux».

Toujours au stade de prototype, le tableau de bord en est encore à ses balbutiements, mais son utilisation comme moyen de pression sur les gouvernements, afin qu’ils mettent en oeuvre des politiques agricoles clés, ouvre la voie à de bonnes pratiques dans toute l’Union. « Pour la première fois, les données sortent, et les pays rédigent des rapports. Ils se sont engagés et apprennent les uns des autres. Les tableaux de bord sont très utiles », explique Agnes Kalibata, présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique. « Tout le monde est à bord et c’est un bon début. Voyons comment les pays réagissent et comment ils améliorent leurs performances». 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts