Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Ouganda : Yoweri Museveni réélu, son opposition conteste

Le président sortant, l’Ougandais Yoweri Museveni (76 ans), a été réélu samedi au terme du premier tour de la présidentielle de jeudi 14 janvier, a annoncé l’instance électorale. Une victoire contestée par l’opposition.

Par Serges David

Avec un taux de participation de 57,22%, le président Yoweri Museveni a été réélu pour un sixième mandat de cinq ans. Selon les décomptes de la commission électorale, le président sortant a obtenu 58,64% des voix contre 34,83% pour son principal opposant et challenger l’ex-chanteur Bobi Wine (Robert Kyagulanyi Ssentamu de son vrai nom) 38 ans. 

Devant les contestations, le président de la Commission électorale, Simon Mugenyi Byabakama, a appelé la population à « rester calme et accepter le résultat de ces élections »

Les électeurs ougandais ont voté pour « l’amour de leur pays, pour le panafricanisme et pour la démocratie », a estimé le président Museveni qui s’est exprimé lors d’une allocution télévisée, samedi soir, pour la première fois, depuis l’annonce de sa réélection. « Une mascarade » électorale a renchéri son principal rival, Bobi Wine.

L’opposant Bobi Wine

Dans la foulée, l’un de ses vice-présidents du parti NUP (opposition) du candidat malheureux, Mathias Mpuuga, a appelé ses partisans et plus largement les Ougandais à rejeter les résultats de la présidentielle.  Le parti NUP, à travers son porte-parole, Joel Ssenyonyi, a même demandé aux populations d’utiliser tous les moyens légaux possibles autorisés par la Constitution pour poursuivre le changement.

Pour autant la formation politique de Bobi Wine n’entend pas boycotter le scrutin local prévu de la semaine prochaine.

Par ailleurs le candidat de l’opposition « Mister Wine » a affirmé depuis vendredi, un jour avant la proclamation des résultats, qu’il était « en état de siège » dans sa maison, à Magere, au nord de Kampala (la capitale).

Pour sa part, le porte-parole de NUP Joel Ssenyonyi estime qu’il s’agit ni plus ni moins que d’une « détention illégale » à dénoncer, sans omettre de réclamer sa « libération sans condition ». Les forces de l’ordre encerclaient le domicile de Bobi Wine, dans la journée de samedi, et aucun visiteur n’a été autorisé à rentrer.

Pour ce scrutin sous haute surveillance (les autorités ont même suspendu l’accès à Internet et aux réseaux sociaux), onze candidats, au total, étaient en lice.

Quant à Yoweri Museveni, il est à la tête du pays depuis 1986. Il repart donc pour 6è mandat de cinq ans.

Devant les contestations, le président de la Commission électorale, Simon Mugenyi Byabakama, a appelé la population à « rester calme et accepter le résultat de ces élections »

SD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This