Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Niger : Mahamane Ousmane, ex-chef d’Etat rejette les résultats de la présidentielle

L’opposant Mahamane Ousmane, ex-chef d’Etat, rejette mercredi les résultats de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) donnant son adversaire Mohamed Bozoum vainqueur de la présidentielle nigérienne.

Par Serges David

L’ancien président de la République Mahamane Ousmane a qui la Commission électorale nationale indépendante (CENI) donne 44,25% des voix contre 55,75% des voix pour Mohamed Bozoum son adversaire lors second tour de la présidentielle nigérienne, assure avoir remporté le scrutin en revendiquant la victoire à hauteur de 50,3% des voix. Ousmane, candidat du RDR-Tchanji, justifie cette « victoire » par la compilation de procès-verbaux envoyés par ses délégués présents dans les bureaux le jour du vote.

Dans les détails, selon la CENI, Mohamed Bazoum a recueilli 2 501 459 voix contre 1 985 736 à Ousmane sur un total de 7,4 millions d’électeurs. Quant au taux de participation de ce second tour, il s’établit à 62,91%.

Pour sa part, Falké Bacharou, directeur de campagne du candidat Mahamane Ousmane, parlant au nom de l’opposition avait déjà demandé mardi « à tous les Nigériens (…) de se mobiliser comme un seul homme pour faire échec à ce hold-up électoral », car il dénonce « un hold-up » électoral.

Peu avant la proclamation des résultats, l’opposition avait déjà exigé « la suspension immédiate de la publication des résultats ».

La situation s’était tendue après la proclamation mardi, car près du siège du parti au pouvoir où le vainqueur Mohamed Bazoum était attendu pour prendre la parole, des manifestants de l’opposition s’étaient rassemblés et étaient pourchassés par des policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Supporters de Mahamane Ousmane

Mercredi, Mahamane Ousmane a laissé entendre qu’il exercerait des recours en annulation dans des zones litigieuses comme les régions nord Maradi, Tahoua, nord Zinder, Agadez, Timia, en usant de « tous les moyens légaux » pour défendre « ma victoire ».

Pour sa part, dans un communiqué mercredi la secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, prend note de la publication des résultats électoraux provisoires par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), conformément aux dispositions légales et électorales. (…)

Elle condamne fermement les violences post-électorales qui ont suivi la publication des résultats électoraux provisoires et appelle toutes les parties prenantes à recourir, en cas de contestations, aux voies légales mais également au dialogue, dans un contexte marqué par des défis sanitaires et sécuritaires. Elle encourage tous les acteurs politiques à respecter et faire respecter le processus électoral jusqu’à son terme en préservant le calme et en favorisant l’apaisement. (…)

Louise Mushikiwabo marque la disponibilité de l’Organisation internationale de la Francophonie pour accompagner les efforts nationaux et internationaux en faveur du dialogue entre les parties en vue du règlement de tout différend.

Pour nombre d’observateur, ce scrutin sera historique si les différents camps acceptent les résultats définitifs pour ainsi tourner la page à l’histoire du Niger marquée par des coups d’Etats et actuellement confronté aux menaces des djihadistes et leurs attaques.

SD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts