Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Maroc : Le Premier ministre Aziz Akhannouch en toute indépendance

Les résultats des législatives du 8 septembre au Maroc ont été sans appel pour le Parti de la justice et du développement (PJD, parti islamiste). Il a été fortement battu. La scène politique du Maroc se recompose avec un nouveau Premier : Aziz Akhannouch.

Par Serges David

Le Premier ministre sortant, Saâdeddine El Othmani, issu du PJD a dû démissionner remplacé par Aziz Akhannouch, le patron du Rassemblement national des indépendants (RNI), le néo-parti libéral majoritaire.

Avec ses 102 sièges, le RNI est le premier parti politique au parlement du royaume chérifien.  Aux commandes de la formation politique : le richissime homme d’affaire Aziz Akhannouch, première fortune privée du Maroc, et intime du roi Mohamed VI. Auparavant il avait été ministre de l’Agriculture dans le gouvernement sortant.

Aziz Akhannouch nommé Premier ministre par le roi Mohammed VI

Le Parti authenticité et modernité (PAM, libéral), a eu 86 sièges. La troisième marche du podium de la chambre basse est occupée par l’Istiqlal avec ses 81 sièges.

Cette reconfiguration politique indique clairement comment le parti au pouvoir sortant a connu une chute pour se positionner à la 8è place avec seulement treize sièges après dix années au sommet de la chambre basse du parlement. Il avait 125 députés en 2016.

Le taux de participation de 50,35% à cette élection, connaît une hausse comparativement aux 42,29 % de Marocains qui avaient glissé leur bulletin dans l’urne en 2016. Mauvais joueur, le PJD dénonce de « graves irrégularités », en parlant de « distribution obscène d’argent ».

SD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts