x
Close
Politique

Mali : Décès du président Ibrahim Boubacar Keita

Mali : Décès du président Ibrahim Boubacar Keita
  • PubliéJanuary 17, 2022

Ibrahim Boubacar Keita, ex-président du Mali évincé en 2020 par l’armée est décédé à l’âge de 76 ans à Bamako au Mali, selon des officiels maliens.

Par Véronique Clara-Véronne

Appelé affectueusement par ses initiales IBK, Ibrahim Boubacar Keïta a dû quitter la tête du Mali après sept ans de mandat : De septembre 2013 à août 2020.

En août 2020 le putsch de la junte conduite par le colonel Assimi Goïta le contraint à la retraite politique. IBK assume et déclare : « Je souhaite qu’aucun sang ne soit versé pour mon maintien aux affaires ». C’était son dernier discours annonçant sa démission forcée. Deux ans plus tard, il monte au ciel…

En 2020, appuyées par la coalition, le «Mouvement du 5-Juin» (M5-RFP), plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient manifesté dans les rues de la capitale Bamako pour réclamer son départ.

Son régime était accusé de tous les maux notamment des accusations de corruption adossées à une économie en crise. Ajouté à tout ceci, les législatives organisées avaient sérieusement été contestées par les opposants. Toute cette instabilité a fini par exciter les soldats à prendre le pouvoir. La junte putschiste est dirigée actuellement par le colonel Assimi Goïta.

Ibrahim Boubacar Keita avait finalement dû s’incliner face à la réalité du coup d’Etat militaire et démissionner. Les leaders de cette junte sont toujours aux commandes du pays en dépit de vives objections de la communauté internationale.

Pour l’instant, on en sait peu de chose des causes du décès de l’ancien président. Tout au plus il est décédé dans son domicile Bamakois.

Originaire de Koutiala, dans le sud du Mali, IBK a connu une ascension politique fulgurante sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré, premier chef de l’Etat (1992-2002) de l’ère démocratique du Mali.

Premier ministre de 1994 à 2000, IBK, homme de gauche, se présente à la présidentielle de 2002, mais n’arrive qu’en troisième position.

Treize ans plus tard, à la présidentielle de 2013, Keïta, est élu président et prend ses quartiers au palais de Koulouba, le siège de la présidence malienne. Il est réélu en 2018 face à Soumaïla Cissé, leader de l’opposition, décédé en décembre 2020 de la Covid-19.

En août 2020 le putsch de la junte conduite par le colonel Assimi Goïta le contraint à la retraite politique. IBK assume et déclare : « Je souhaite qu’aucun sang ne soit versé pour mon maintien aux affaires ». C’était son dernier discours annonçant sa démission forcée. Deux ans plus tard, il monte au ciel…

@VCV

Écrit par
Par Véronique Clara-Véronne

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.