Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Mali : La paix, enfin signée

VERBATIM

« Unis, nous renforcerons les fondations de l’État »

Ibrahim Boubacar Keïta, président du Mali, lors de son discours du 20 juin

Une base solide

« Cet accord est le résultat d’une volonté commune des fils d’un même pays d’aboutir à une solution juste et équitable dans un contexte difficile. De par son caractère inclusif, cet accord est le fruit d’un effort collectif, une oeuvre commune, qui permet de réconcilier les Maliens. L’accord conclu est une base solide pour travailler à la restauration de la paix, de la sécurité et de la stabilité de notre cher pays, le Mali. Il offre en effet un cadre de réconciliation des coeurs et des esprits, un cadre de cohésion sociale, de renforcement de l’unité nationale. Il faut le dire avec force, par la dynamique positive de paix et de réconciliation qui sera créée, la mise en oeuvre de l’accord ouvrira de nouvelles perspectives pour le développement, non seulement des régions Nord, mais du pays dans son ensemble. Son application demandera certainement de la part des Maliens un travail acharné, car les questions sont complexes et les moyens à mobiliser importants. Je suis persuadé que si nous nous rassemblons, ce dont je ne doute pas, l’appui et l’accompagnement de la communauté internationale suivront.

Cette nouvelle gouvernance permettra de mieux prendre en charge l’aspiration fondamentale des citoyens à un mieux-être collectif valorisant les cultures du terroir.

Réconciliation nationale

« La Nation malienne n’est fondée ni sur la couleur de la peau, ni sur la religion, ni sur une langue particulière, encore moins sur une aire géographique limitée. L’histoire du Mali, sa grandeur, et son rayonnement à travers les siècles n’ont jamais été le fait d’un seul groupe ni d’une seule communauté. Aussi loin qu’on remonte dans notre passé si riche, notre nation a toujours tiré sa force, de sa diversité, faite de nuances. Le Mali est et restera un carrefour de rencontres de valeurs de civilisations et de cultures. Nous devons préserver cet héritage, en continuant d’incarner ensemble, unis dans notre diversité la grandeur du Mali, sa dignité, son honneur, sa foi en l’Homme, bref, son humanisme.

Décentralisation

« Unis, nous renforcerons les fondations de l’État, en approfondissant la décentralisation, en faisant de la région un pôle de développement économique qui tienne compte des réalités locales, tout en restant arrimé aux exigences nationales. Cette nouvelle gouvernance permettra de mieux prendre en charge l’aspiration fondamentale des citoyens à un mieux-être collectif valorisant les cultures du terroir. Elle renforcera la solidarité entre les habitants d’une même région et entre celle-ci et la collectivité nationale. Nous devons prendre en considération la complexité de la situation dans le Nord du pays, à travers la mise en oeuvre d’une nouvelle politique d’aménagement intégrant la nécessité de corriger la faiblesse de la densité de peuplement, les conséquences de la désertification, l’immensité des distances ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts