Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Mahamane Ousmane ne reconnaît pas la victoire de Mohamed Bazoum

L’ancien président du Niger et candidat à la présidentielle du 21 février 2021, Mahamane Ousmane, a déclaré lundi soir ne pas reconnaître la victoire de son adversaire Mohamed Bazoum donné vainqueur dimanche par la Cour Constitutionnelle.

Par Serges David

Au cours de sa conférence de presse, Mahamane Ousmane a également appelé à une marche pacifique de  contestation pour dénoncer une « usurpation du pouvoir » par son adversaire Mohamed Bazoum élu selon la Conseil constitutionnel avec 55,66% des suffrages exprimés contre 44,34% Ousmane.

Mohamed Bazoum à gauche Mahamane Ousmane à droite

Il a, en conséquence, demandé « au peuple nigérien souverain, sans délai, de se mobiliser, comme un seul homme, dans la fraternité et la cohésion nationale, pour défendre sa souveraineté à travers une marche démocratique et pacifique sur l’ensemble du territoire national. Et faire échec, par tous les moyens de droit, à cette tentative d’usurpation du pouvoir ».

Situation grave, s’il en est, car l’opposant appelle aussi « les corps constitués et forces de défense et de sécurité de soutenir la lutte du peuple nigérien et de n’obéir à aucun ordre manifestement illégal et de surcroit, donné, par une autorité elle-même illégale et illégitime ».

Pour Mahamane Ousmane, la Cour constitutionnelle a proclamé « nuitamment » les résultats définitifs « alors même que l’instruction de le requête soumise à elle n’est terminée (…) en procédant ainsi la Cour constitutionnelle s’est placée, de fait, au-dessus de la volonté populaire, violant ainsi les dispositions et règlements, plus particulièrement de la Constitution, dont elle tire sa légitimité et ses prérogatives ».

Dimanche, la Cour constitutionnelle nigérienne avait déclaré, le candidat Mohamed Bazoum du PNDS (au pouvoir), vainqueur du second tour de la présidentielle du 21 février 2021. Le camp de Bazoum avait alors appelé les Nigériens à «maintenant se mettre au travail ». Une crise post-électorale qui se profile à l’horizon.

SD

A LIRE AUSSI

Mohamed Bazoum définitivement élu président

A REGARDER AUSSI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts