x
Close
Politique

L’optimisme d’Alassane Ouattara

L’optimisme d’Alassane Ouattara
  • Publiéjanvier 2, 2023

Dans son allocution de fin d’année, centrée sur les problèmes des Ivoiriens en prise avec la vie chère, le président de la République a vanté la transformation structurelle de l’économie. Qui prend la forme de la transformation locale des produits dont le cacao, l’anacarde et le coton.

 

Lors de son traditionnel message à la Nation à la veille du nouvel an, le président de la République a annoncé que les perspectives économiques de la Côte d’Ivoire demeurent bonnes. Ses services prévoient une croissance d’environ 7% par an sur la période 2023- 2025. Selon Alassane Ouattara, la transformation structurelle de l’économie ivoirienne se poursuit avec la hausse de la transformation locale des produits que la Côte d’Ivoire s’est longtemps contentée d’exporter.

Alassane Ouattara a promis que les 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako « seront bientôt de retour sur le sol de la Côte d’Ivoire ». Ces 46 militaires, accusés d’être des mercenaires, ont été condamnés, le 30 décembre à vingt ans de prison.

Aucun angélisme, toutefois, dans les propos présidentiels : « La Côte d’Ivoire, à l’instar de tous les pays du monde, a dû faire face aux conséquences de la pandémie de la Covid-19 et de la crise en Ukraine, je pense notamment à l’inflation généralisée qui a impacté le monde entier, en réduisant le pouvoir d’achat des populations. »

 Selon le chef de l’État, « face à cette situation, nous avons fait le choix d’être aux côtés de chacune et de chacun d’entre vous en luttant contre la cherté de la vie pour contenir le taux d’inflation dans notre pays à un niveau parmi les plus faibles dans le monde ».

Pour cela, a-t-il rappelé, le gouvernement a « pris des mesures fortes, notamment le plafonnement temporaire, du prix de plusieurs denrées, telle que l’huile, le sucre, la viande de bœuf, ainsi que les subventions de l’État pour contenir les prix du carburant et du pain. Nous sommes allés plus loin en augmentant le pouvoir d’achat de nos fonctionnaires y compris les forces de défense et de sécurité à travers une revalorisation salariale ».

L’État a également soutenu les agriculteurs et les fonctionnaires. En ce début 2023, il a également décidé un coup de pouce supplémentaire au salaire minimum. Sur ce point, le Président s’est félicité du « dialogue constructif » entre les partenaires sociaux.

Sur le plan des infrastructures, il a souligné que les projets structurants en cours dans le Grand Abidjan seront, pour la plupart, achevés en 2023. Il s’agit, entre autres, du Pont de la Baie de Cocody et de celui reliant Yopougon au Plateau. De même, les travaux de constructions des huit échangeurs vont se poursuivre.

Retour espéré des soldats condamnés au Mali

Le chef de l’État a fait savoir que les travaux d’extension de l’Aéroport Félix Houphouët-Boigny viennent également d’être lancés, et permettront, à terme, d’accueillir cinq millions de passagers, consolidant ainsi le positionnement du pays comme un hub aéroportuaire. De même, le métro d’Abidjan permettra de fluidifier les déplacements.

Pour l’intérieur du pays, Alassane Ouattara a rappelé l’inauguration récente de l’autoroute Yamoussoukro – Tiébissou, tout en indiquant que la partie Tiébissou – Bouaké sera achevée au deuxième semestre 2023 ainsi que la réhabilitation de la côtière Abidjan – San Pedro.

Pour Alassane Ouattara, ces travaux s’inscrivent dans la vision de transformation des villes secondaires, telles que Yamoussoukro, Bouaké, Korhogo et San Pedro, pour en faire de grands pôles de développement. « La réalisation des grandes universités de ces villes, des centres de formation professionnelle, des hôpitaux et des infrastructures concourent à cette vision », a-t-il déclaré. Pour conclure le chapitre économie, le Président a promis qu’en 2023, instructions seraient données pour que les factures de l’État soient réglées en moins de 30 jours.

D’autre part, Alassane Ouattara a promis que les 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako « seront bientôt de retour sur le sol de la Côte d’Ivoire ». Ces 46 militaires, accusés d’être des mercenaires, ont été condamnés, le 30 décembre à vingt ans de prison. L’ultimatum des dirigeants de la CEDEAO demandant à la junte malienne de les libérer expirait au 1er janvier. Peu avant Noël, l’affaire semblait « en voie de résolution », pour reprendre l’expression du ministre ivoirien de la Défense, Téné Birahima Ouattara, frère du Président.

Enfin, tandis que 2023 sera une année électorale en Côte d’Ivoire, le Président a plaidé pour des élections sans violences.

@NA

 

Écrit par
Laurent Allais

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *