Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

L’opposant malien Soumaïla Cissé toujours porté disparu, sa famille interpelle le Président

Depuis plus d’un mois maintenant que l’opposant malien Soumaïla Cissé a été kidnappé par des personnes non identifiées. Sa famille vient d’interpeller le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

Par SD

En pleine campagne électorale pour le premier tour des législatives du 29 mars et 19 avril 2020, Soumaïla Cissé, le principal opposant malien a été kidnappé le 25 mars 2020 dans le centre du pays (non loin de son fief électoral de Nianfunké), par des personnes non identifiées. Depuis, plus rien, pas de revendication, pas de rançon demandée ou exigée. La loi de l’omerta !

Le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), deuxième lors de la présidentielle de 2013 et 2018, a été enlevé à moins de cinq kilomètres du lieu prévu pour son meeting.

Selon des versions recoupées au téléphone, le véhicule de commandement de Soumaïla Cissé a été mitraillé sans sommation ce qui a occasionné la mort de son garde du corps. A ce jour, en dehors de l’opposant les membres du cortège également enlevés ont été libérés.

Globalement, l’enlèvement de Cissé pose questions. Iyad Ag-Ghali chef du GSIM et tous les acteurs politiques ont-ils envie vraiment de négocier ? Veulent-ils vraiment que Soumaïla Cissé soit libre ?

Un fait semble tout de même indéniable, il s’agit de l’endroit du rapt : car cette zone est vassalisée par le prédicateur Amadou Koufa qui a sous ses ordres des djihadistes du groupe de la katiba Macina. Fait encore plus troublant, aucun groupe n’a, pour l’heure, revendiqué le rapt, et ce silence évidemment inquiète ; d’autant que le kidnapping de Cissé intervient dans un contexte de tension entre Bamako et des djihadistes.

Encore plus problématique, le fait que Cissé ne soit plus dans la zone où il a été enlevé par la katiba Macina, mais « très probablement » dans le Timétrine (nord-est du Mali) aux mains du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), organisation ralliée à Al-Qaida, dirigée par Iyad Ag-Ghali, avec laquelle la katiba Macina a fusionné.

C’est d’ailleurs cette incertitude, et ces informations contradictoires qui ont poussé la famille de l’opposant à interpeller directement le président Ibrahim Boubacar Keïta.

De fait, dans un courrier ouvert, Djouldé Cissé (sœur cadette de Soumaïla Cissé) dit au chef de l’Etat qu’elle est désespérée et s’« adresse à (lui), aujourd’hui ». Elle martèle : « Grand-frère, puisque c’est ce que tu es pour moi, car Bocar Cissé, mon père, t’avait ainsi présenté, à toute la famille, comme étant son fils aîné.

Ibrahim, ton frère cadet, Soumaïla, a disparu depuis 36 jours, sans aucune nouvelle, ni aucun signe de vie. Depuis 36 jours, tes sœurs ne dorment plus. Depuis 36 jours, tes sœurs ne mangent plus. Depuis 36 jours, tes sœurs ne font que pleurer. Depuis 36 jours, ta belle-sœur est inconsolable. Depuis 36 jours, tes neveux sont inconsolables. Depuis 36 jours, tes neveux sont nostalgiques de leur oncle. Depuis 36 jours, tes petits-enfants demandent des nouvelles de leur grand-père. Ibrahim, où est ton frère ?

Ibrahim, nous avons attendu ta visite en tant que frère, pour nous consoler, nous soutenir, nous rassurer, mais hélas ! Nous sommes restés orphelin (e)s de Grand-frère. Un coup de fil aurait suffi pour nous rassurer, mais là aussi, hélas ! Pourtant, tu es présent ici, mais tu es resté bien invisible.

Ibrahim, pourtant, je compte sur toi pour la libération de ton frère Soumaïla pour qu’il vienne continuer le mois de carême chez lui. Pour qu’enfin, tes sœurs, ta belle-sœur, tes neveux et tes petits-enfants puissent dormir.

Ibrahim, où est Soumaïla ? Ibrahim, essuie les larmes de tes sœurs en ramenant ton frère à la maison sain et sauf. Nous comptons sur toi et sur toute ton équipe pour diligenter une fin heureuse à cette situation pénible pour tout le monde. Nous comptons sur toi. Fraternellement ! ».

Globalement, l’enlèvement de Cissé pose questions. Iyad Ag-Ghali chef du GSIM et tous les acteurs politiques ont-ils envie vraiment de négocier ? Veulent-ils vraiment que Soumaïla Cissé soit libre ?

Quoi qu’il en soit une centaine de personnalités africaines ont appelé, dans une pétition, à la libération de l’opposant malien, Soumaïla Cissé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This