Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Libye : Le maréchal Khalifa Haftar hospitalisé

Le presqu’incontournable Maréchal Khalifa Haftar, « président » de la Cyrénaïque, la grande région Est de la Libye, est malade depuis plusieurs semaines et hospitalisé en banlieue parisienne, en dépit des dénégations de son entourage.

Par JO

Vraisemblablement Khalifa Haftar est hospitalisé à l’hôpital militaire de Percy à Clamart à 30 minutes de Paris. Pourtant, sur place notamment à Benghazi, dans son fief, on se borne à nier l’évidence : Mercredi 11 avril, alors que de plus en plus l’information relative à la maladie, puis l’hospitalisation de « l’homme fort » de l’Est libyen, enflait, le porte-parole de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) le général Ahmad al-Mismari s’est refusé à toute confirmation de la nouvelle.

Et puis que deviendra la Libye déjà fortement déstabilisée ? Que deviendra la Cyrénaïque avec la ville de Benghazi « dévastée par trois années de conflit » liée aussi à l’échec de l’opération militaire « Dignité » de mai 2014 lancée par le maréchal contre les milices islamistes, et ses opposants qualifiés les uns et les autres de « terroristes » ?

En lieu et place, il s’est borné à lire un message présenté comme émanant du maréchal (souffrant) dans lequel ce dernier « assure les Libyens que la situation sécuritaire est sous contrôle sur tous les fronts ».

Bien avant quasiment tous les officiers en charge de l’Est libyen avaient, sinon nié de façon véhémente, du moins observé l’Omerta sur l’état de santé de leur premier dirigeant et son transfèrement en France, laissant transparaître dans leur attitude une vraie livrée de l’embarras.

Surtout que depuis plusieurs semaines, les Benghazien n’ont pas vu la moindre ombre de Khalifa Haftar. Quel argument pourrait expliquer une telle rétention de l’information ? Des raisons politiques. Tout laisse à croire que les « autorités » de l’Est du pays du défunt Mouammar Kadhafi craignent une escalade de violence si l’information portant sur la maladie du maréchal venait à être connue.

Ce qui explique aussi pourquoi à Paris, l’entourage de Khalifa Haftar préfère ouvrir de fausses fenêtres sur ce sujet. Il va même jusqu’à inventer des rencontres entre le général et des personnalités.

C’est ainsi que ses proches ont ainsi laissé croire que le Maréchal avait eu un tête-à-tête avec notamment le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS), à l’hôtel George V à Paris. Une tentative de prouver qu’il va bien. Après de nombreux recoupements, il a apparaît nettement qu’il n’y a jamais eu une rencontre entre ces deux hommes.

Et à Benghazi, la situation devient presqu’ingérable, puisque tout le monde sait que la santé du maréchal s’est dégradée et surtout qu’il est alité à Clamart. Les supputations et autres hésitations dues à l’opacité autour de la santé du maréchal Khalifa Haftar laissent craindre des débordements dans la Cyrénaïque, d’autant plus que des officiels libyens ont finalement confirmé que le maréchal avait été d’abord hospitalisé en Jordanie avant d’être transféré en France, selon Alnabaa (la télévision libyenne).

Et puis que deviendra la Libye déjà fortement déstabilisée ? Que deviendra la Cyrénaïque avec la ville de Benghazi « dévastée par trois années de conflit » liée aussi à l’échec de l’opération militaire « Dignité » de mai 2014 lancée par le maréchal contre les milices islamistes, et ses opposants qualifiés les uns et les autres de « terroristes » ?

La grande région de l’Est survivra-t-elle au chaos si le pire se produisait avec le maréchal Haftar âgé aujourd’hui de 75 ans ? La Libye elle-même pourra-t-elle résister à une énième secousse ?  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This