Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Laurent Gbagbo évincé du FPI, parti qu’il a fondé

« Le président Gbagbo Laurent ne fait plus partie du Front populaire ivoirien », c’est la principale décision quasi-historique qui découle de la réunion du Comité central du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) dirigé par l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan, ex-bras droit de Gbagbo.

Par Marie-Anne Lubin

Epilogue : Laurent Gbagbo ancien président ivoirien et membre fondateur du Front populaire ivoirien (FPI, ex-parti au pouvoir), qui l’a porté au pouvoir de 2002 à 2010, a été éjecté de cette formation politique.

Désormais, le président de ce parti Pascal Affi Nguessan, ex-Premier ministre de Laurent Gbagbo entend bâtir un grand parti avec vocation de prendre le pouvoir d’Etat par les urnes : « La renaissance de notre parti passe par la modernisation de sa pensée, de son organisation et de sa gouvernance. Nous nous y emploierons ». 

Pascal Affi N’Guessan, président du FPI

Mais comment les socialistes ivoiriens en sont arrivés à ce schisme ? Bien plus à cette lutte fratricide ?

Flash Back : Même si les causes lointaines sont à retrouver dans la chute du FPI et de Laurent Gbagbo après la présidentielle de 2010, la cause immédiate vient directement d’une décision prise par Gbagbo le 9 août où il annonce, au cours d’une rencontre avec ses partisans, son intention de créer un nouveau parti.

Et l’action appelant la réaction Gbagbo est « chassé » du FPI parti qu’il a lui-même fondé. Etonnant revirement de situation, alors que Gbagbo se rapproche de Alassane Ouattara, le président ivoirien, au nom de la réconciliation nationale, il attise le feu contre ses anciens compagnons.

Après son épouse Simone Gbagbo (camarade de lutte), le curseur est mis sur Affi N’Guessan légalement président du FPI. Voici d’ailleurs ce que l’ex-Premier ministre dit de la situation au terme de la réunion du Comité central du FPI du samedi.

« Le président Gbagbo Laurent ne fait plus partie du Front populaire ivoirien » (FPI)

« Le Comité central note que cette annonce [de Laurent Gbagbo de créer un nouveau parti] intervient dans un contexte de crise que traverse le Front populaire ivoirien depuis la fin de la crise postélectorale de 2010-2011.

Les nombreuses tentatives de résolution de cette crise se sont heurtées à l’intransigeance des dissidents autoproclamés GOR (Gbagbo ou rien). A l’analyse, il s’avère que c’est le président Laurent Gbagbo qui est le commanditaire de cette crise.

Le président du Front populaire ivoirien n’a ménagé aucun effort pour espérer ramener la cohésion au sein du parti. Ainsi, joignant l’acte à la parole, et en réponse à tous ceux qui lui demandaient de confier la direction du parti au président Gbagbo qui serait demandeur, il a toujours indiqué être disposé à le faire si le président Gbagbo le lui demandait.

Le Comité central rappelle qu’après des tentatives de rencontres infructueuses avec le président Gbagbo à la Haye comme à Bruxelles, les deux compagnons politiques ont finalement eu un tête-à-tête en janvier 2020.

A cette occasion, le président Affi N’Guessan a confirmé au président Gbagbo sa disponibilité à lui laisser la direction du parti dans le respect des textes qui le régissent, notamment, à l’issue d’un congrès extraordinaire.

Pour plus d’efficacité, le président Affi a proposé au président Gbagbo un schéma de réunification du parti. En guise de réponse, le président Gbagbo a recommandé au président Affi et à monsieur Assoa Adou de poursuivre les discussions en Côte d’Ivoire.

Affi félicité

Le Comité central note que ces discussions n’ont pu prospérer par la faute des dissidents.
Le Comité central constate que depuis la suspension des discussions, les nombreuses relances du président Affi à la partie dissidente sont restées vaines jusqu’au retour du président Gbagbo le 17 juin 2021.

Le Comité central fait remarquer que dès le retour en Côte d’Ivoire du président Gbagbo, le président du parti a sollicité une rencontre en vue de la résolution de la crise que traverse le parti.

A LIRE AUSSI

Côte d’Ivoire : Pascal Affi N’Guessan, président du FPI parle…

C’est dans l’attente de cette rencontre que le président du parti et l’ensemble des Ivoiriens apprennent la décision du président Gbagbo d’abandonner le Front populaire ivoirien.
Le Comité central en prend acte.

Le Comité central félicite le président du parti, Pascal Affi N’Guessan, pour sa résilience et sa quête de paix et de réconciliation nationale.
Le Comité central félicite les militants pour leur courage, leur détermination et leur engagement ayant mis à nue les tentatives de déstabilisation du Front populaire ivoirien.

Le Comité central décide :

Le président Gbagbo Laurent ne fait plus partie du Front populaire ivoirien ;
Recommande à la direction du parti de mener des missions d’explication à l’intention des militants ; Recommande la convocation d’un congrès extraordinaire ;
Sur proposition du président du parti, le Comité central donne son accord pour la désignation du Secrétaire général du parti, le camarade Issiaka Sangaré, en qualité de président dudit congrès.

Le Comité central félicite les militantes et les militants et les exhorte à poursuivre l’implantation du parti et l’animation des structures de base et de défendre partout, l’image du parti. Fait à Abidjan le 14 août 2021 ».

Malu

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts