Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

L’alternance politique

Stabilité versus démocratisation

Quatrième défi : l’indépendance et la crédibilité des systèmes judiciaires, socles de l’État de droit. Même si les réformes des systèmes judiciaires prolifèrent, avec un appui notable des partenaires inter-nationaux, les résultats sont encore très loin d’être convaincants. Cinquième défi : les médias et la liberté d’expression. Des avancées incontestables ont été réalisées, favorisées par le formidable progrès des technologies. Mais les médias africains restent fragiles et les journalistes vulnérables. L’irruption des « forces vives » et des acteurs de la société civile dans le combat démocratique, en Tunisie, au Sénégal, au Burkina Faso ou au Burundi par exemple, est sans conteste une dimension nouvelle qui ne peut que s’amplifi er et venir contrarier les résistances autocratiques. Mais parallèlement, le nouveau contexte sécuritaire africain marqué par la menace terroriste et les secousses provoquées par les Printemps arabes remettent à présent sur le tapis le dilemme entre logique de stabilité et logique de démocratisation. Jusqu’où faut-il, sous prétexte d’impératif sécuritaire, sacrifier l’exigence de démocratisation ? Jusqu’où faut-il privilégier l’exigence de démocratisation et de bonne gouvernance sans risquer d’aggraver les risques d’insécurité et d’instabilité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This