x
Close
Politique

L’Afrique et Vladimir Poutine se sont parlé

L’Afrique et Vladimir Poutine se sont parlé
  • Publiémars 9, 2022

Le président Macky Sall, chef de l’Etat du Sénégal et président en exercice de l’Union africaine (UA), a eu un entretien par visio-conférence mercredi 9 mars avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Par Serges David

Au menu : La crise en Ukraine. Le président Macky Sall est allé à cette rencontre avec Vladimir Poutine la fleur au bouton et la sagesse africaine chevillée au corps.

Avec cette « rencontre au sommet » par webcam entre Macky/Poutine, l’UA espère que le bon sens l’emportera de part et d’autre. Car pour elle, l’Afrique n’a pas du tout envie d’être prise dans un engrenage conflictuel.   

Refusant de ruer dans les brancards, ou de « hurler avec les loups » qui appellent à l’extrémisme, le président Macky Sall a sagement demandé à son homologue russe de faire le lit de la conciliation et du compromis dans sa guerre en Ukraine.  

Adossé sur l’Union africaine, le président Sall a sollicité Vladimir Poutine aux fins qu’il fasse tout pour aboutir à « un cessez-le-feu durable » avec son voisin ukrainien.

De sa propre révélation, le Sénégalais assure : « Je me réjouis de mon entretien de ce matin avec le président Poutine en ma qualité de président de l’Union africaine pour solliciter un cessez-le-feu durable en Ukraine ».

Pesant chaque mot et chaque phrase, il a ajouté : « Je salue son écoute et sa disponibilité à maintenir le dialogue pour une issue négociée du conflit ». Ce coup de fil par visio-conférence interposée imprime ici la position officielle de l’Afrique dans ce conflit Russie/Ukraine.

Pour l’Afrique à travers Macky Sall, ce que les Occidentaux appellent la « violation du droit international » doit pouvoir trouver réponses dans la conciliation et le dialogue loin derrière les discours enflammés qui insidieusement et perfidement attisent le feu.

Depuis  le début l’Afrique est présente

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’Afrique se fait entendre dans ce conflit.

A LIRE EGALEMENT

Ukraine : Les Africains maltraités, l’Union africaine réagit

Dès le 24 février, l’Union africaine avait appelé en plus de la Russie « tout autre acteur régional ou international au respect impératif du droit international, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale de l’Ukraine ». Elle avait notamment exhorté la Russie et l’Ukraine à un cessez-le-feu immédiat, et à l’ouverture de négociations sous l’égide de l’ONU.

Puis le 28 février, l’UA ne s’était pas embarrassée de fioritures pour dénoncer le racisme envers les Africains. Le président Macky Sall et le président de la commission de l’UA,  Moussa Faki Mahamat avaient dans une déclaration conjointe appelé au respect des Africains dans la déclinaison de tous leurs droits.

Car, plusieurs témoignages faisaient état de ce que des Africains tentant de fuir la guerre en Ukraine étaient empêchés et bloqués par des non-Africains pour des raisons purement racistes.

Au-delà de ce tête-à-tête Afrique/Russie sur la crise en Ukraine, Dakar et les autres capitales africaines s’étaient  abstenues le 2 mars durant le vote de l’Assemblée générale de l’ONU en faveur d’une résolution qui « exige(ait) que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ».

Pour expliquer et justifier sa position, Dakar avait le même jour, par un communiqué, assuré « sa grave préoccupation face à la situation en Ukraine », mais avait aussitôt rappelé et réaffirmé l’« adhésion (de l’Etat du Sénégal) aux principes du non-alignement et du règlement pacifique des différends ».

ENCADRE – Le 2 mars, lors du vote de l’Assemblée générale de l’ONU pour une résolution qui « exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine », seul un pays africain, l’Érythrée, avait voté contre ce texte, les autres s’étant abstenus.

Toutefois, un autre son de cloche, cette fois, très maladroit était intervenu le 3 mars entre le Sénégal et l’Ukraine.

De fait, Kiev, par son ambassadeur basé au Sénégal, avait demandé aux jeunes sénégalais volontaires de se mobiliser tout frais payé pour aller en Ukraine faire la guerre contre la Russie. Trente-six jeunes sénégalais avaient répondu à l’appel. Suffisant pour que le Sénégal exprime son mécontentement auprès de Kiev, l’invitant à retirer son appel à combattre en Ukraine et à cesser tout recrutement à partir du Sénégal.

Avec cette « rencontre au sommet » par webcam entre Macky/Poutine, l’UA espère que le bon sens l’emportera de part et d’autre. Car pour elle, l’Afrique n’a pas du tout envie d’être prise dans un engrenage conflictuel.   

@NAF

 A LIRE EGALEMENT 

Ukraine : La voix de l’Afrique

@NAF

Écrit par
Par Serges David

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.