x
Close
Politique

La Somalie adhère à la Communauté d’Afrique de l’Est : historique ou prématuré ?

La Somalie adhère à la Communauté d’Afrique de l’Est : historique ou prématuré ?
  • Publiénovembre 28, 2023

Treize ans après sa première demande, la Somalie a été admise au sein de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Est-elle prête pour cette adhésion ?

 

La Somalie a été admise comme huitième membre de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) lors du sommet des chefs d’État de la Communauté d’Afrique de l’Est qui s’est tenu à Arusha, en Tanzanie, vendredi 24 novembre, une décision que le président somalien Sheikh Mohamud a qualifiée d’ « historique ». Pourtant, d’autres personnalités la jugent prématurée.

« Notre engagement en faveur de l’unité régionale, de la croissance et de la prospérité partagées marque un nouveau chapitre de notre histoire », écrit le président de la Somalie, Sheikh Mohamud.

La CAE, fondée en 2000, est largement reconnue comme l’une des communautés économiques régionales les plus intégrées d’Afrique, avec une union douanière et un marché commun bien développés, bien que les projets d’introduction d’une monnaie commune d’ici 2024 aient été repoussés à 2031.

Avant l’adhésion de la Somalie, les sept membres du bloc (Burundi, RD Congo, Kenya, Rwanda, Soudan du Sud, Tanzanie et Ouganda) avaient une population totale de 283,7 millions d’habitants et un PIB combiné de 305,3 milliards de dollars. En 2022, le total des échanges s’élevait à 78,75 milliards $, le commerce intra-CEA augmentant de 11,2 % pour atteindre 10,9 milliards $.

Le président Mohamud a déclaré que cette initiative constituait une « lueur d’espoir » pour la Somalie et qu’elle serait mutuellement bénéfique pour son pays et la CAE. Le bloc élargira son marché à 17 millions de personnes supplémentaires et gagnera plus de 3 000 km de littoral, ce qui offrira de grandes opportunités pour l’économie bleue. Le pays est également réputé pour la solidité de son secteur privé, tandis que les liens avec la diaspora somalienne dans l’ensemble de la région pourraient contribuer à stimuler le commerce.

Toutefois, l’adhésion de la Somalie pose des problèmes en raison de l’instabilité du pays et du manque de contrôle du gouvernement central sur le territoire. Depuis 2006, le pays est en proie à une insurrection menée par les djihadistes d’Al-Shabaab, tandis que le Somaliland, un État sécessionniste situé dans le nord, revendique une indépendance totale. D’ailleurs, le Kenya a renoncé à rouvrir sa frontière avec le pays cette année pour des raisons de sécurité.

 

Une décision hâtive pourrait déstabiliser la Somalie

Le sommet a désigné son président, Salva Kiir Mayardit, président du Sud-Soudan, pour convenir avec la Somalie de la date de signature du traité d’adhésion de la Somalie à la Communauté, tandis que les chefs d’État ont chargé le Conseil des ministres d’élaborer une feuille de route pour l’intégration de la Somalie dans la Communauté.

Hassan Sheikh Mohamoud a retrouvé le fauteuil de président de la Somalie le 23 mai 2022 (Photo : agence Reuters, RFI).
Hassan Sheikh Mohamoud a retrouvé le fauteuil de président de la Somalie le 23 mai 2022 (Photo : agence Reuters, RFI).

 

En septembre 2023, avant que la décision d’admission ne soit prise, Abdirashid Fidow, directeur général adjoint de l’Anti-Tribalism Movement, une organisation communautaire somalienne basée à Londres, soulignait un certain nombre de facteurs qui, selon lui, pourraient soulever des « préoccupations valables quant à la capacité de la Somalie à participer efficacement à la CAE ».

Selon lui, la Somalie doit « évaluer l’état de préparation de ses institutions, de ses infrastructures et de son économie pour s’engager efficacement dans la Communauté ». Des préparatifs complets sont indispensables pour que l’adhésion à la communauté soit une décision stratégique mûrement réfléchie, plutôt qu’une décision hâtive qui pourrait déstabiliser davantage le pays. « La Somalie doit évaluer si ses infrastructures, ses institutions et son économie sont suffisamment développées pour faire face aux défis et aux exigences de l’intégration. Une adhésion prématurée pourrait grever les ressources de la Somalie, entraver sa croissance et la désavantager par rapport aux États membres plus établis. »

Pourtant, le bureau du président du Kenya a accueilli la nouvelle de manière positive, déclarant qu’elle « offre à la région l’occasion de s’intégrer davantage et d’élargir les possibilités offertes à la population ». Cette adhésion « stimulera la connectivité, améliorera le commerce et accélérera le plan de transformation de la Somalie ».

Dans le même temps, le ministre somalien de l’information, Daud Awais, a salué sur X (ex Twitter), l’adhésion comme « une réalisation diplomatique importante », tandis que le président Mohamud a écrit : « Notre engagement en faveur de l’unité régionale, de la croissance et de la prospérité partagées marque un nouveau chapitre de notre histoire. Nous remercions tous les États membres de la CAE pour leur soutien. »

@NA

Écrit par
Charles Dietz

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *