x
Close
Politique

La CEDEAO ébranlée par le retrait des pays sahéliens

La CEDEAO ébranlée par le retrait des pays sahéliens
  • Publiéavril 23, 2024

Trois pays d’Afrique de l’Ouest, le Mali, le Burkina Faso et le Niger, ont décidé de se retirer de l’organisation régionale CEDEAO. Qui risque de perdre le plus ?

 

Si les trois pays sahéliens risquent de payer un lourd tribut économique à leur retrait de la CEDEAO, l’Afrique de l’Ouest risque également de souffrir de la désintégration de l’institution, tandis que le rêve d’une monnaie unique s’éloigne.

Les projets d’intégration économique plus poussée en Afrique de l’Ouest n’ont jamais progressé rapidement. Les tarifs extérieurs communs sont appliqués de manière inégale dans la région et le calendrier de lancement de la monnaie unique a été repoussé à plusieurs reprises. Cependant, le retrait éventuel du Burkina Faso, du Mali et du Niger de la Communauté constitue la plus grande menace pour l’intégration monétaire régionale.

« Nous devons donc renforcer nos relations en réunissant toutes les parties prenantes pour les informer des défis et voir comment les résoudre. »

La décision des trois pays découle de l’opposition régionale à leurs coups d’État respectifs. L’impression que les coups d’État deviennent plus fréquents en Afrique est un peu exagérée, mais il ne fait aucun doute qu’il existe un problème particulier au Sahel, où le sous-développement et l’activité militante, en grande partie liée à Al-Qaïda et à l’État islamique, sont alimentés par l’effet boule de neige du changement climatique.

La CEDEAO a réagi de manière incohérente aux coups d’État passés, mais elle a adopté une ligne plus dure ces dernières années, imposant des sanctions au Mali et au Niger en particulier.

Certains États membres ont même menacé d’intervenir militairement au Niger. La CEDEAO n’a pas donné suite à cette menace, mais cette action a incité les trois pays à créer un pacte de défense mutuelle appelé l’Alliance des États du Sahel (ASS) en septembre.

Outre le fait que la CEDEAO conteste la légitimité des nouveaux dirigeants militaires, les trois gouvernements étaient mécontents de l’incapacité des autres États d’Afrique de l’Ouest à tenir leurs promesses de fournir des troupes pour aider à la lutte contre le terrorisme.

L’adhésion des trois pays à la CEDEAO a été suspendue, les autres gouvernements d’Afrique de l’Ouest exigeant leur retour à un régime démocratique. Toutefois, à l’annonce de leur retrait du bloc, la CEDEAO a réagi en levant la plupart des sanctions imposées au Niger, y compris le gel des avoirs de la Banque centrale, « pour des raisons humanitaires », a déclaré un porte-parole. Les sanctions imposées à certains Maliens ont également été levées.

Cependant, certaines sanctions restent en place et les relations demeurent tendues. Rien n’indique qu’ils ont l’intention d’accélérer le retour à un régime civil.

 

Tourner le dos à la France

« Nous sommes en train de tracer une ligne dans le sable. Il y a une contagion et si nous n’arrêtons pas résolument ce qui s’est passé là-bas, nous risquons de nous retrouver dans une situation de crise. Il y a une contagion et si nous n’arrêtons pas résolument ce qui s’est passé là-bas, quel sera le prochain pays ? », explique Abdel-Fatau Musah, commissaire de la CEDEAO chargé des affaires politiques, de la paix et de la sécurité.

Les dirigeants militaires du Niger ont déclaré qu’ils souhaitaient attendre jusqu’à trois ans pour une transition vers un régime civil. Le gouvernement militaire du Mali s’était engagé à organiser des élections en février, mais cette date a été reportée indéfiniment, Bamako estimant que la sécurité doit être prioritaire par rapport à la tenue d’élections.

Les trois pays se sont progressivement éloignés de l’ancienne puissance coloniale qu’est la France et ont cherché à obtenir le soutien de la Russie. Malgré ses capacités limitées en raison de la guerre en Ukraine, Moscou a répondu positivement, en faisant don de 25 000 tonnes de blé au Burkina Faso en janvier et en rouvrant son ambassade à Ouagadougou.

Malgré la rhétorique anti-française émanant de Niamey, le Niger a continué à exporter de l’uranium vers la France, qui a importé 1 440 tonnes d’uranium nigérien en 2022. La France dépend de l’énergie nucléaire pour plus de 60 % de son électricité, soit le taux le plus élevé au monde. Ce n’est peut-être pas une surprise étant donné que l’uranium représente 75 % de la valeur des exportations du Niger.

Les trois pays ne représentent que 8 % du PIB de la CEDEAO, qui s’élève à 702 milliards de dollars, de sorte que leur départ aurait un impact plus important sur leur propre économie que sur celle de la communauté dans son ensemble.

Le Niger, par exemple, dépend du Nigeria pour 80 % de ses échanges commerciaux. Le Mali et le Burkina Faso dépendent des ports d’Abidjan en Côte d’Ivoire et de Tema au Ghana en particulier pour la quasi-totalité de leurs échanges de marchandises et sont donc vulnérables d’un point de vue logistique en tant qu’États enclavés. En outre, les liaisons routières avec l’Afrique du Nord à travers le Sahara sont limitées et souvent dangereuses en raison de la présence de groupes armés.

 

Effets économiques

D’ailleurs, les trois pays n’ont pas encore annoncé leur intention de quitter l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), qui utilise le franc CFA. Il leur serait difficile de la quitter, car ils n’auraient pas de monnaie alternative ni d’autres structures financières à mettre en place pour la remplacer. Cependant, la question se pose de savoir si les autres membres voudraient les expulser afin de renforcer les sanctions.

Réunion de la CEDEAO, le 30 juillet 2023.
Réunion des dirigeants de la CEDEAO, le 30 juillet 2023.

La crise remet en question la position des citoyens du Burkina Faso, du Mali et du Niger vivant dans le reste de la région, d’autant plus qu’ils sont plus de 5 millions rien qu’en Côte d’Ivoire. Les résidents de tout État membre de la CEDEAO ont le droit de voyager sans visa, de vivre et de travailler dans l’ensemble de l’Union, mais ces droits pourraient leur être retirés s’ils quittaient l’Union. Cela pourrait avoir de profondes répercussions sur de nombreux secteurs en Côte d’Ivoire, l’agriculture devant perdre une grande partie de sa main-d’œuvre, tandis que les envois de fonds chez eux affecteraient les revenus dans l’ensemble du Sahel.

L’augmentation des coûts de transport pourrait s’accompagner de l’imposition de droits de douane plus élevés sur les marchandises en provenance des trois États. Le directeur du département Afrique du FMI, Abebe Aemro Selassie, considère que les effets négatifs seraient principalement ressentis dans les trois pays eux-mêmes.

« Bien entendu, ces pays sont enclavés et doivent déjà faire face à de nombreux coûts de transaction dans le cadre de leurs échanges avec le reste du monde, et risquent à présent de devoir faire face à des coûts de transaction encore plus élevés », a-t-il expliqué.

 

Le poids du Nigeria

Comme pour toutes les communautés économiques régionales africaines, les ambitions de la CEDEAO ont toujours été bien plus grandes que ses réalisations. Ses objectifs en matière d’intégration commerciale, monétaire et financière sont louables mais difficiles à atteindre dans une région qui présente d’importants déséquilibres en termes de taille des populations et des économies nationales.

Le Nigeria représente 67 % du PIB de la CEDEAO et la politique monétaire d’Abuja est largement déterminée par l’orientation des prix internationaux du pétrole, ce qui signifie que ses priorités en matière d’inflation et de taux d’intérêt ne seront pas les mêmes que celles des pays qui dépendent de l’agriculture.

En outre, le Nigeria, le Ghana et la Côte d’Ivoire abritent collectivement 67 % de la population de la région, soit environ 350 millions d’habitants. En revanche, les cinq économies les plus petites représentent moins de 2 % du PIB et les six pays les moins peuplés ne comptent que 7 % des habitants de la région.

Malgré ces défis, des progrès ont été réalisés dans l’intégration des systèmes de paiement, mais il faut aller plus loin dans l’intégration des marchés de capitaux, de la dette intérieure et de l’identification unique des banques.

Le directeur général de l’Institut monétaire ouest-africain (IMAO), Olorunsola Olowofeso, expliquait en septembre 2023 que tous les États membres de la CEDEAO étaient désireux de lancer la nouvelle monnaie unique prévue, l’éco.

À l’origine, l’éco devait être lancé dans le cadre de l’union monétaire et monétaire avant la fin de 2020, mais les États membres étaient loin d’avoir atteint les critères de convergence en matière d’inflation et de ratio dette publique/PIB. Un nouveau calendrier a donc été convenu en 2021, la nouvelle monnaie devant être lancée d’ici 2027.

Cet objectif semblait ambitieux avant même le départ du Burkina Faso, du Mali et du Niger en raison de l’instabilité de l’économie mondiale, notamment des niveaux élevés d’inflation et de taux d’intérêt à l’échelle mondiale. Il est logique d’attendre que les politiques monétaires et les mesures convergent, mais cela ne semble pas probable à court terme.

 

Difficile intégration

Olorunsola Olowofeso a appelé les gouvernements nationaux à travailler ensemble pour harmoniser leurs réglementations et leurs institutions, un processus que la BAD a proposé de soutenir. Ajoutant néanmoins : « Tout le monde doit être sur le pont pour y parvenir. Nous devons donc renforcer nos relations en réunissant toutes les parties prenantes pour les informer des défis et voir comment les résoudre. »

Les avantages d’une plus grande intégration financière dans la région, avec ou sans monnaie commune, sont énormes. Une plus grande discipline macroéconomique rendrait les économies plus robustes face aux chocs extérieurs, tout en stimulant le commerce régional et les flux d’investissement.

La politique monétaire de la FED (Réserve fédérale des États-Unis) peut-elle pénaliser l'Afrique ?
La Banque centrale du Nigeria.

En 2021, le FMI a fait valoir que l’existence d’une monnaie unique en Afrique de l’Ouest, avec une Banque centrale forte, aurait pu aider la région à mieux résister à l’impact économique de la pandémie de Covid-19. Cet accord pourrait également « servir de point d’ancrage pour les prévisions d’inflation dans la zone et de catalyseur pour des réformes bénéfiques des marchés du travail et des produits », a déclaré le FMI.

Les antécédents de l’UEMOA, majoritairement francophone, pourraient faciliter une intégration économique plus large en raison de leur expérience en matière de coopération monétaire et de l’utilisation d’une monnaie unique. Toutefois, le succès relatif de l’UEMOA pourrait rendre les États membres réticents à passer à un nouveau système, en particulier à un système qui pourrait être dominé par le Nigeria. Dans le même temps, Abuja pourrait être réticent à l’idée de céder le contrôle monétaire à une organisation régionale. La crise du Sahel est un obstacle majeur à l’intégration économique de la CEDEAO, mais ce n’est pas le seul.

@NA

Écrit par
Neil Ford

1 Commentaire

  • Your article is far from the truth go back and do some research about the AES and thier exit from the CEDEAO will be instead of following your westerner apocalyptic instinct regarding anything you can’t control. CEDEAO is control by european you failed to mention; keep in mind the AES countries will be the leading gold producer in africa and should also know the value of gold and cacao at the stalk market. you should . Wondering why countries are running from europeans africa is changing we shall figure out what is best for us not some freelance journalist not even sure you spent 2 months in africa got the nerve to write about africa like an expert you shoulbe more focus on british exit instead I bit you won’t get paid for that africa keep feeding so many of you guy not for long though

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *