Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Guinée : Face-à-face tendu entre la junte et la Cedeao

La junte dirigée par le colonel Mamady Doumbouya n’entend pas céder aux injonctions de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Elle l’a fait savoir.

Par Serges David

Au terme du coup d’Etat du 05 septembre 2021 menés par des militaires contre le régime du professeur Alpha Condé, la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao, 15 Etats) avait pris des sanctions contre le Comité national de redressement démocratique (CNRD, junte au pouvoir en Guinée).

« Nous ne céderons à aucune pression », souligne la junte au pouvoir arguant attendre les futures conclusions d’une « concertation nationale » qui sera le reflet de la «volonté du peuple » de la Guinée.

Vendredi 17 septembre 2021, les présidents ivoirien Alassane Ouattara et ghanéen, Nana Addo s’étaient déplacés à Conakry au nom de la Cedeao, en vue d’expliquer aux militaires putschistes qu’ils avaient obligation de quitter le pouvoir dans un délai non-négociable de six mois.

Et surtout, exigences des exigences, la Cedeao a demandé, dès le début et continue de demander la libération sans conditions du président élu Alpha Condé.

Le chef de la junte qui se fait désormais appeler « président de la République » et «chef de l’Etat», et ses compagnons ont opposé une fin de non-recevoir aux exigences et aux sanctions de la Cedeao.

Selon l’un des porte-parole, le colonel Amara Camara, « il a été rappelé par le président de la République à ses hôtes qu’il était important que la Cedeao écoute les aspirations légitimes du peuple de Guinée ».

A Ouattara et Nana Addo, le colonel Mamady Doumbouya a indiqué l’impérieuse nécessité de ne pas répéter les « erreurs du passé ». Asssurant que « seul le peuple souverain de Guinée décidera de son destin », a rapporté le colonel Camara.

Pour bien montrer qu’il a la situation sous contrôle, le chef de la junte a rappelé a ses hôtes ivoirien et ghanéen que des concertations nationales avaient débuté mardi dans le pays, preuve s’il en était, que les sillons de la transition sont en train d’être dessinés.

Sur le sort « non-négociable » (dixit Cedeao) du président Alpha Condé, la décision de la junte est tombée tel un couperet : «Il est aussi clair pour toutes les parties que l’ancien président demeurera en Guinée au lieu du choix du CNRD » (Comité national de redressement démocratique), a précisé le porte-parole Camara.

Cette réplique de la junte du CNRD intervient au lendemain de la visite sous forme de mission de la Cedeao à Conakry.

Après avoir suspendu la Guinée des instances de la Cedeao, les dirigeants ouest-africains ont décidé à Accra de geler les avoirs financiers des membres de la junte et des membres de leurs familles, et de leur imposer des interdictions de voyager.

« Nous ne céderons à aucune pression », souligne la junte au pouvoir arguant attendre les futures conclusions d’une « concertation nationale » qui sera le reflet de la «volonté du peuple » de la Guinée.

@SD

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts