Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Guinée : Concertations politiques nationales

Des brèves politiques sur ce qui, ces dernières heures, a pu se passer sur le continent. Cette semaine, la Guinée, l’Algérie, le Gabon et la Centrafrique méritent qu’on s’y arrête.

Par Serges David

Guinée : Concertations politiques nationales

La junte au pouvoir à Conakry a ouvert, mardi 14 septembre, quatre jours de consultations pour définir le contenu d’une transition censée ramener les civils à la tête du pays, à une date encore inconnue.

« Le seul calendrier qui vaille est celui du peuple guinéen qui a tant souffert », a déclaré le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, chef de la junte.

Le lieutenant-colonel Doumbouya n’a rien dit jusqu’ici sur le possible contenu de cette transition, sa durée, le rôle les militaires, l’organisation des élections. Quoi qu’il en soit les participants de ces concertations sont sortis assez dubitatifs du premier rendez-vous.

La Cedeao décide

Réunion de la Cedeao jeudi 16 septembre au Ghana

 

La Cedeao a organisé ce jeudi un sommet extraordinaire pour statuer sur le cas de la Guinée, onze jours après le coup d’État. La semaine dernière, l’organisation sous-régionale avait d’abord suspendu le pays de ses instances et envoyé ensuite une délégation de haut niveau à Conakry.

Pour avoir une position définitive, la Cedeao a ce jour le rapport de la délégation. Ce qui a aidé à trancher dans le vif. et le président ivoirien Alassane Ouattara le dit : « Ce jeudi, j’ai pris part à un important Sommet extraordinaire de la  Cedeao sur la situation sociopolitique en Guinée et au Mali.

Avec mes Pairs, nous avons pris des décisions fortes en vue de restaurer l’ordre constitutionnel dans ces pays frères, et de consolider la démocratie dans l’intérêt de leurs peuples et de notre sous-région ».  Au nombre de ces décisions, on note notamment que pour la Guinée la Cedeao « rappelle encore qu’elle tient les membres du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du Président Alpha Condé. (…)

La Cedeao « maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel » ; elle appelle à « la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée ;  la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers » ;

Pour le Mali, « La Conférence réitère sa demande pour un respect strict du calendrier de la transition devant conduire à la tenue effective des élections dans le délai non négociable de février 2022. La Conférence décide de sanctions ciblées contre tous ceux dont les actions impactent négativement sur le calendrier de la transition tel qu’arrêté par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO.

Ces sanctions incluraient notamment l’interdiction de voyage pour ces personnes et leur famille et le gel de leurs avoirs financiers. A cet effet, la Conférence demande au Président de la Commission de la CEDEAO de compiler et soumettre la liste des individus et groupes d’individus concernés ».

LIRE LE COMMUNIQUE FINAL DE LA CEDEAO ICI

FR Communiqué Final Sommet 16 septembre Situation en Guinée_210916_214413

Mort de Adnan Abou Walid al Sahraoui

Le président Emmanuel Macron a annoncé jeudi 15 septembre 2021, la mort de Adnan Abou Walid al Sahraoui.

Selon le Président « Adnan Abou Walid al Sahraoui chef du groupe terroriste État islamique au Grand Sahara a été neutralisé par les forces françaises. Il s’agit d’un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel.

La Nation pense ce soir à tous ses héros morts pour la France au Sahel dans les opérations Serval et Barkhane, aux familles endeuillées, à tous ses blessés. Leur sacrifice n’est pas vain. Avec nos partenaires africains, européens et américains, nous poursuivrons ce combat ».

Adnan Abou Walid al-Sahraoui, ex-chef du groupe djihadiste État islamique au Grand Sahara a notamment perpétré des attaques particulièrement meurtrières au Mali, au Niger et au Burkina Faso. Il avait été désigné par la France comme « l’ennemi prioritaire » au Sahel. 

Accusés de viol les Casques bleus gabonais quittent Bangui

L’ONU a ordonné le retrait mercredi 15 septembre des quelque 450 Casques bleus gabonais de sa force de maintien de la paix en Centrafrique (Minusca) après des accusations d’exploitation et d’abus sexuels sur lesquels le gouvernement à Libreville ouvre une enquête, selon le ministère gabonais de la Défense.

« Depuis 2015, ce sont 32 allégations d’exploitation et d’abus sexuels que nous avons enregistrées concernant 81 présumés auteurs de la République du Gabon, tous militaires des contingents actuellement ou anciennement déployés au sein de la Minusca. Six de ces allégations ont été étayées par une enquête », a précisé à New York le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric.  

Côté gabonais on constate que « ces dernières semaines, des faits d’une particulière gravité, contraire à l’éthique militaire et à l’honneur des armées, commis par certains éléments des bataillons gabonais (…) ont été rapportés », écrit le ministère confirmant la déclaration de l’ONU qui invoque « des allégations d’abus sexuels sur cinq filles » au moins, dans une localité du centre du pays.

SD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts