Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Flintlock  : Africains, Français et Américains dans un exercice militaire conjoint

L’exercice militaire Flintlock de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) qui a lieu du 15 au 28 février 2022 s’est ouvert dimanche en Côte d’Ivoire.

Par Kimberly Adams

Le contre-amiral Jamie Sands, commandant de special Operations Command Africa, note que cet exercice existe dans le but de renforcer la capacité des nations partenaires clés de la région à contrer les organisations extrémistes violentes, à collaborer au-delà des frontières et à assurer la sécurité de leurs populations.

Lutte contre le terrorisme dans le Golf de Guinée : 400 militaires de dix pays africains partenaires et alliés de la Côte d’Ivoire prennent part à un exercice militaire conjoint dénommé Flintlock à Jacqueville (environs 100 Km d’Abidjan)

Tout en préçisant que « Flintlock renforce notre capacité à contrer les organisations extrémistes violentes, à collaborer au-delà des frontières et à assurer la sécurité de nos peuples.

Les ennemis de la stabilité et du progrès ne reconnaissent pas les frontières, ce qui nous oblige à travailler ensemble ».

Pour le contre-amiral Jamie Sands, aucun des États pris individuellement ne peut résoudre seul ces problèmes.

Au total, cet exercice annuel militaire est la plus grande et importante des opérations spéciales de l’US Africa Command, réunit à Jacqueville (moins de 100 km d’Abidjan, capitale économique ivoirienne) plus de 400 militaires de dix nations africaines partenaires et alliées de la Côte d’Ivoire.

Il s’agit notamment du Cameroun, du Ghana, du Niger, du Canada, de la France, des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de la Norvège, de l’Autriche et de l’Allemagne.
« 
Si nous ne pouvons pas communiquer, nous ne pouvons pas travailler ensemble. En travaillant sur nos relations bilatérales et multilatérales, en créant de meilleurs mécanismes de communication et en partageant des informations, nous renforcerons la compréhension et la confiance.

Cela augmentera notre capacité à assurer le commandement et le contrôle, renforcera notre interopérabilité et, en fin de compte, améliorera notre succès opérationnel », a argumenté le contre-amiral pour justifier les principaux objectifs de Flintlock.

De son côté, le directeur de l’AILCT le général KOUAME Joseph Allah a souligné que « la volonté manifeste de l’Etat de Côte d’Ivoire à accueillir cet exercice reflète sa ferme détermination a acquérir des capacités à endiguer et de résorber l’expansion des mouvements djihadistes sous toutes leurs formes vers le golf de guinée »

Il souligne également que Flintlock, qui fait partie des investissements internationaux dans la défense, la diplomatie et le développement, « renforce la capacité collective des nations alliées et partenaires à relever les défis d’aujourd’hui et de demain».

A sa suite, l’ambassadeur des États-Unis en Côte d’Ivoire, Richard K. Bell a salué lAbidjan pour sa volonté d’accueillir cet exercice tout félicitant la Côte d’Ivoire et la France de leur initiative conjointe de fonder cette Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT).

Richard K. Bell a assuré que « cette Académie constitue un atout précieux pour renforcer le professionnalisme des forces de défense et de sécurité, ce qui est plus pertinent que jamais, car la clé de la réussite, c’est le soutien de la population », et au passage il a révélé que les Etats-Unis appuient cette inititiative avec 868 millions de F.CFA dans les infrastructures.

Pour lui, la participation de dix pays à cette édition de Flintlock exprime la solidarité contre une menace partagée et l’engagement à agir correctement. L’édition Flintlock 2023 se déroulera au Ghana.
@NAF

A LIRE EGALEMENT

L’Afrique de l’Ouest déclare la guerre à AQMI, EI et à Boko Haram

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts