x
Close
Politique

Empêcher l’Éthiopie de se déchirer

Empêcher l’Éthiopie de se déchirer
  • Publiéjanvier 24, 2022

Tandis que l’Éthiopie célèbre le Nouvel an orthodoxe, le président Abiy Ahmed demande à la diaspora de revenir au pays, afin de redresser son image. Pourtant, le Prix Nobel de la paix s’est mué en chef de guerre, et montre aussi des signes bellicistes inquiétant. Comment aider le pays à ne pas se déchirer ?

Par Anver Versi

Voici deux ans, nous fêtions la remise du prix Nobel de la paix à Abiy Ahmed, le Premier ministre éthiopien ; aujourd’hui, il est pleinement impliqué dans ce qui est en train de devenir l’un des conflits les plus brutaux d’Afrique.

Fin novembre 2021, Abiy Ahmed a déclaré qu’il menait personnellement une « guerre existentialiste pour sauver l’Éthiopie » contre les forces fidèles au Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Il a appelé tout le monde dans le pays à se joindre à la bataille.

L’Éthiopie est au cœur de l’Afrique, c’est la « nation mère ». Nous ne pouvons pas permettre à cette grande et ancienne nation de se déchirer pendant que nous jouons avec les protocoles. Où sont les Sages du continent quand on a besoin d’eux pour désamorcer la situation ?

Les deux parties ont encouragé des groupes d’autodéfense et formé des milices civiles. « Ceux qui veulent faire partie des enfants éthiopiens qui seront salués par l’histoire, levez-vous aujourd’hui pour votre pays. Rencontrons-nous au front », a déclaré Prix Nobel, alors qu’il s’apprêtait à rejoindre ses forces combattantes. Le médaillé d’or olympique Haile Gebrselassie et la médaillée d’argent Feyisa Lilesa ont déjà répondu à l’appel et se sont enrôlé dans l’armée.

Selon des ONG travaillant dans le pays, quelque 30 000 Tigréens ont été détenus à Addis-Abeba et un nombre inconnu l’a été ailleurs. Le gouvernement affirme que les personnes détenues sont soupçonnées de soutenir l’avancée des forces tigréennes dans la capitale, mais les détenus comprennent de jeunes enfants et des personnes âgées.

Pendant ce temps, les non-Tigréens de cette région ont également fui par milliers. Alors que les forces du TPLF marchent vers la capitale, des centaines de milliers d’Éthiopiens fuient vers des zones plus sûres à Addis-Abeba et dans d’autres villes éthiopiennes. Ils accusent le TPLF d’exécutions massives, de viols, de torture et d’autres atrocités.

Au fur et à mesure que les histoires d’atrocités commises par les deux parties circulent, elles génèrent des frénésies haineuses qui conduisent à de nouvelles atrocités et à une polarisation toujours plus intense. Ceux qui parlent de trouver un terrain d’entente sont rejetés comme des « gardiens de clôture », des « traîtres », des « cinquièmes chroniqueurs ».

La guerre de propagande des deux côtés s’intensifie. Chacun essaye de présenter sa version de l’histoire comme juste et rationnelle et rejetant l’entière responsabilité de la conflagration sur l’autre côté, qui est étiqueté comme irrationnel, avide de pouvoir et indiciblement cruel.

Au niveau national, nous avons assisté à une escalade des discours de haine ethniquement ciblés. Des mots comme « cancer », « mauvaises herbes », « rats » et « terroristes » pour décrire l’autre côté sont librement utilisés. L’objectif est de déshumaniser les gens – une étape nécessaire avant de se lancer dans un massacre à grande échelle.

Signes d’inquiétudes, signes d’espoir

L’Éthiopie a un système unique dans lequel le pays est divisé en provinces ethniques, bien que le pouvoir global soit détenu par le gouvernement fédéral basé à Addis-Abeba et que les lois soient adoptées par l’Assemblée nationale, également basée dans la capitale. Les provinces ont été créées à la suite du renversement de la dictature militaire du colonel Mengistu Haile Mariam, en 1991.

Depuis lors jusqu’en 2018, le gouvernement était dominé par le TPLF, le plus fort d’une coalition de quatre partis. Beaucoup en voulaient à ce qu’ils considéraient comme la suzeraineté du Tigré sur le pays. Quand Abiy Ahmed, qui est Oromo, le groupe ethnique majoritaire, est arrivé au pouvoir et a fait une série de réformes rapides, le Tigré s’est senti marginalisé et des tensions ont commencé à faire surface.

En novembre 2020, les forces armées du TPLF ont attaqué les camps de l’armée fédérale et en réponse, Abiy Ahmed a envoyé des troupes pour mettre le Tigré au pas. Il promettait à l’époque que le conflit serait bientôt terminé. Au lieu de cela, il s’est intensifié au-delà de toute attente.

L’aspect le plus préoccupant de ce conflit est qu’il repose sur l’identification de toute une ethnie comme ennemi. Dans les conflits ethniques, comme dans les conflits raciaux, peu importe ce que quelqu’un croit, ou quelles politiques ils engagent ou ce qu’ils font, ils sont considérés comme mauvais simplement parce qu’ils sont ce qu’ils sont. Comme on ne peut pas changer de race ou d’ethnie, il n’existe pas de marge de manœuvre.

De tels conflits peuvent rapidement dégénérer en batailles tous azimuts, impliquant notamment des civils, tous croyant être engagés dans des luttes existentielles contre un ennemi implacable. La terrible issue logique, comme nous l’avons vu dans l’ex-Yougoslavie et plus tard au Rwanda, est le génocide.

Déjà des observateurs avertissent que tous les signes révélateurs inquiétants d’une situation tendant vers un génocide se manifestent en Éthiopie.

Le reste du monde ne semble pas particulièrement intéressé à faire quoi que ce soit contre cette situation, mais l’Afrique ne peut pas rester les bras croisés. L’Éthiopie est au cœur de l’Afrique, c’est la « nation mère ». Nous ne pouvons pas permettre à cette grande et ancienne nation de se déchirer pendant que nous jouons avec les protocoles. Où sont les Sages du continent quand on a besoin d’eux pour désamorcer la situation ?

Début janvier 2022, le Premier ministre éthiopien a consenti un geste d’ouverture en libérant de nombreux prisonniers politiques et en appelant à une large consultation incluant les oppositions. Un premier pas ?

@AV

Écrit par
Par Anver Versi

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.