Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Congo/Brazzaville : Le président Pascal Lissouba est décédé

L’ancien président du Congo, Pascal Lissouba (88 ans), est décédé ce lundi en France.

Par Kimberly Adams

La nouvelle de ce décès a été confirmée lundi par son fils, Jéremy Lissouba et par son parti l’UPADS. 

Le président Lissouba « reste cette personne que la République respectera, parce que n’oublions pas que, au-delà de son statut d’homme politique par lequel il a été connu, il a été un scientifique mondialement reconnu ».

Pascal Lissouba, qui souffrait de la maladie de Alzheimer,  a été président du Congo entre 1992 et 1997 avant d’être détrôné à la suite d’une guerre civile l’ayant opposé à Denis Sassou Nguesso l’actuel président de la République du Congo.

« C’est avec lui qu’on a partagé les passions pour le Congo…C’est un grand choc ! Il restera pour moi la référence », souligne dans un tweet,  Claudine Munari son ex-directrice de cabinet.

Tout comme Clément Mierassa, son ministre lors de la crise entre majorité et opposition en 1993 qui assure « j’avais tenu à lui préciser que j’étais à l’opposition, et il le respectait. Je crois que beaucoup de gens ne le connaissaient pas. C’est vraiment un homme de dialogue »

Le Congo a obtenu en 1994 plus de part dans le partage de la production pétrolière grâce notamment à l’action de Pascal Lissouba. Pour Christian Bouanga, juriste et proche de la majorité présidentielle, « le président Lissouba est un monsieur qui a très certainement, dans les conditions qui étaient les siennes fait honneur à la République du Congo.

Il reste cette personne que la République respectera, parce que n’oublions pas que, au-delà de son statut d’homme politique par lequel il a été connu, il a été un scientifique mondialement reconnu ».

Même son de cloche du côté du porte-parole du gouvernement Thierry Moungalla pour qui le Congo a perdu un homme de valeur, et l’Etat est prêt à s’associer à l’organisation de ses obsèques.

Et ajoutant : « Chez nous les bantous, il y a un principe de base, quelles soient les fonctions et les dignités occupées par le défunt, c’est à la famille biologique d’indiquer quelles sont ses volontés, notamment les obsèques. L’Etat reste attentif à la position de la famille ».

Élu en 1992, Pascal Lissouba avait promis  faire du Congo une petite Suisse. Mais son règne a connu plein de violences politiques et militaires.

La conséquence, en 1997, le président Lissouba fut débarqué par son prédécesseur, Denis Sassou N’Guesso au terme de 5 mois de guerre civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This