x
Close
Politique

Climat : les femmes influentes font entendre leur voix

Climat : les femmes influentes font entendre leur voix
  • Publiéseptembre 20, 2022

Des femmes dirigeantes d’Afrique et d’Europe se sont réunies à New York, le 19 septembre 2022, pour accélérer l’investissement dans l’adaptation au climat et débloquer une action transcontinentale sur des questions critiques, notamment les pertes et préjudices.

 

Se déroulant en marge de l’Assemblée générale des Nations unies, la réunion du Women Leaders Network de la Fondation Afrique-Europe (AEF) constitue une étape remarquée dans la préparation de la COP27 de Charm-el-Cheikh, qui se déroulera en novembre. Le Women Leaders Network (WLN) rassemble des actrices du changement et des décideuses politiques internationaux qui s’engagent à catalyser des actions collaboratives dans le cadre d’un partenariat Afrique-Europe renforcé et face à l’urgence climatique mondiale.

La réunion des Nations unies a été ancrée par une note de la Fondation sur l’adaptation au Climat. Laquelle définit les domaines prioritaires de l’action transcontinentale, de l’investissement dans des infrastructures résistantes au climat à la création d’une facilité pour les pertes et préjudices, de la réalisation de l’objectif de 100 milliards de dollars promis par l’accord de Paris à la capacité des pays africains à accéder aux fonds, afin de garantir que le financement de l’adaptation atteigne les personnes les plus vulnérables et marginalisées.

« Pour que l’Afrique et l’Europe puissent établir un véritable partenariat en matière de climat, il est nécessaire de faire un pas en avant dans la compréhension des besoins immédiats de chacun et des aspirations à plus long terme que les deux continents se sont fixées » (Mary Robinson).

S’exprimant lors de l’événement, Amina Mohammed, vice-secrétaire générale des Nations unies, a souligné l’urgence d’une action collaborative impliquant les donateurs, les banques de développement multinationales et le financement privé. « Le changement climatique n’est plus une crise future, c’est une crise qui est actuellement ressentie à travers les sécheresses, les incendies et les inondations qui ont un impact sur les communautés et les personnes les plus vulnérables dans les pays en développement », a déclaré Amina Mohammed. Qui a ajouté : « Je me félicite de la discussion ciblée de la Fondation Afrique-Europe sur le doublement du financement de l’adaptation, et sur les pertes et dommages, et j’espère que ce travail pourra contribuer à créer une dynamique jusqu’à la COP27. »

 

Accroître les financements privés

Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI (Fonds monétaire international), s’est fait l’écho de l’appel à se concentrer sur le financement de l’adaptation au changement climatique, notant que cet aspect est crucial en Afrique, qui est particulièrement vulnérable aux chocs climatiques. « Nous continuerons à soutenir les pays qui s’attaquent au changement climatique, par le biais de conseils politiques, du développement des capacités et d’un soutien financier par le biais du Fonds pour la résilience et la durabilité, qui devrait être opérationnel cet automne. »

Au cours de la discussion, les membres du Women Leaders Network ont souligné le besoin urgent d’identifier les moyens d’accroître l’investissement du financement privé dans le renforcement de la résilience climatique, nonobstant la fourniture d’un soutien technique et technologique adéquat pour aborder l’action et le financement de l’adaptation dans la perspective de la COP27.

Par exemple, Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, a souligné que « le commerce est un outil d’adaptation et doit également faire partie de la solution », en soulignant la lenteur des progrès vers la mise en œuvre au niveau des négociations mondiales sur le climat. Elle a fait valoir que l’action d’adaptation peut être le bon levier pour renforcer le partenariat transcontinental et le travail conjoint sectoriel, ainsi que pour renforcer l’influence plus large que les deux continents ont sur la diplomatie climatique.

La réunion du Women Leaders Network a été accueillie à la Mission permanente de l’Irlande auprès des Nations unies et présidée par les coprésidentes d’AEF, Ellen Johnson Sirleaf (lauréate du prix Nobel et ancienne présidente de la République du Liberia) et Mary Robinson (présidente de The Elders et ancienne présidente d’Irlande).

 

Transformer les relations en actions

« Pour que l’Afrique et l’Europe puissent établir un véritable partenariat en matière de climat, il est nécessaire de faire un pas en avant dans la compréhension des besoins immédiats de chacun et des aspirations à plus long terme que les deux continents se sont fixées », a déclaré la présidente Mary Robinson.

La réunion a marqué le lancement du programme de la Fondation Afrique Europe, qui se concentre sur le catalyseur de la collaboration sur les systèmes agroalimentaires, l’adaptation au climat, l’économie numérique, l’investissement dans la jeunesse et l’avenir de la main-d’œuvre dans le domaine de la santé.

La première journée AEF est prévue le 27 septembre 2022. La Fondation Afrique-Europe a été cofondée par Friends of Europe et la Fondation Mo Ibrahim, en partenariat avec l’African Climate Foundation et la ONE Campaign. Son objectif est de faciliter le dialogue entre les différentes parties prenantes, de catalyser les partenariats et de débloquer de nouvelles opportunités qui peuvent transformer les relations Afrique-Europe en actions.

 

Les membres du WLN lors de la réunion de New York, le 19 septembre 2022. Crédit : Giant Table Studio

@NA

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.