Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Burkina Faso: Objectif Kosyam

QUEL AVENIR POUR LE CDP ?

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ne veut pas disparaître. Dans la perspective des scrutins de fin 2015, le parti de Blaise Compaoré veut opérer sa mue. Avec quels atouts ? Avec quels hommes ?

Une vaste opération de reconquête de l’électorat est engagée en vue des scrutins de fin 2015 et un congrès extraordinaire d’ici avril devrait se tenir pour désigner un candidat à la présidentielle.

Ébranlé depuis la chute de Blaise Compaoré, fin octobre 2014, le parti vit l’expérience d’un parti d’opposition. Le CDP se reconstitue timidement avec les ténors rentrés au bercail (après un bref exil) ou qui s’étaient terrés dans le silence. Une vaste opération de reconquête de l’électorat est engagée en vue des scrutins de fin 2015 et un congrès extraordinaire d’ici avril devrait se tenir pour désigner un candidat à la présidentielle.

Les noms qui reviennent sont ceux de Soungalo Ouattara (ancien patron du parlement) ; l’ancien Premier ministre et actuel président du Conseil économique et social, Ernest Paramanga Yonli, et l’ancien ministre du Commerce, Arthur Kafando.

Pour l’instant, c’est Léonce Koné, ancien cadre de la Bceao et ancien ministre qui dirige le parti en tant que président du directoire, jusqu’au prochain congrès. « Le CDP sera présent à toutes les échéances ; présidentielle, législatives, municipales… et nous y allons avec l’intention de faire d’excellents scores. Le CDP doit remporter les prochaines élections, afin de confirmer qu’il est la première force politique du pays », assure-t-il.

TROIS QUESTIONS À…  Saidou Abdoul Karim, politologue *

Saidou Abdoul Karim, politologue

Assiste-t-on à une recomposition de la scène politique nationale ?

Il faut être prudent sur cette question. Ce n’est qu’après les prochaines élections que nous pourrons en juger. Ce qui est déjà certain, c’est que nous sortons d’un système de parti hégémonique et amorçons un retour vers un système plus concurrentiel et compétitif. Les partis doivent désormais travailler sur la base de compromis, car la probabilité est forte que nous soyons dans un régime de coalitions partisanes, après 2015.

Quelle marge de manœuvre possède encore Blaise Compaoré ?

Au Burkina Faso, comme ailleurs en Afrique, les élections ne se gagnent pas sur la base des programmes, mais de l’argent. Or, Blaise Compaoré et ses alliés ont de l’argent ! Il n’est donc pas exclu que l’ancien président influe sur le rapport de forces lors des élections. De plus, n’oublions pas aussi que le pouvoir militaire est toujours en partie entre les mains de ses fidèles…

La référence à Thomas Sankara et à ses idéaux (justice sociale, réduction du train de vie des institutions, etc.) signifie-t-elle un retour en force du sankarisme ? Que peuvent les partis sankaristes ?

Un retour en force des idées de Thomas Sankara, oui. Mais la question est de savoir si les Burkinabè sont prêts à revivre le sankarisme, car ce retour signifie sacrifice pour la patrie, sacrifice pour l’Afrique, sacrifice pour la liberté. Le sankarisme veut dire aussi discipline, intégrité, rigueur, etc. Le sankarisme est un projet de libération qui implique des sacrifices énormes de la part du peuple et des dirigeants. Les Burkinabè sont-ils prêts pour cela ? J’en doute fort. Quant aux partis sankaristes, ils ont là une belle opportunité à saisir pour conquérir des suffrages, d’autant plus qu’ils ont fait des efforts de se fédérer. Mais le problème est que l’électeur burkinabè n’est pas un électeur stratège, c’est un électeur dont les motivations sont souvent marchandes ou identitaires. Au-delà donc des idées, il faut que les partis sankaristes mobilisent des ressources logistiques pour faire passer leur message.

* Universitaire nigérien, résidant au Burkina Faso, Saidou Abdoul Karim est notamment le directeur du Centre pour la gouvernance démocratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This