Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Burkina Faso : Douze candidats à l’assaut de Roch Kaboré

L’élection présidentielle aura lieu le 22 novembre au Burkina Faso. Le moins qu’on puisse écrire, c’est qu’il y a de nombreux prétendants au trône présidentiel, et en plus cette élection sera couplée au scrutin législatif.

Par Serges David

Ils sont treize candidats et chacun entend être le prochain locataire du palais de Kosyam (palais présidentiel).

Sur les 19,75 millions d’habitants que compte le Burkina Faso, 7,8 millions d’électeurs au total seront appelés dimanche 22 novembre 2020 à élire leurs députés et surtout leur président de la République parmi les 13 prétendants.  

Les sept millions d’électeurs devront élire leur président selon le mode opérationnel suivant ;  juridiquement le président du Burkina Faso est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Est élu le candidat ayant recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour

Qui sont ces treize candidats ?

Le président sortant Roch Marc Christian Kaboré (63 ans) est investi par son parti, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir). 

L’ex-président et ancien Premier ministre de la transition, Yacouba Isaac Zida (55 ans), candidat du Mouvement patriotique pour le salut (MPS).

L’ancien Premier ministre, Kadré Desiré Ouédraogo (67 ans), de Agir ensemble.

L’ancien ministre des Affaires étrangères Ablassé Ouédraogo (67 ans) de Faso autrement.

L’ancien ministre de l’Economie, Zéphirin Diabré (61 ans), de l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

L’ancien ministre des Transports, Gilbert Noël Ouédraogo (52 ans), de  l’Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADFRDA). 

L’ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry (45 ans), du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR).

L’avocat, Farama Ségui Ambroise (44 ans), de l’Organisation des peuples africains – Burkina Faso (OPA BF).

La dirigeante d’entreprise, Monique Yeli Kam (47 ans), du Mouvement pour la réconciliation et le renouveau du Faso (MRF).

Le député, Eddie Komboïgo (56 ans), du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, l’ex-parti de Blaise Compaoré).

L’ancien journaliste, Do Pascal Sessouma (63 ans), de Burkina vision.

Le professeur de droit, Abdoulaye Soma (41  ans), de Soleil d’avenir.

Dr Claude Aimé Tassembedo (53 ans), indépendant.

Les sept millions d’électeurs devront élire leur président selon le mode opérationnel suivant ;  juridiquement le président du Burkina Faso est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois.

Est élu le candidat ayant recueilli la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour. À défaut, un second tour est organisé entre les deux candidats arrivés en tête au premier, et celui recueillant le plus de voix est déclaré élu.

SD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This