Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Burkina Faso : Coup d’Etat ? Mutinerie ? Couvre-feu ? La situation à Ouaga

Le régime du président Roch Marc Christian Kaboré (65 ans) a décrété dimanche un couvre-feu sur toute l’étendue du Burkina Faso après des mutineries d’une partie de l’armée.

Par Paule Fax

Quant au gouvernement, il a démenti « une prise de pouvoir par l’armée » tout en enjoignant « les populations à rester sereines ».

MISE A JOUR LUNDI 24 JANVIER 2022 15H24

Sur son compte Twitter, le président Kaboré écrit ou fait écrire ce lundi à 14h23 GMT : Notre Nation vit des moments difficiles. Nous devons en ce moment précis sauvegarder nos acquis démocratiques. J’invite ceux qui ont pris les armes à les déposer dans l’intérêt Supérieur de la Nation. C’est par le dialogue et l’écoute que nous devons régler nos contradictions.RK« 

La Cedeao réagit : « La Cedeao suit avec une grande préoccupation l’évolution de la situation politique et sécuritaire au Burkina Faso caractérisée depuis le dimanche 23 janvier 2022 par une tentative de coup d’État. La CEDEAO condamne cet acte d’une extrême gravité qui ne saurait être toléré au regard des dispositions réglementaires pertinentes. Elle tient les militaires responsables de l’intégrité physique du Président Roch Marc Christian Kaboré. La CEDEAO demande aux militaires de retourner dans les casernes, de maintenir une posture républicaine et de privilégier le dialogue avec les autorités pour résoudre les problèmes. » Fait à Abuja, le 24 janvier 2022

Le président Roch Marc Christian Kaboré (65 ans) aurait été arrêté et conduit au camp militaire Sangoulé Lamizana de Ouagadougou dans la nuit de dimanche à lundi. Une déclaration de prise de pouvoir des putschistes serait attendue…

Depuis plusieurs mois, la tension au Burkina Faso était tendue du fait des attaques meurtrières des djihadistes. Harcelée l’armée, du moins, une frange a vacillé dans la politique du pire.

De fait, arguant du manque de moyens face aux attaques djihadistes, cette frange armée s’est mutinée dans la nuit de samedi 22 à dimanche 23 janvier à Ouagadougou. Donnant ainsi écho à la colère grandissante de la population qui dénonce l’insécurité et l’inaction du régime Kaboré.

Ainsi donc les Burkinabé de la capitale Ouagadougou se sont-ils réveillés dans la nuit de samedi à dimanche 23 janvier, par des tirs nourris aux abords de plusieurs casernes de la ville.

Dans ce genre de situations dame rumeur prend le dessus. Dès les premières rafales les annonces fantaisistes d’un coup d’Etat contre le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré se sont répandues en ville et surtout sur les réseaux sociaux.

A la vitesse d’une météorite, le gouvernement a démenti ces informations même s’il a admis « l’effectivité de tirs dans certaines casernes ». 

Cela n’a pas suffi à calmer les ardeurs de ceux qui voulant profiter de ces mutineries pour régler leurs comptes. Bien au contraire, dans l’après-midi de dimanche, des manifestants ( ?) ont incendié le siège du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir).

La réaction prompte du régime a-t-elle désorienté les mutins ? Quoi qu’il en soit dans la journée de ce même dimanche, des mutins ont brandi une longue liste de revendications. On y retrouve, entre autres, la dénonciation du manque de moyens dans la lutte face aux groupes djihadistes ; la demande de démission des principaux chefs de l’armée, et aussi « une meilleure prise en charge des blessés » et « des familles des défunts ». Les mutins n’ont pas pour autant demander le départ du président Kaboré. Pour l’instant !

Tentative d’incendie du poster du président Kaboré par les manifestants

En attendant la prise de décisions, dimanche soir, le président Roch Kaboré, a décrété « jusqu’à nouvel ordre », un couvre-feu de 20H00 à 05H30 (locales et GMT) entré immédiatement en vigueur.

Le siège du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir) incendié

Et a twitté pour saluer l’équipe nationale de football du Burkina Faso : « Bravo à nos valeureux Etalons. Vous avez été braves et héroïques ce dimanche à Limbé. Je vous exprime la fierté de toute la Nation. Nous sommes tous derrière vous. Allez de l’avant. RK #AFCON2021« .  

Depuis 2015, le Burkina Faso est pris dans une spirale de violences dont l’intensité augmente d’année en année.

@PF

LIRE AUSSI

Tentative de coup d’État : Le mal burkinabé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts