Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Politique

Au service du syndicalisme

Une autre vocation venait pourtant de se greffer au parcours professionnel de cette parfaite oratrice qui maîtrise le discours syndical. « La camarade Nadou est une valeur féminine sûre du mouvement syndical togolais. Sa détermination et son engagement qui inspirent le respect, soulignent la place que peuvent encore prendre les femmes dans la vie syndicale », se réjouit Ayao Gbandjou, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du bois et de la construction.

« C’est une femme admirable et admirée pour cet engagement, car les Togolaises se comptent sur le bout des doigts dans ce type de lutte sociale. Après s’être ardemment battue, c’est un nouveau type de défi syndical qu’est en train de bien relever Lawson », renchérit Adrien Akouete Beleki, secrétaire général adjoint de la Confédération syndicale internationale, branche Afrique. 

En 24 mois d’âpres négociations avec le gouvernement togolais, la STT, qui vient de s’ouvrir à des syndicats du secteur privé, se félicite d’avoir arraché l’octroi de primes mensuelles de 20 000 à 30 000 F.CFA, à tous les salariés de l’État. « Ces primes ont eu le mérite de ralentir la colère de la base de la STT, et partant celle des autres fonctionnaires », commente Nadou Lawson. « Au regard du quotidien difficile du fonctionnaire togolais, la coordination de la STT souhaite voir ces primes se transformer en point d’indice à partir de cette année 2015. Cette mesure participerait à un juste relèvement de la valeur indiciaire des salaires dans la fonction publique. La grille salariale qui nous est appliquée a été écrasée par le bas au moment du relèvement du SMIG », revendique-t-elle.

Quelles que soient les suites données aux autres doléances de la STT, « les actions menées par notre centrale depuis 2013 ont requinqué la fi bre syndicale du travailleur togolais. Les défis de l’heure qui s’imposent à notre centrale nous commandent de veiller, dans les autres secteurs qu’elle embrasse dorénavant, à l’application des textes législatifs y encadrant le travail. »

Une kyrielle de nouveaux engagements de la STT et de son leader qui forcent l’admiration d’Akouete Beleki : « Cette nouvelle centrale, incontournable dorénavant, se bat en priorité pour un syndicalisme déconnecté de toute contingence ou obédience politiques. Même si les attentes de ses affiliés, en constante progression, vont s’accroître par la même occasion, leur détermination participe à lutter contre la léthargie syndicale que connaît depuis plusieurs années le Togo. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This