x
Close
Opinion

Services publics : quelle solutions ?

Services publics : quelle solutions ?
  • Publiéavril 18, 2024

Des outils essentiels, comme les transports en Afrique du Sud, sont en grande difficulté, l’État contrôle la situation. Est-il temps d’abandonner ce modèle et de chercher d’autres solutions ?

 

Les eaux usées non traitées qui se déversent dans les rivières et les mers britanniques et s’échouent sur les plages du « pays vert et agréable » de l’Angleterre, ainsi que les goulets d’étranglement logistiques des transports et les coupures d’électricité débilitantes de l’Afrique du Sud ont une chose en commun.

Il s’agit dans tous les cas de services publics essentiels.

Dans le cas du Royaume-Uni, la puanteur causée par des millions de litres d’eaux usées non traitées qui souillent les rivières et les plages provient de l’incapacité à nettoyer l’eau polluée des compagnies d’eau et d’égouts privatisées qui ont été créées sous l’ère de Margaret Thatcher dans les années 1980.

Si les deux modèles, public et privatisé, présentent de tels défauts inhérents, quelle est la voie à suivre ? La réponse pourrait se trouver dans un modèle corporatiste de financement des services publics.

Thames Water, la plus grande société de distribution d’eau et d’assainissement du Royaume-Uni, dessert plus de 16 millions de personnes et, comme les autres sociétés de distribution d’eau, détient un monopole sur ce service.

La défaillance de l’efficacité du service est imputée au fait que la société a des actionnaires dispersés dans le monde entier et qu’elle se concentre avant tout sur les dividendes et les bénéfices pour ses actionnaires plutôt que sur le maintien de normes pour le public. L’appel retentissant lancé aujourd’hui est celui d’une renationalisation de la compagnie afin que les ressources et les bénéfices servent à fournir un meilleur service, plutôt qu’à remplir les poches des actionnaires.

En Afrique du Sud, par contre, la compagnie d’électricité Eskom, en difficulté, et l’opérateur de transport et de logistique Transnet, qui fonctionne mal, sont tous deux des entreprises nationalisées.

Tout cela se produit à cause de la recherche obstinée de dividendes pour les actionnaires privés, ou de l’enrichissement personnel des apparatchiks nommés aux conseils d’administration des entreprises publiques ou des cadres supérieurs chargés de les diriger.

La réalité est que le monde connaît une « crise silencieuse » de services publics défaillants et dysfonctionnels, créés à l’origine pour fournir le meilleur service au coût le plus bas pour les clients.

Cette situation semble toucher à la fois les services publics nationalisés et privatisés – bien qu’il y ait des exceptions honorables, comme en Scandinavie et à Singapour.

 

Deux modèles défectueux

L’état actuel des services publics privatisés au Royaume-Uni et ailleurs détruit le mythe néolibéral selon lequel le secteur privé est le mieux à même de gérer des entités de manière efficace, rentable et à des prix acceptables pour les consommateurs.

Cette orthodoxie a été adoptée même par les partis de centre-gauche keynésiens et interventionnistes, réinventés sous le nom de New Labour en Grande-Bretagne. Le gouvernement Blair a été le premier à mettre en place des partenariats public-privé dans les secteurs de la santé et du rail, qui se sont révélés désastreux pour le contribuable et les clients.

Les modèles de services publics privatisés et publics sont tous deux discrédités et ont largement dépassé leur date de péremption. Le monde entier réclame des modèles de financement et d’exploitation alternatifs pour l’eau, les eaux usées, l’électricité, le rail, les routes et les services portuaires.

Le bilan des deux modèles de services publics est révélateur. Au Royaume-Uni, l’Agence de l’environnement a compté 3,6 millions d’heures de déversement d’eaux usées en 2023, contre 1,75 million d’heures en 2022. À Londres, Thames Water a déversé illégalement 6 590 heures d’eaux usées au cours des neuf derniers mois de 2023, contre 1 420 heures pour la même période en 2022.

Les actionnaires de Thames Water, endettée à hauteur de 18 milliards de livres, principalement des fonds souverains étrangers, ont refusé d’injecter davantage de capitaux dans la compagnie à moins que l’autorité de régulation n’accepte de fortes hausses du prix de l’eau.

En Afrique du Sud, une évaluation par des experts indépendants de l’exploitation et de la maintenance des centrales électriques au charbon d’Eskom a révélé une entreprise publique au bord de l’implosion : elles étaient mal gérées sur le plan institutionnel, mal entretenues et dotées d’une technologie obsolète, le moral du personnel était bas et elles avaient un besoin urgent de modernisation et d’investissements ciblés.

Si les deux modèles, public et privatisé, présentent de tels défauts inhérents, quelle est la voie à suivre ? La réponse pourrait se trouver dans un modèle corporatiste de financement des services publics. La propriété des actifs peut être entièrement ou majoritairement détenue par l’État. La différence essentielle est que le service public sera géré comme s’il s’agissait d’une entité du secteur privé, mais qu’il sera protégé par un contrôle juridique, réglementaire, d’audit et opérationnel. Le cas échéant, elle pourrait même lever des fonds de manière indépendante sur les marchés monétaires.

Le Royaume-Uni et l’Afrique du Sud organisant tous deux des élections générales en 2024, la question de l’état des services publics devient un facteur de plus en plus important et peut-être décisif dans le choix des électeurs.

@AB 

Écrit par
African Business

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *