Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Opinion

Pouvons-nous nous libérer de la mentalité coloniale ?

L’ère coloniale est révolue depuis longtemps. Mais nous sommes toujours dominés par un état d’esprit colonial, oubliant nos propres valeurs et compétences et aspirant aveuglément à tout ce qui est occidental. Pas étonnant que nous fassions si peu de progrès !

Par Allen Choruma

Longtemps après la fin du colonialisme, mon propre fils à onze ans parle anglais comme s’il était né en Angleterre et a du mal à parler sa propre langue maternelle, le shona.

Les pays africains devraient commencer à construire des systèmes éducatifs qui répondent à nos aspirations nationales de développement et répondent aux besoins de nos jeunes générations.

S’il parle en shona, il le fait avec un accent tellement corrompu que sa propre grand-mère en est abasourdie ! Le colonialisme et sa domination culturelle des colons blancs ont-ils vraiment disparu ?

Des décennies après notre indépendance, le passé colonial révèle encore sa vilaine tête dans notre quotidien, à la maison, au travail ou à l’école. De nombreux Zimbabwéens et Africains en général partagent la même situation que la mienne, remettant en question notre authenticité en tant que peuple noir d’Afrique, si la brutale vérité était dite.

Pourquoi est-ce que dans tous nos aspects de la vie, nous vivons toujours sous l’ombre et les vestiges du colonialisme et luttons pour nous émanciper et définir qui nous sommes vraiment en tant qu’Africains ?

Pourquoi avons-nous permis à nos enfants, sous notre surveillance, de fuir leur propre langue maternelle et de parler des langues étrangères comme l’anglais, le français, le portugais, comme s’ils vivaient en Angleterre, en France ou au Portugal ?

Pourquoi dépensons-nous des millions de dollars pour envoyer nos enfants dans des écoles et des universités à l’étranger et éviter nos propres établissements d’enseignement ?

Le problème réside en nous, les parents, qui avons fait croire à nos enfants que tout ce qui est en rapport avec leurs racines, leur africanité est arriéré et doit être évité et que tout l’Occident est progressiste et doit être adopté.

Anatomie de la défaite

Nos ancêtres ont été vaincus par les colons et dépossédés de leurs terres et de leurs richesses. Nés et élevés sous le colonialisme, nos parents ont été amenés à croire qu’ils étaient inférieurs aux Blancs et pour qu’un Africain réussisse et prospère, il devait imiter la façon dont les colons s’habillent, parlent, mangent, s’éduquent, etc. ; Ils ont également transmis cette croyance, consciemment ou inconsciemment, à nous, leurs enfants.

Nous risquons nous aussi de transmettre l’anatomie de la défaite, la même mentalité héritée de nos parents, à nos enfants, à moins de changer rapidement de cap.

Si nous ne changeons pas de cap, nos enfants transmettront la même mentalité que nous leur avons transmise, à leurs enfants et aux enfants des enfants, en gravant à jamais l’anatomie de la défaite dans les mentalités de notre peuple africain.

Le système éducatif n’est pas adapté à son objectif  

Voici le problème : le système éducatif colonial nous a appris à être des ouvriers et non des entrepreneurs, des opérateurs de machines et non des concepteurs, des réparateurs et non des inventeurs, des constructeurs et non des architectes, à administrer des médicaments occidentaux et non à inventer des médicaments.

Nous sommes fiers d’avoir reçu une éducation occidentale, écrit et réussi les examens de haut niveau  à Oxford en Angleterre, ou à la Sorbonne en France, etc.

Si notre système éducatif était britannique ou français, comme nous le prétendons, pourquoi les Britanniques et les Français ont-ils inventé les voitures, les avions, les vaisseaux spatiaux, les machines, les ordinateurs, et pas nous ?

Si notre système éducatif était britannique ou français, pourquoi les Britanniques et les Français ont-ils construit des industries et excellé dans les innovations scientifiques, et pas nous ?

Il n’y a pas besoin d’un spécialiste des fusées pour nous dire que nous n’avons reçu ni éducation britannique ni française. Le système colonial nous a trompé et nous a fait croire que nous recevions une éducation britannique et française, alors que ce n’était pas le cas.

Nous avons reçu des systèmes éducatifs conçus par les colonialistes pour répondre à leurs objectifs, pour servir le système colonial et non pour orienter le développement et la transformation sociale de l’Afrique. Malheureusement, nous avons perpétué les mêmes systèmes éducatifs, avec des changements structurels cosmétiques.

Nous continuerons à vivre « dans l’ombre des colonialistes », si nous ne changeons pas notre état d’esprit et ne travaillons pas à construire l’Afrique que nous voulons, comme le préconise l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Nous avons également perpétué les modèles économiques coloniaux qui nous maintenaient au stade de l’extraction et des exportations de produits primaires de faible valeur, tandis que des usines, des industries et des emplois se créent en Europe et ailleurs.

Les modèles économiques coloniaux fonctionnaient bien pour les colonisateurs, qui fabriquaient des produits en Europe en utilisant des ressources bon marché et pillées d’Afrique, puis fabriquaient des produits finis qui étaient revendus en Afrique à des prix plus élevés.

Transformation

Chers Africains, soyons fiers de nos langues africaines locales. La langue est notre forme d’identité. Elle définit qui nous sommes en tant que peuple. Apprenons les mathématiques, les sciences, l’histoire, la médecine dans nos écoles, collèges et universités dans nos langues locales.

Les Chinois, les Suédois, les Allemands, les Japonais, parlent et apprennent dans leur langue maternelle et ils ont prospéré en tant que nations. Changeons les systèmes éducatifs coloniaux qui ont été conçus pour servir les intérêts de nos maîtres coloniaux et non les nôtres.

Nous avons envoyé nos enfants à l’étranger pour étudier à Harvard ou à Cambridge, mais cela n’a pas considérablement changé les économies et les sociétés africaines.

Beaucoup de nos descendants sont restés à l’étranger et beaucoup moins sont revenus dans leurs pays à la fin de leurs études. Ceux qui sont revenus, placés à des postes de direction, n’ont malheureusement pas été en mesure d’effectuer des changements significatifs chez eux. Peut-être que ce qu’ils ont appris à Harvard ou à Cambridge n’est pas adapté et pertinent pour notre propre situation et environnement africains.

Si tel est le cas, pourquoi ne transformons-nous pas nos propres collèges et universités pour qu’ils correspondent à notre propre objectif, afin qu’ils puissent produire des diplômés capables de transformer nos économies et nos sociétés ?

Un jeune homme gambien, Ousman Touray, a refusé une bourse pour étudier au Canada, optant plutôt pour une maîtrise en études du développement au Rwanda. Ousman pense que nous avons de bonnes institutions en Afrique, et il est grand temps que nous valorisions et que nous soyons fiers de ce que nous avons. « Les grands intellectuels en Afrique ont étudié dans les meilleures universités du monde, mais qu’est-ce que celles-ci nous ont apporté ? », questionne-t-il.

Le programme de développement et de transformation sociale de l’Afrique ne peut être réalisé qu’avec des solutions dérivées de et dans notre environnement africain, et non de l’extérieur, soutient Ousman.

Les pays africains devraient commencer à construire des systèmes éducatifs qui répondent à nos aspirations nationales de développement et répondent aux besoins de nos jeunes générations. Les jeunes Africains, comme Ousman de Gambie, devraient cesser de croire que de meilleures opportunités d’éducation ne peuvent être trouvées qu’en dehors de l’Afrique, en Europe, en Amérique ou ailleurs.

Nous devons nous émerveiller de nos choses indigènes et innover pour stimuler le développement de l’intérieur, en utilisant nos propres solutions maison, celles qui fonctionnent le mieux pour nous.

Le professeur Amon Murwira, ministre de l’Enseignement  du Zimbabwe, a pris le taureau par les cornes et est déterminé à changer le cours du système éducatif hérité des colonialistes britanniques.

Un concept dans l’enseignement supérieur appelé « Education 5.0 »  est un système axé sur les connaissances, la technologie, l’innovation, l’invention et l’industrialisation. Il apprend aux étudiants à être créateurs d’emplois et non des demandeurs d’emploi, des innovateurs et non des imitateurs, des inventeurs et non des réparateurs.

Le Zimbabwe commence à voir des pôles d’innovation et industriels germer dans ses  universités, produisant des brevets industriels ;  des diplômés universitaires devenir des entrepreneurs et lancer des start-up, etc.

Le Zimbabwe a des lacunes béantes de compétences dans les domaines de l’ingénierie et de la technologie, des sciences naturelles et appliquées, des sciences médicales et de la santé et de l’agriculture. Le programme Education 5.0 vise à combler ces lacunes, ainsi qu’à développer des compétences en arts appliqués et en sciences humaines, ainsi qu’en affaires et en commerce.

Nous continuerons à vivre « dans l’ombre des colonialistes », si nous ne changeons pas notre état d’esprit et ne travaillons pas à construire l’Afrique que nous voulons, comme le préconise l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

L’anatomie de la défaite continuera de nous hanter si nous ne changeons pas nos mentalités et commençons à croire en nous-mêmes et en nos capacités, en étant fiers de nos langues, de notre héritage et de nos traditions, et en valorisant ce que nous avons – notre peuple et nos ressources abondantes.

Nous devons nous émerveiller de nos choses indigènes et innover pour stimuler le développement de l’intérieur, en utilisant nos propres solutions maison, celles qui fonctionnent le mieux pour nous.

@AC

Une réponse à “Pouvons-nous nous libérer de la mentalité coloniale ?”

  1. Author Thumbnail Yves Montenay dit :

    Je ne suis qu’à moitié d’accord : si votre fils parle anglais ou français, cela lui sera très utile car il aura à sa disposition beaucoup plus de livres et de documentation que dans sa langue maternelle. Donc c’est une chance qu’il ne faut pas négliger. Par contre je suis d’accord avec vous pour dire que ce que l’on apprend être adapté aux pays où l’on est.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts