Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Opinion

NTIC : L’opinion de Vera Karmebäck…

Le cercle vertueux de la responsabilité sociale, une analyse de Vera Karmebäck, coordonnatrice RSE à RA International, une société d’experts sur les régions isolées.

La plupart des grandes organisations dans le monde consacrent du temps et de l’argent à des activités liées à la responsabilité sociale. Ce domaine fait aujourd’hui partie intégrante de la gestion de l’entreprise, non seulement pour sa réputation mais aussi, de plus en plus, pour le bien commun.

Dans un magasin ou au siège social d’une société, il est souvent simple d’élaborer des politiques en matière de responsabilité sociale et de les déployer en un instant auprès de milliers d’employés. Ces politiques permettent de définir une marque et de valoriser la réputation de la société. Mais comment faire quand l’entreprise exerce des activités dans les régions les plus isolées du monde ? Comment les sociétés peuvent-elles agir de manière constructive, sans se limiter à donner l’image d’un employeur de choix ?

Nous savons à présent que les entreprises privées peuvent créer un cercle vertueux de la responsabilité. Toutes les sociétés peuvent contribuer de manière durable aux économies locales dans lesquelles elles ont des activités – si elles le souhaitent.

En Afrique, selon la BAD (Banque africaine de développement), 250 millions de personnes vivent dans des régions fragiles ou en proie à des conflits. Les entreprises implantées dans ces régions se retrouvent face à une responsabilité sociale très différente. Nous savons que plus de la moitié des jeunes Africains sont sous-employés. Des millions vivent dans des régions extrêmement isolées, où les possibilités de carrière sont très limitées. Les entreprises étrangères qui s’installent dans ces régions d’Afrique doivent s’atteler à une tâche colossale : créer des opportunités et avoir un impact positif durable.

Impact intergénérationnel

L’avenir des générations futures repose sur le développement durable. Nous ne devons jamais perdre de vue le fait que les actions d’une génération ont des conséquences directes sur les générations suivantes. Chez RA International, nous travaillons dans des contextes très difficiles, isolés ou menacés par des conflits. Cela va des activités minières à grande échelle à l’appui de missions de maintien de la paix.

Mais, quelles que soient les circonstances, nous déployons un modèle qui donne la priorité à l’impact durable sur les communautés. L’un des premiers objectifs est de comprendre la situation sur le terrain – comprendre la situation socio-économique, les défis en matière d’emploi, ainsi que les compétences que possèdent les personnes. Ensuite, nous embauchons autant que possible localement et nous donnons au personnel la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences dans le cadre d’une formation en entreprise. Ainsi, quand nous quittons la région, la population est mieux préparée pour l’avenir.

Certaines de ces compétences sont très simples, comme la préparation de plats ou la formation à des postes d’encadrement mineurs. Toutefois, se voir confier des responsabilités au travail est souvent extrêmement gratifiant pour des personnes qui, jusque-là, n’avaient travaillé que de manière isolée ou fait un travail physique difficile. Nous avons observé que l’attribution de responsabilités d’encadrement encourage la loyauté et apporte un emploi stable à des centaines de personnes qui n’avaient jamais eu cette possibilité auparavant.

Soutenir la chaîne d’approvisionnement

Outre le fait que nous employons des personnes de tous niveaux de compétences, nous sommes convaincus que nous pouvons transformer durablement la région en nous approvisionnant auprès des entreprises locales. Nous faisons tout notre possible pour injecter des capitaux externes dans la chaîne d’approvisionnement locale afin de stimuler les marchés locaux.

Nous employons, formons ou faisons travailler des personnes vulnérables de la région, nous permettant ainsi de contribuer à la création d’une chaîne d’approvisionnement plus large. Employer des talents locaux, investir dans les personnes et créer un environnement de travail positif, autant d’actions qui nous aident à établir un cycle de croissance positif, lequel peut perdurer après notre départ.

Aujourd’hui, les entreprises privées peuvent vraiment avoir un impact important dans les régions les plus pauvres et les plus isolées d’Afrique, celles qui souvent profitent le moins des investissements publics généralement concentrés autour des grandes villes. Nous avons un rôle à jouer – et nous sommes fiers de ce que nous accomplissons.

Nous savons à présent que les entreprises privées peuvent créer un cercle vertueux de la responsabilité. Toutes les sociétés peuvent contribuer de manière durable aux économies locales dans lesquelles elles ont des activités – si elles le souhaitent. Elles doivent soutenir la chaîne d’approvisionnement locale et développer les compétences des personnes. Notre responsabilité sociale ne se limite pas à cocher les cases d’une fiche et va beaucoup plus loin que des politiques définies sur un tableur au siège d’une société.

Notre responsabilité consiste à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour transformer la vie des personnes, des familles et des communautés entières dans certains des lieux oubliés du monde : pour les générations d’aujourd’hui et de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • F.CFA, mon amour

    Sur longue période, la croissance des pays de la Zone franc est largement inférieure à celle de pays comparables. La défense du franc CFA à l’aune de la stabilité économique ne résiste pas à l’analyse.

  • Le développement impose de grands changements

    Le commerce se structure, en Afrique. Peu à peu, le continent s’industrialise. Et si était venu le temps de réformes plus profondes, et de régler enfin le sort du franc CFA, au-delà des polémiques politiciennes du moment?

  • Les croyances collectives au coeur des décisions

    Analyser l’impact des croyances collectives sur les décisions individuelles est une des clefs de la lutte contre la pauvreté. Un fait négligé par l’analyse économique. Or, nombre de décisions, en Afrique, en France… ne prennent sens qu’à partir des croyances collectives.

  • Le renouveau du tribalisme face à l’effacement des États

    Les faibles recettes fiscales privent les États des possibilités d’investir et d’entretenir services publics et armés… Et si la renaissance ou la persistance du tribalisme trouvaient leur origine dans les erreurs, entretenues par les Occidentaux, après les indépendances ?

  • F.CFA : Un leurre colonial

    La dévaluation du franc CFA est redoutée par les Africains. Elle ne viendrait pourtant que sanctionner une mauvaise gestion. Le problème est ailleurs, dans le …