x
Close
Opinion

Les éléphants de Ouattara en marche

Les éléphants de Ouattara en marche
  • Publiéfévrier 21, 2024

L’équipe de football de Côte d’Ivoire est triomphante et l’économie du pays fonctionne bien, mais le pays sera confronté à une épreuve majeure lorsqu’il se rendra aux urnes l’année prochaine.

 

En février, le pays hôte, la Côte d’Ivoire, a fait la fête après la victoire de l’équipe nationale, les Éléphants, sur les Super Eagles du Nigeria en finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Souvenons-nous, pour les supporters ivoiriens n’a pas été une partie de plaisir ! Le sélectionneur Jean-Louis Gasset a été limogé en cours de compétition alors que les Éléphants étaient proches de l’élimination en phase de poules. Après s’être faufilée dans la phase à élimination directe, l’équipe, nouvellement entraînée par l’ancien milieu de terrain Emerse Fae, a effectué une remontée remarquable, qui a culminé avec la victoire finale 2-1 sur les rivaux d’Afrique de l’Ouest. Le sélectionneur vient d’ailleurs d’être reconduit à son poste.

 Alassane Ouattara n’a pas encore annoncé s’il briguerait un quatrième mandat – une décision attendue avec impatience par les citoyens et les investisseurs.

Il en va de même pour l’économie ivoirienne. Ravagée par la guerre civile en 2011, elle figure aujourd’hui parmi les plus performantes de la région. Le FMI a félicité le pays pour d’« importantes réformes structurelles visant à améliorer le climat des affaires et la participation du secteur privé au développement du pays ».

Le directeur général adjoint du FMI, Kenji Okamura, a ainsi pu déclarer : « Les performances de la Côte d’Ivoire dans le cadre du programme soutenu par le Fonds ont été solides, reflétant l’engagement des autorités à consolider la stabilité macroéconomique. La croissance est l’une des plus élevées d’Afrique depuis plus d’une décennie et le pays a procédé à l’assainissement budgétaire le plus important de la région de l’UEMOA au cours des six derniers mois. »

 

Croissance attendue

Le FMI s’attend à ce que l’économie croisse de 6,6 % cette année, après une croissance de 6,2 % en 2023 et de 6,7 % en 2022 ; un bilan flatteur pour un pays qui, comme la plupart de ses voisins, a été touché par les multiples chocs de l’économie mondiale, depuis 2020.

Ce rapport positif a incité le FMI à offrir un soutien supplémentaire. L’institution a débloqué une tranche de 495 millions de dollars du programme de 40 mois qui totalise environ 3,5 milliards $. Le 16 février, les autorités ivoiriennes et les services du FMI sont parvenus à un accord sur un programme de réforme visant à lutter contre le changement climatique, d’une valeur d’environ 1,3 milliard $. Ce programme contribuera à renforcer l’adaptation et l’atténuation, en particulier dans les domaines de l’agriculture, des transports, des infrastructures et de la gestion des finances publiques.

Il y a bien sûr des domaines à améliorer. Le FMI souligne la nécessité de maintenir la mobilisation des recettes nationales à moyen terme « pour générer l’espace budgétaire nécessaire au financement d’une transformation économique plus profonde vers le statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure ».

 

Un quatrième mandat ?

Les élections de 2025 mettront à nouveau à l’épreuve la démocratie et la stabilité politique de la Côte d’Ivoire. En 2020, le président sortant Alassane Ouattara a été réélu avec 95 % des voix après que l’opposition a boycotté l’élection, invoquant la décision controversée du président de briguer un troisième mandat. Ce dernier avait fait valoir que la promulgation d’une nouvelle constitution avait réinitialisé les limites de son mandat. Alassane Ouattara n’a pas encore annoncé s’il briguerait un quatrième mandat – une décision attendue avec impatience par les citoyens et les investisseurs.

Pour l’instant, la Côte d’Ivoire obtient de bons résultats dans de nombreux chantiers économiques, et le président lui-même semble avoir de bonnes raisons de se réjouir. Après le coup de sifflet final de la finale de la CAN au stade Alassane Ouattara, le Président éponyme, 82 ans, est monté sur scène avec les joueurs victorieux et a même soulevé le trophée.

Mais si la victoire en football prouve quelque chose, c’est qu’un afflux soudain de nouveaux dirigeants peut parfois apporter de nouvelles perspectives et des dividendes inattendus.

@AB

Écrit par
David Thomas

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *